Le climat, un défi permanent pour l'économie allemande

Les marchés

Le ralentissement de la croissance allemande est principalement à attribuer à des facteurs temporaires. L'introduction des nouvelles normes d'émission pèse sur la production automobile allemande et a dans l'intervalle contaminé nombre d'autres secteurs de l'industrie. Le bas niveau des eaux du Rhin et d'autres cours d'eau a également posé problème aux grandes entreprises industrielles. En 2018, la chaîne de production a été perturbée par des défis logistiques. La transition énergétique a elle aussi des implications profondes. En marge de la sortie du nucléaire décidée par l'Allemagne, les centrales au charbon et au lignite deviennent de moins en moins acceptables, elles aussi. Tous ces éléments font pression sur la production industrielle dans de nombreux secteurs, mais certainement pas dans tous. L'évolution de la tendance est par exemple plus négative pour le secteur chimique que pour l'industrie automobile (voir graphique). Les secteurs défensifs se montrent également plus résistants.

Nombre d'économistes indiquent que ces facteurs temporaires forment un concours de circonstances. Une combinaison qui explique le ralentissement marqué de la croissance observé au troisième trimestre de 2018. Il est clair entretemps que les effets subsisteront plus d'un ou deux trimestres, mais les perspectives de croissance de pour ainsi dire tous les analystes laissent présager une reprise de l'économie allemande vers la fin de 2019 et en 2020. Le scénario économique de KBC se rallie également à cette vision. Après une croissance de 1,5% en 2018, nous nous attendons à un repli à 0,9% en 2019 suivi d'une remontée à 1,5% en 2020. Plusieurs arguments éloquents plaident en effet en faveur d'un redressement relativement rapide de l'économie allemande. La plupart des constructeurs automobiles réalisent des progrès encourageants dans le cadre de l'adaptation de leur offre de voitures. Le niveau des eaux du Rhin se normalise. Et les autorités allemandes conjuguent leurs efforts à ceux du secteur privé pour que la transition énergétique (le fameux "Energiewende") se déroule le mieux possible. De plus, les finances des pouvoirs publics allemands sont saines et permettent le recours à davantage d'incitants fiscaux pour relancer l'économie. Pour l'instant, ce n'est pas encore nécessaire vu que la vigueur du marché du travail soutient la consommation et que les investissements restent abondants. Seule l'incertitude du contexte international pourrait mettre des bâtons dans les roues. Un Brexit sans accord affectera en effet aussi les exportateurs allemands. Le plus grand risque pour l'Allemagne serait sans nul doute que le conflit commercial finisse par gagner l'Europe. Le maintien d'une croissance vigoureuse aux États-Unis et en Chine pourrait apporter un certain soulagement.
Lorsque des chocs secouent l'économie, la question est toujours de savoir s'ils sont de nature temporaire ou permanente et, dans le premier cas de figure, combien de temps cette situation temporaire est appelée à perdurer. L'avenir économique de l'Allemagne se présente toujours sous d'heureux auspices. Néanmoins, les évolutions que l'on observe actuellement montrent à quel point l'économie allemande est sensible à la problématique du changement climatique. Les facteurs temporaires qui se manifestent aujourd'hui présentent en effet tous un lien avec le climat. Dans l'intervalle, nous réalisons tous que le changement climatique n'a rien d'un phénomène éphémère. L'actuel dérèglement du fonctionnement de l'économie allemande est donc probablement appelé à se représenter à l'avenir… à moins de mettre en place une politique économique prévoyante. Ce qui est vrai pour l'Allemagne l'est évidemment aussi pour tous les autres pays, mais la dépendance relativement marquée de l'Allemagne par rapport aux activités industrielles traditionnelles rend la plus grande économie d'Europe particulièrement vulnérable.

Les marches pour le climat sensibilisent aujourd'hui l'opinion publique, mais le débat social se réduit vite à la problématique de l'énergie ou de la société de consommation. Or, des adaptations structurelles au tissu industriel sont nécessaires pour faire face aux défis que nous lance le climat. L'industrie allemande et les décideurs politiques doivent tirer des enseignements des récents événements. Pour éviter de telles disruptions temporaires à l'avenir, nous allons devoir miser davantage sur la planification à long terme. L'Allemagne en a les moyens. Par ailleurs, elle servira d'exemple aux autres pays d'Europe. Il y a donc du pain sur la planche!


 

Figure - Évolution de la tendance de la production industrielle allemande (indice de volume 2015=100, par secteur - Destatis

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.