La Fed plus longtemps sur la touche

Les marchés

Cette semaine, la banque centrale américaine monopolisera l'attention. La Fed a changé son fusil d'épaule en début d'année. Le président Powell a désactivé le pilotage automatique du programme d'allègement du bilan pour s'installer aux commandes. Au lieu des relèvements des taux d'intérêt qu'elle envisageait d'opérer sur une base trimestrielle, la Fed a choisi de rester dans l'expectative. La patience est manifestement à la mode de l'autre côté de l'Atlantique également.

L'année dernière, l'économie américaine a été la seule à parvenir à prolonger la haute conjoncture globale de 2017. Elle le devait principalement à l'incitant fiscal du président Trump. Selon la théorie économique, une telle accélération de la croissance se traduit par une hausse de l'inflation, en particulier lorsqu'elle coïncide avec une pénurie sur le marché du travail. La Fed avait donc décidé d'anticiper en opérant des relèvements des taux d'intérêt à un rythme "soutenu". L'allègement du bilan a pour sa part atteint une vitesse de croisière de 50 milliards de dollars par mois. Depuis le dernier trimestre de l'année passée, la haute conjoncture s'essouffle aux États-Unis également. Le caractère international du ralentissement de la croissance pèse sur le PIB américain. Un modèle reconnu de la Fed d'Atlanta estime la croissance du premier trimestre à seulement 0,4% en base annuelle. La crainte d'une stagnation économique et la pression inflationniste restreinte retiendront sans doute plus longtemps la Fed d'agir. La progression de l'inflation est tout juste supérieure à l'objectif de 2%. La plupart des membres de la Fed ont désormais l'intention d'attendre une envolée de l'inflation pour réagir plutôt que d'anticiper sur un tel scénario.

À la fin de chaque trimestre, les gouverneurs de la Fed ont l'occasion de faire part individuellement de leur vision sur les perspectives de croissance et d'inflation et sur le taux directeur à leur avis approprié. En décembre, la médiane des prévisions au sujet de la future politique de la Fed en matière de taux d'intérêt est passée de 3 relèvements des taux d'intérêt en 2019 à seulement 2. La médiane du nombre total de relèvements des taux d'intérêt attendus pour ce cycle est retombée de 4 à 3. Nous pensons que les perspectives inférieures en termes de croissance et d'inflation vont inciter la Fed à tabler sur un rythme encore moins soutenu. Plus précisément, nous partons du principe que la Fed gardera ouverte l'option d'un seul nouveau relèvement des taux d'intérêt en fin d'année. Une intervention qui marquerait alors d'emblée la fin du cycle de durcissement (aucun relèvement des taux d'intérêt en 2020). Le marché des taux d'intérêt à court terme tient même compte d'un scénario dans lequel le taux directeur aurait déjà atteint son pic aujourd'hui et serait susceptible d'être abaissé l'année prochaine.

Le président de la Fed, Jerome Powell, mettra aussi plus rapidement que prévu un terme à l'allègement du bilan. Nous pensons que d'ici la fin 2019, la banque centrale américaine aspirera à nouveau à un bilan stable plutôt que décroissant. De cette manière, elle parviendra en effet à maintenir à un niveau constant les liquidités sur le marché. Depuis le début de l'allègement entrepris fin 2016, le total du bilan de la Fed a diminué d'environ 4500 milliards de dollars à 4000 actuellement.

À l'approche de la réunion de la Fed, les taux d'intérêt américains et le dollar restent sur la défensive. Le taux américain à 10 ans a perdu un soutien intermédiaire aux alentours de 2,61% et poursuit sa baisse en direction du bas de la fourchette de fluctuation actuelle, aux environs de 2,50%. Le différentiel EUR/USD laisse entrevoir depuis le début du mois une progression constante, de 1,12 à 1,1350. Il est probable que le marché tienne peu à peu compte du scénario "soft" de la Fed. Les bourses américaines ont profité du virage amorcé par Jerome Powell en début d'année et ont depuis lors engrangé des gains de l'ordre d'un peu plus de 15%. Pour autant que la croissance ne retombe pas totalement au point mort, l'attitude expectative des banquiers centraux et les rebondissements sur la scène géopolitique garantissent un apport d'oxygène suffisant.

 

Figure - EUR/USD: le dollar sur la défensive dans l'attente de la réunion de la Fed.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Coup de froid pour les optimistes après les PMI

MR20190418 Marktrapport PMI’s nemen groeioptimisten tegenvoets

Les taux de croissance chinois font taire les scénarios catastrophes

MR20190417 Marktrapport Chinese groeidata temperen doemscenario’s

Parcours difficile pour les résultats des entreprises

MR20190416 Marktrapport Kwartaalresultaten over kasseienparcours

Aide inattendue

MR20190415 Marktrapport Hulp uit onverwachte hoek
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.