Brexit

Brexit

Brexit

Le Royaume-Uni est membre de l'Union européenne depuis 1973, mais le mécontentement des Britanniques, alimenté par la gestion de la crise financière et l'approche européenne de la crise des réfugiés syriens, a grandi ces dernières années. Pour étouffer la popularité grandissante du Parti pour l'indépendance d'extrême droite, le Premier ministre de l'époque, David Cameron, s'est engagé à tenir un référendum le 22 février 2016, le peuple britannique étant invité à décider du sort de son pays. Rester dans l'Union européenne ou la quitter?

Au départ, le camp du Leave, menant campagne pour la sortie de l'UE, avait peu de chances. L'ancien maire de Londres, Boris Johnson, et le leader du UKIP, Nigel Farage, entre autres, ont inversé la tendance. Une campagne axée sur les coûts de l'adhésion à l'UE et les dangers de l'immigration a amené de plus en plus de Britanniques à rejoindre le camp du Leave. En face, le camp du Remain offrait peu de résistance, celui-ci jugeant mince la probabilité d'un Brexit. Sa campagne s'est concentrée sur les conséquences (économiques) possibles d'un divorce. Le camp du Remain semblait malgré tout l'emporter dans presque tous les sondages.

L'impensable s'est produit le 23 juin 2016: 52% des Britanniques (ayant voté) se sont prononcés pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Depuis lors, le Brexit a généré beaucoup d'incertitude. L'ancien Premier ministre David Cameron a démissionné et Theresa May lui a succédé.

Importance d'un bon accord de brexit pour le Royaume-Uni

La conclusion d'un accord sur la facture du Brexit, la question de la frontière irlandaise et les droits des citoyens de l'UE constituaient, aux yeux de l'Union, une condition sine qua non à l'entame des négociations relatives aux futures relations commerciales avec le R-U. Un accord sur le commerce est crucial afin de garantir l'intégration économique entre l'UE et le R-U à l'avenir. La dépréciation de la livre sterling depuis le référendum sur le Brexit a déjà fortement influencé le commerce britannique. Les exportateurs britanniques peuvent, à première vue, clairement tirer profit d'une livre plus faible. Mais la dynamique récemment observée au niveau du commerce outre-Manche est nettement moins rose qu'on ne pouvait le penser. Nous décelons actuellement dans les échanges britanniques un avant-goût des grands défis structurels auxquels seront confrontés l'économie et le commerce du pays une fois le Brexit entré en vigueur. Seul un accord de libre-échange solide avec l'UE peut permettre de soulager la douleur des plaies qu'inflige le Brexit au Royaume-Uni.

L'accord commercial conclu avec l'UE est essentiel au Royaume-Uni

Handelsakkoord met EU is essentieel voor het VK

Les publications les plus récentes sur brexit

Un pavé irlandais dans la mare

MR20191018Brexit

Le monstre de Belfast

MR20191017_Het monster van Belfast

Imagine…

MR20191016MRbrexit

Une petite lueur d'espoir a de nouveau suffi...

MR20191011_Een sprankeltje hoop

La BoE opte également pour la voie de l'assouplissement…

MR20190410BOE-GBP

Prorogaquoi?

MR20190829_Prorogatie

La livre s'accroche à un dernier espoir

MR20190823_Brexit

Une hausse de taux de la BoE est-elle envisageable?

MR20190611GBPBOERente
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.