Le zloty ne profite pas des mesures de stimulation

Les marchés

Beaucoup de pays/régions se demandent comment faire face au spectre d'un ralentissement de la croissance. La plupart des banques centrales estiment ainsi qu'elles n'ont pas encore épuisé toutes leurs munitions. Elles pourraient encore assouplir leur politique si nécessaire. La question est néanmoins de savoir si une telle approche a du sens dans des régions comme l'UE(M) ou le Japon, qui doivent déjà depuis longtemps composer avec les effets secondaires de taux extrêmement bas. Pour stimuler l'économie, mieux vaudrait dès lors passer par l'angle budgétaire. Cela n'a toutefois rien d'évident. Certains pays (comme l'Italie) aimeraient bien, mais ils ne disposent pas des marges nécessaires pour cela. D'autres en ont les moyens, mais préfèrent prôner l'orthodoxie budgétaire (Allemagne). En ce qui concerne les États-Unis, on est toujours en droit de se demander si les mesures de soutien prises l'année passée étaient bien nécessaires/souhaitables d'un point de vue économique ou budgétaire. Comparaison n'est pas raison, mais le cas de la Pologne présente tout de même quelques similitudes avec celui des États-Unis.

D'après la dernière estimation de la Commission européenne, l'économie polonaise a progressé de 5,1% en 2018. Pour cette année et la prochaine, les prévisions font en revanche état d'une décélération. KBC table sur un ralentissement à 3,3% en 2019 et 3,2% en 2020. La semaine prochaine, la banque centrale polonaise (NBP) actualisera ses prévisions. Quoi qu'il arrive, le gouvernement du parti Droit et Justice (PiS) a déjà estimé utile de puiser à nouveau dans son arsenal budgétaire. Le fait que le parti voit sa popularité décliner à l'approche des élections européennes (mai) et des élections législatives (automne) a certainement pesé dans la balance. Ce week-end, le Premier ministre Mateusz Morawiecki a ainsi annoncé un programme de relance ambitieux d'une valeur de 40 milliards PLN. Ce programme prévoit une augmentation des pensions, des allocations pour les ménages, une réduction d'impôt pour les jeunes travailleurs et de nouveaux investissements dans l'infrastructure.

Les marchés sont restés partagés après l'annonce de ces mesures. Ce sont surtout les taux à long terme qui ont augmenté considérablement. La hausse est en revanche restée limitée au niveau des échéances plus courtes et le zloty n'en a pas non plus vraiment profité. La théorie économique suggère néanmoins qu'un important assouplissement de la politique budgétaire peut, toutes choses étant égales par ailleurs, s'accompagner d'une politique monétaire moins accommodante. Cela ne s'applique toutefois pas dans le cas de la Pologne.
Malgré la vigueur de la croissance et les importantes hausses salariales (autour de 7,5%), l'inflation polonaise est restée largement inférieure à l'objectif de la Banque centrale polonaise de 2,5% en 2018 (0,9% en glissement annuel en janvier), notamment en raison de la chute du cours du pétrole et de certains facteurs techniques. La NBP s'est toujours montrée réticente à l'idée de prendre des mesures susceptibles de freiner "inutilement" l'économie. La faiblesse de l'inflation offre donc à la banque centrale l'excuse parfaite pour maintenir son taux directeur bas (1,5%). Lors de sa réunion de politique de début février, la banque centrale polonaise a dès lors indiqué que la probabilité d'un resserrement de taux avait encore diminué (2020 ou plus tard?). Dans ce contexte de ralentissement global de la croissance et d'inflation relativement faible, certains investisseurs se sont récemment demandé si la NBP n'allait pas rouvrir le débat sur une baisse de taux! Après les nouvelles mesures annoncées, cette question ne semble plus être à l'ordre du jour. Le marché (des changes) en a conclu, probablement à raison, que le monnaie polonaise devra encore attendre longtemps avant de pouvoir compter sur un soutien des taux. Dans ce contexte d'incertitude généralisée autour de la croissance, il est en effet peu probable que la NBP prenne l'initiative de relever ses taux. Nous ne nous attendons donc pas à une rapide reprise du zloty pour le moment.
 

Figure - EUR/PLN: toujours pas de soutien des taux en vue pour le zloty, malgré les mesures de relance du gouvernement

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ

Une Espagne encore plus fragmentée

MR20191112 Une Espagne encore plus fragmentée

Une Banque d'Angleterre prudente

MR20191108 Une Banque d'Angleterre prudente
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.