Un yuan stable? Pas aussi innocent qu'il n'y paraît!

Les marchés

Des rumeurs font état d'une avancée dans les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Un des sujets abordés a retenu notre attention: la monnaie. Les États-Unis auraient demandé à la Chine de n'intervenir que dans un seul sens sur le marché des changes. Les Chinois devraient ainsi empêcher que le yuan s'affaiblisse. Pas besoin d'intervenir en cas d'appréciation. Cette demande des Américains est pour le moins surprenante. Voyons quelles pourraient en être les conséquences.

Cela fait déjà longtemps que les États-Unis et d'autres pays demandent à la Chine de laisser le marché déterminer la valeur du yuan. Ces dernières années, la Chine a fait des efforts en ce sens. Et depuis quelque temps, le yuan suit plus ou moins les tendances générales des changes (l'évolution du dollar US dans le cas qui nous occupe). Tout le monde peut y trouver son avantage. En Chine, cette approche s'est inscrite dans le cadre de la volonté de se concentrer davantage sur la demande intérieure et de rendre le pays moins dépendant aux exportations. Il s'agit également d'une condition pour que le yuan (et donc la Chine) joue un rôle plus important dans le système financier international (paiements, monnaie de réserve). Le "reste du monde" doit quant à lui moins s'inquiéter du danger que pose un yuan maintenu artificiellement bas. On pourrait donc penser que tout le monde y trouve son compte. L'administration Trump semble pourtant avoir un autre avis...

Tout d'abord, les États-Unis veulent éviter que la Chine affaiblisse sa monnaie en représailles des droits de douane imposés sur les marchandises chinoises. Une telle décision aurait pour effet de saper l'avantage compétitif des entreprises américaines. La limitation de la baisse du yuan s'inscrit également dans une stratégie à long terme. Pour les Américains, les "résultats" de ces interventions sélectives pourraient être analysés dans le cadre d'une sorte d'évaluation permanente de tout éventuel accord commercial. Dans le but de déterminer si des droits de douane doivent être appliqués sur les importations chinoises et si oui, lesquels. Une manière de maintenir la pression. L'approche américaine va évidemment à l'encontre de l'argument (aussi défendu par les Américains) selon lequel tout le monde doit respecter les règles d'un commerce libre et non manipulé. Ce plaidoyer en faveur d'un marché libre est donc désormais passé au second plan par rapport au principe du "America First". L'issue de ce débat pourrait, à terme, avoir de lourdes conséquences.

Ainsi, une monnaie stable est difficilement conciliable avec des flux de capitaux libres. Ceux-ci peuvent en effet entraîner des mouvements dans les deux directions (du yuan, dans le cas qui nous occupe). La demande de stabilisation du yuan n'est donc pas du tout compatible avec celle d'une libéralisation du marché des capitaux chinois. Autre conséquence possible: si la Chine décide d'intervenir pour renforcer sa monnaie, cela signifie que la banque centrale chinoise achètera des yuans et vendra une partie de ses réserves de change, principalement du dollar. Avec, en principe, pour résultat une dépréciation du billet vert. Cela signifie par ailleurs que l'un des principaux détenteurs d'obligations d'État américaines réduira son portefeuille, précisément au moment où le Trésor américain doit émettre beaucoup de papier pour pouvoir financer le creusement du déficit public. Les Américains sont-ils en train de se tirer une balle dans le pied, avec le risque d'une hausse des taux? Une stabilisation relative du yuan vis-à-vis du dollar implique probablement que la monnaie chinoise (comme beaucoup d'autres monnaies émergentes) suivra en grande partie l'évolution du billet vert par rapport à l'euro. Le dollar est relativement fort à l'heure actuelle. S'il évolue à l'avenir en direction d'un niveau d'équilibre plus bas, il est très probable que la majeure partie de l'appréciation se répercute aussi sur l'euro! Pour le moment, il ne s'agit que d'une hypothèse basée sur des bruits de couloir. Nous plaçons toutefois ce sujet (la manipulation du yuan) en haut de notre liste des risques susceptibles d'avoir de lourdes conséquences sur l'économie et les marchés.
 

Figure - USD/CNY: le yuan s'apprécie légèrement suite aux rumeurs d'interventions "dans un seul sens", mais il y a plus...

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.