Le Parlement prend le contrôle du Brexit

Les marchés

Theresa May a perdu la main sur le Brexit. Du moins temporairement. Le Parlement a déjà deux fois rejeté à une large majorité l'accord sur le Brexit tant décrié de May. On sait donc parfaitement bien ce que les députés ne veulent pas. Mais la Première ministre a déjà à plusieurs reprises déclaré que les parlementaires britanniques devaient maintenant clairement expliqué ce qu'ils voulaient. Hier, la Chambre des Communes a donc franchi un pas important en ce sens.

Hier, Theresa May a démarré la séance en expliquant que l'accord actuel sur le Brexit ne bénéficiait pas d'un soutien suffisant. Cela s'appelle enfoncer une porte ouverte. Elle a ensuite démenti les rumeurs d'un possible troisième vote parlementaire (éventuellement aujourd'hui). Au cours de ces dernières années, la Première ministre a appris à éviter et, surtout, encaisser les coups. Mais même une boxeuse aguerrie comme elle n'est jamais à l'abri de la défaite de trop.

La décision de May a été accueillie avec des ricanements, mais le sérieux est vite revenu lorsque la proposition de Letwin a été mise sur la table. L'ancien Tory voulait que le Parlement prenne un jour le contrôle sur l'agenda législatif. L'occasion pour les parlementaires de diriger enfin la manœuvre puisque c'est à eux que revient alors la responsabilité d'organiser les débats, un privilège qui revient en principe au gouvernement. La proposition de Letwin, qui contient toute une série de votes indicatifs sur un large éventail d'alternatives possibles, a été approuvée à une courte majorité (329-302).

Allons-nous enfin savoir ce que le Parlement veut vraiment? Nous en doutons. Indépendamment du précédent que l'approbation de cette proposition crée, cette nouvelle péripétie ne fait qu'intensifier le "fog" pourtant épais qui entoure déjà le Brexit. Les diverses options sur lesquelles le Parlement se prononcera (normalement) mercredi sont en effet très variées. Outre les deux scénarios extrêmes (une sortie sans accord ou pas de sortie du tout), de nombreuses autres pistes sont également citées. D'un Brexit relativement dur avec un accord de libre-échange à un départ beaucoup plus doux de l'UE, en passant par l'accord actuel de May. L'accord actuel pourrait, par exemple, être complété par un accès au marché unique européen. Une nouveau référendum fait également partie des possibilités. Beaucoup dépendra de la manière avec laquelle le vote est organisé, mais il n'est pas impossible que cette forme "ultime" de démocratie finisse aussi par déboucher sur une impasse. Seule la volonté d'éviter le scénario du "no deal" bénéficie d'une majorité claire. Le vote n'est en outre pas contraignant d'un point de vue juridique et May pourrait très bien ne pas en tenir compte.

Il n'est pas étonnant que la livre n'ait pas encore effectué de grand bon en avant. Cela fait déjà quelque temps que les investisseurs à long terme préfère se tenir à l'écart du marché de la livre sterling. Mais les investisseurs avec un horizon plus court ne se laissent désormais plus non plus guidés par les "vicissitudes politiques du moment". Le cours EUR/GBP a gagné un peu de terrain hier (la livre s'est affaiblie) et se maintient pour le moment dans la partie supérieure de la zone de 0,85. La proposition Letwin est une initiative noble, mais elle ne suffira pas à soutenir durablement la monnaie britannique, qui, dans une perspective plus large, s'est déjà solidement renforcée. Affaire à suivre…

Mathias Janssens, salle des marchés KBC
 

Figure - EUR/GBP: livre sterling pas impressionnée par l'initiative de Letwin

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Exercice de réflexion

MR20190719Denkoefening

À suivre: l'obligation rhinocéros

MR20190718 Neushoorn

Quel sera le prix réel de la libra?

MR20190717 Libra

Un sentiment de résignation

MR20190716 Un sentiment de résignation
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.