Les statistiques économiques donnent de l'air à la BCE

Les marchés

Les indicateurs PMI de confiance des entreprises européennes du mois de février ont été publiés hier. Cette enquête mensuelle menée auprès des directeurs d'achat donne le meilleur instantané possible de la situation économique. L'indice global pour la zone euro a gagné du terrain pour la première depuis le mois d'août de l'année passée, de 51 à 51,4. Les chiffres de janvier et de février laissent cependant supposer que la croissance restera faible dans la région au premier trimestre (0,1% en glissement trimestriel).

Au niveau des détails, l'industrie manufacturière et le secteur des services montrent des tableaux bien distincts. Le PMI industriel (49,2) est ainsi tombé sous la barre des 50 points, qui marque la frontière entre croissance et contraction économique, pour la première fois depuis juin 2013. Cette baisse s'explique par le recul mondial des exportations, qui a particulièrement touché l'Allemagne (PMI: 47,6). En outre, les indicateurs avancés, comme les (nouvelles) commandes, n'augurent aucune amélioration. Bien au contraire! Ce sous-composant affiche sa plus forte diminution en six ans. Celle-ci est notamment due aux craintes liées au protectionnisme commercial, au secteur automobile (après les nouvelles normes d'émissions, de nouveaux droits de douane aux États-Unis) et au Brexit.

Le secteur des services a quant à lui de nouveau progressé davantage que prévu. Ce secteur est principalement axé sur le marché intérieur. Pour l'ensemble de la zone euro, le PMI est passé de 51,2 à 52,3. Cette amélioration s'explique notamment par la vigueur du marché du travail et par la hausse du revenu disponible (surtout dans les pays du nord). Le secteur des services a également permis de compenser la baisse observée dans l'industrie en Allemagne (55,2). La croissance est estimée à 0,2% en glissement trimestriel pour le premier trimestre.

Les PMI français sont, depuis quelques mois, plus mauvais que ceux du reste de la zone euro, notamment à cause des actions des gilets jaunes. Maintenant que ce mouvement est en train de passer au second plan, les chiffres français montrent une amélioration tant dans l'industrie manufacturière (51,4) que dans le secteur des services (49,8).

Si les chiffres européens ne peuvent pas encore vraiment être qualifiés de formidables, force est tout de même de constater qu'ils rompent, en ce début d'année, avec la tendance baissière de 2018. Nous préférons rester prudents par rapport à la réaction des marchés hier. Les taux européens et l'euro se sont dans un premier temps repliés après la publication des chiffres, mais ils ont rapidement regagné le terrain perdu. Pour la première fois depuis longtemps, il a même été question d'un mouvement inverse (à la hausse), surtout au niveau des taux. Plus que le début d'un mouvement haussier, nous parlerions plutôt d'une fin éventuelle de la tendance baissière sur les marchés des taux et des changes. Mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives.

En ce qui concerne la réunion de la BCE du 7 mars, peu d'investisseurs semblent disposés à placer des paris "contrarian". Le marché s'attend à ce que la BCE lance une nouvelle salve de prêts à long terme et maintienne sa politique de communication à propos de sa politique monétaire (statu quo) jusqu'après l'été. Concrètement, le marché des taux ne prévoit pas de resserrement de la BCE avant fin 2020. La stabilisation des données en ce début d'année offre à la BCE la possibilité de conserver une position attentiste au niveau de sa politique de communication.
 

Figuur - EUR/USD: signes timides de redressement.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La livre s'accroche à un dernier espoir

MR20190823_Brexit

Les marchés des taux sonnent l'alarme

MR20190822 Rentemarkten slaan alarm

L'innovation industrielle allemande, clé de la relance

MR20190821_Duitse industriële innovatie

Politique budgétaire: flexible, mais aussi rapide?

MR20190820_Begrotingsbeleid: flexibel maar ook snel?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.