La Grèce va-t-elle enfin pouvoir tourner la page de la crise?

Les marchés

En 2010, l'Europe avait été frappée par une crise de la dette dont la Grèce a été la principale victime. Après plusieurs prêts d'urgence, de nombreuses mesures d'économie et quelques crises (politiques), le pays du Premier ministre Alexis Tsipras tente aujourd'hui de tourner cette page noire de sa riche histoire. Hier, la Grèce a annoncé pour la première fois en neuf ans l'émission d'un nouvel emprunt à dix ans. Peut-on parler d'un nouveau départ?

On l'aurait presque oublié, mais avant que le spectre du brexit ne fasse son apparition, c'est surtout la Grèce qui se trouvait au centre des préoccupations. À partir de 2010, les difficultés financières dans lesquelles s'est retrouvé le pays ont débouché sur plusieurs crises politiques et économiques. En 2012, on a même cru un moment que la Grèce allait, de gré ou de force, sortir de la zone euro. Le terme "grexit" était né! Nous n'en sommes finalement pas arrivés là. La Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI), regroupés sous le nom de Troïka, ont imposé toute une série de mesures d'économie à Athènes, en échange de leur soutien financier. Trois plans de renflouement et 289 milliards d'euros d'aide plus tard, la Grèce essaye aujourd'hui de relever la tête. Pour la première fois depuis mars 2010, elle a même décidé de faire son retour sur le marché des emprunts avec une nouvelle émission à 10 ans.

Le mois passé, la Grèce était déjà parvenue à lever 2,5 milliards d'euros via l'émission d'une obligation à cinq ans. Vendredi dernier, l'agence de notation Moody's a relevé la note du pays de B3 à B1, estimant notamment que la politique de réforme commençait tout doucement à porter ses fruits. Une décision qui a incité le Trésor grec à de nouveau faire appel aux marchés des capitaux. Pour Tsipras, que les récents sondages ne donnent pas gagnant aux prochaines élections législatives qui se tiendront cette année, cela signifie que le pays peut enfin ouvrir une nouvelle page de son histoire. Mais est-ce vraiment le cas?

D'une point de vue économique, la Grèce ne se porte en effet pas mal depuis quelque temps. L'économie vient d'enregistrer son sixième trimestre de croissance consécutif et le chômage diminue lentement mais sûrement (il est passé d'un pic de 28% à 18,5%). Depuis que la crise a secoué le pays, la population a néanmoins subi une perte de richesse de 25%. Et aucun signe de reprise n'a encore été observé à ce niveau. La dette publique s'élève toujours à plus de 180% du PIB, faisant ainsi de la Grèce le plus mauvais élève de la classe européenne. Selon les estimations, l'endettement ne devrait converger vers les 100% du PIB qu'en 2060. Cette hypothèse repose toutefois sur des suppositions optimistes: un excédent budgétaire de 3,4% dans les 10 prochaines années et un surplus de 2,2% par la suite. Ce calcul pourrait très rapidement être remis en cause en cas de légère surestimation des chiffres ou de nouvelle crise (politique ou économique). La Grèce a donc encore un long chemin à parcourir.

Au paroxysme de la crise, la prime de risque de la Grèce par rapport aux emprunts allemands à 10 ans (considérés comme sûrs) avait dépassé les 3 500 points de base. Depuis, le pays a repris des couleurs, notamment grâce aux divers programmes de soutien et d'assainissement réalisés. La politique de la BCE et le relèvement de la note de Moody's vendredi dernier ont fait chuter le taux à 10 ans grec à son niveau le plus bas depuis 2006. La Grèce a donc retrouvé son niveau d'avant la crise sur le marché des emprunts. Une évolution principalement due au profil favorable de l'encours de la dette. La majeure partie de celle-ci est en effet due à la Troïka, avec des échéances plus longues que celles des nouvelles émissions. Le marché en déduit par conséquent que le pays dispose d'une capacité de remboursement suffisante.
 

Figure: Taux grec à 10 ans à son niveau le plus bas depuis 2006

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.