Guerre commerciale

Guerre commerciale

Flag trade war

Depuis que Donald Trump a accédé à la présidence américaine, le protectionnisme commercial est redevenu un sujet brûlant. Le retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique, les droits de douane sur les importations américaines d'acier et d'aluminium et l'escalade de la guerre commerciale avec la Chine font partie de la politique America First de Donald Trump. Les États-Unis semblent chercher une trêve sur le front du commerce international avec leurs principaux partenaires commerciaux en engageant des négociations bilatérales avec l'UE et le Japon. Ils se concentrent maintenant sur la Chine. Un accord dans les négociations entre ces deux économies mondiales reste pour l'instant un vain espoir.

Historique de la guerre commerciale

(1) Janv. 2017 : Le président Trump décide de retirer les États-Unis du Partenariat transpacifique, l'accord de libre-échange entre 12 pays de la Région Pacifique.

(2) Lancement de l'enquête américaine sur les politiques chinoises en matière de transfert de technologie, de propriété intellectuelle et d'innovation et de son impact sur les intérêts économiques américains.

(3) Les États-Unis introduisent des droits de sauvegarde - soit des droits à l'importation qui peuvent être appliqués à titre de mesure d'urgence afin de protéger l'industrie nationale de la concurrence étrangère néfaste - sur les importations américaines de panneaux solaires et de machines à laver. Les tarifs s'appliquent aux panneaux solaires et aux machines à laver de tous les partenaires commerciaux américains, mais ils visent principalement la Chine.

(4) Lors de la mise en œuvre des droits de douane américains sur l'acier et l'aluminium, l'Argentine, l'Australie, le Brésil, le Canada, le Canada, le Mexique, la Corée du Sud et l'UE en avaient initialement été exclus jusqu'au 1er juin. Toutefois, les importations américaines d'acier et d'aluminium en provenance de ces pays ont depuis lors également été soumises à des droits de douane de 25 % sur les importations d'acier et de 10 % sur celles d'aluminium. Les tarifs douaniers ont été le prélude à un différend commercial complexe.

(5) Plusieurs partenaires commerciaux américains (Mexique, Turquie, Russie, Canada, Inde, UE, Chine, Canada, Inde) introduisent des tarifs de rétorsion en réponse aux tarifs américains sur l'acier et l'aluminium.

(6) Lancement de l'enquête américaine sur l'impact des importations américaines de voitures et de pièces automobiles sur la sécurité nationale américaine.

(7) Après l'annonce faite en mars 2018 et le processus consécutif d'audiences et d'ajustements vient la mise en œuvre de la première tranche des droits de douane américains sur les importations en provenance de Chine. Au total, 50 milliards USD d'importations en provenance de Chine seront soumis à des droits d'importation de 25%. Sur la première partie des importations (34 milliards USD), le tarif entre en vigueur en juillet 2018. À partir du mois d'août, le tarif s'applique également au reste (importations en provenance de Chine d'une valeur de 16 milliards USD). En réponse, la Chine applique également des droits de douane de 25% sur les importations en provenance des États-Unis d'une valeur de 50 milliards USD. Le déficit croissant de la balance commerciale des États-Unis avec la Chine semble justifier la politique commerciale agressive du gouvernement américain. Cette interprétation n'est pourtant pas correcte. Fondamentalement, le débat ne porte pas sur le libre-échange, mais sur la technologie.

(8) Accord Juncker-Trump: accord sur l'ouverture de négociations entre les États-Unis et l'UE. Les négociations commerciales portent notamment sur la suppression des droits de douane, des barrières non tarifaires et des subventions dans le secteur industriel. Tant que ces négociations sont en cours, l'introduction de tarifs supplémentaires est suspendue.

(9) Après l'annonce faite en juin 2018 et le processus consécutif d'audiences et d'ajustements vient la mise en œuvre de la deuxième tranche des droits de douane américains sur les importations en provenance de Chine. Au total, 200 milliards USD d'importations en provenance de Chine seront soumis à un droit d'importation de 10%. Cette taxe à l'importation passera à 2% à partir du 1er janvier 2019. En réponse, la Chine applique également des droits à l'importation (entre 5 et 10%) sur les importations en provenance des États-Unis d'une valeur de 60 milliards USD. Le président Trump brandit alors la menace de nouveaux droits de douane sur les importations américaines en provenance de Chine d'une valeur de 267 milliards USD (≈ le reste des importations américaines totales en provenance de Chine).

(10) Les États-Unis, le Mexique et le Canada s'entendent sur une nouvelle version de l'ancien ALENA. Le nouvel accord a été renommé USMCA, ce qui signifie US-Mexico-Canada Agreement. Il revoit les règles régissant les relations commerciales et prévoit également un certain nombre de nouveaux chapitres, qui le modernisent (un nouveau chapitre sur le commerce numérique y a été ajouté).

Publications les plus récentes sur la guerre commerciale

Regain d'optimisme grâce aux percées politiques?

MR20181128 Marktrapport Zorgen politieke doorbraken voor nieuw positivisme?

Pas la guerre commerciale, mais le secteur automobile est responsable pour des ratés du moteur de croissance allemand

EO20181126 Niet handelsoorlog, maar autosector is verantwoordelijk voor sputterende Duitse groeimotor

L'UE doit sauver les négociations sur le Brexit étape par étape

EU moet brexit-onderhandelingen stapsgewijs redden

Fabriqué en Chine.... ou seulement en partie ?

Made in China... of toch niet helemaal ?

Déficit de la balance commerciale américaine

Figure - Balance commerciale américaine par partenaire commercial (échanges de biens, en milliards USD)

Le déficit de la balance commerciale américaine des biens - mesuré en tant que différence entre les exportations et les importations de biens - a fortement augmenté depuis 2000. En 2017, il se chiffrait à plus de 800 milliards USD. Les relations commerciales avec la Chine sont la raison majeure du creusement du déficit commercial. Les États-Unis importent en effet beaucoup plus de Chine qu'ils n'exportent vers la Chine. Les États-Unis accusent également un déficit bilatéral considérable du commerce des marchandises avec d'autres grands partenaires commerciaux tels que l'Union européenne, le Canada, le Mexique, le Japon, etc. Le président américain entend résorber ce déficit commercial en exportant davantage et en réduisant les importations, principalement en provenance de Chine. En achetant moins de produits étrangers, Donald Trump souhaite soutenir l'économie américaine et créer plus d'emplois. Bien qu'à ses yeux, un déficit commercial soit négatif pour l'économie, cela n'est pas nécessairement le cas. Dans le cas des États-Unis, le déficit commercial reflète la vigueur de la demande intérieure et des performances économiques des dernières années. Il est en outre une conséquence logique des différentes spécialisations des pays. Ainsi, les États-Unis importent plus de biens qu'ils n'en exportent parce que d'autres pays produisent plus efficacement. Les États-Unis affichent en revanche un excédent commercial des services (environ 255 milliards USD en 2017). Indépendamment de cela, la balance commerciale bilatérale n'est probablement pas la mesure la plus appropriée pour décrire un déséquilibre commercial éventuel entre pays.

Les États-Unis contre la Chine

Figure - Droits de douane introduits récemment dans le cadre de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine (en milliards USD)

Source: KBC Economic Research sur la base du FMI – Art. IV Consultation People’s Republic of China (juillet 2018)

La Chine est depuis le début dans le collimateur du président américain. Pendant sa campagne électorale, Donald Trump accusait déjà l'économie mondiale émergente de manipulation des taux de change, de pratiques commerciales déloyales et de vol de propriété intellectuelle. Bien que les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine durent depuis un certain temps, peu de progrès ont été réalisés. Dans ce contexte, le Président Trump a déjà introduit des droits à l'importation sur deux tranches d'importations en provenance de Chine pour une valeur totale de 250 milliards USD. La Chine a réagi par des taux de représailles. Comme les importations chinoises en provenance des États-Unis sont beaucoup plus faibles que les importations américaines en provenance de Chine, la valeur des importations soumises aux droits de douane chinois est également plus limitée ("seulement" 110 milliards USD). En plus des tarifs déjà introduits, Donald Trump menaçait déjà d'imposer des droits d'importation supplémentaires sur les importations américaines pour une valeur de 267 milliards USD. La quasi-totalité des importations américaines en provenance de Chine seraient par conséquent soumises à des droits de douane. L'intérêt actuel pour les questions commerciales n'est qu'un début: il pourrait se déplacer vers l'essence même du problème, à savoir la technologie.