Le Parlement rejette toute sortie sans accord

Les marchés

Deux des trois votes qui étaient prévus cette semaine au Parlement britannique ont déjà eu lieu. Le deuxième, celui d'hier, s'est soldé par un résultat qui n'était pas forcément attendu. Grâce à un amendement (qui n'était jusque là pas prévu), les députés ont rejeté "pour de bon" la possibilité d'une sortie de l'UE sans accord (le fameux "no deal"). Aujourd'hui, la chambre basse doit voter sur une possible prolongation de l'échéance du brexit. Mais il est encore impossible de dire combien de temps pourrait durer ce report. Tout dépendra vraisemblablement d'un troisième vote sur l'accord négocié par la Première ministre, Theresa May.

Lundi matin, May avait annoncé une avancée dans la question de la frontière irlandaise, LA pierre d'achoppement dans les négociations. Le geste du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a néanmoins été jugé insuffisant pour garantir le caractère temporaire du filet de sécurité irlandais. Et le Parlement britannique a donc, pour une seconde fois, rejeté la proposition de la Première ministre. Le lendemain, les parlementaires ont dû donner leur avis sur la possibilité de quitter l'UE le 29 mars sans accord. Avant le vote, le parlement a, via un amendement, décidé de retirer les mots "le 29 mars" de la question qui était soumise aux députés afin de donner au résultat du vote un caractère permanent. Malgré les efforts déployés par le gouvernement May pour convaincre les conservateurs de voter contre cette motion, celle-ci a obtenu une (courte) majorité. Le Parlement a ainsi officiellement écarté le scénario d'un "no deal" en toutes circonstances, et donc pas uniquement pour le 29 mars. May avait pourtant compté sur ce point pour obtenir le soutien d'un nombre suffisamment élevé de ses coreligionaires. Bien que lourde de sens, cette décision n'a cependant aucun caractère contraignant. Le risque que les Britanniques quittent l'UE sans accord n'est donc pas encore totalement écarté.

Il n'y a donc aucune majorité en faveur de l'accord négocié par May et aucune majorité en faveur d'une sortie sans accord. À 15 jours de la prise d'effet de l'Article 50, un report de l'échéance est donc devenu inéluctable. Cela nous amène au troisième vote. D'après les prévisions, celui-ci devrait tout de même obtenir une majorité ce soir. La Première ministre ne lâche cependant rien et a, entre-temps, plaidé en faveur d'un nouveau vote sur sa proposition (le troisième). Si son accord obtient une majorité la semaine prochaine, elle propose de reporter la date butoir au 30 juin. Cela évitera au Royaume-Uni de devoir participer aux élections européennes de mai. En cas de nouvelle défaite, May estime que la durée du report sera beaucoup plus longue, ce qui obligera le pays à élire des eurodéputés. Vous suivez toujours?

Au cours des semaines qui ont précédé cette "semaine de votes" cruciale, la livre a gagné un peu de terrain. Hier, le rejet du scénario du "no deal" a poussé le cours EUR/GBP en direction de 0,85, le niveau le plus fort atteint par la monnaie britannique en presque deux ans. Le cours intègre donc déjà beaucoup de nouvelles positives à l'heure actuelle. Nous nous montrons par conséquent plus prudents en ce qui concerne une possible nouvelle appréciation de la livre en direction des prochains niveaux techniques de 0,83/0,8250. Pour cela, il faudrait une nouvelle avancée ou, par exemple, un rejet complet du brexit. Les incertitudes politiques sont cependant encore nombreuses et plusieurs scénarios possibles sont encore sur la table. Si les votes de ce soir et de la semaine prochaine débouchent sur une prolongation de l'Article 50, la saga du brexit entrera alors dans une nouvelle phase.
 

Figure - Le cours EUR/GBP tombe à son niveau le plus bas en presque deux ans.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR

Le consommateur américain tient bon

MR20190916_Amerikaanse consument

Fin d'une ère (monétaire)

MR20190913Eindmonetair tijdperk
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.