Maintenir les finances publiques belges sur les bons rails

Les marchés

Avec un déficit de 0,8% du PIB en 2018, la Belgique vient de publier son meilleur budget depuis 2007. Ce bon résultat s'explique en grande partie par la forte augmentation des versements anticipés des entreprises et des indépendants suite au durcissement des amendes appliquées en cas de versements insuffisants. Comme il s'agit d'un facteur temporaire, le déficit budgétaire va de nouveau gonfler (à politique inchangée) en 2019. La Banque nationale (BNB) estime ce déficit à 1,6% du PIB pour cette année et table ensuite sur une nouvelle détérioration à 2,0% en 2021.

Durant la précédente législature, l'assainissement est resté relativement limité. La diminution du déficit budgétaire en 2014-2018 (de 3,1% à 0,8% du PIB) est en effet principalement due à la baisse des charges d'intérêts (1,0%), à la conjoncture favorable et à des mesures ponctuelles (0,6%). La politique budgétaire effectivement menée, qui se reflète dans l'évolution du solde primaire structurel, n'a contribué à la réduction du déficit qu'à concurrence de 0,7%. Si le solde total a davantage progressé d'un point de vue relatif, le gouvernement Michel (2014-2018) a tout de même fait un peu moins que le précédent gouvernement dirigé par Di Rupo (2011-2014) en termes d'assainissement. Alors que le gouvernement Di Rupo avait mis la priorité sur les hausses d'impôts, le gouvernement Michel a quant à lui opté pour une réduction des dépenses. La marge budgétaire dégagée a davantage été utilisée pour diminuer les impôts que pour renforcer les finances.

Afin de pouvoir garantir la poursuite de la réduction de sa dette publique, la Belgique devra continuer à assainir son budget. Mais le budget 2019 n'a pas pu être approuvé à cause de la chute du gouvernement et un budget d'urgence, avec des douzièmes provisoires, a par conséquent dû être mis en place. Cela signifie que l'État pourra, cette année, dépenser chaque mois un douzième de l'équivalent du budget de 2018. 2019 sera donc une année perdue sur le plan de l'assainissement des finances publiques. Mais d'autres facteurs suscitent également des inquiétudes par rapport à l'évolution future du solde budgétaire. En effet, la croissance économique ralentit et il est peu probable que les taux restent encore longtemps à leurs plus bas historiques actuels. Et même si les coûts attendus du vieillissement de la population ont pu être légèrement réduits via des réformes, ceux-ci continueront aussi de peser sur les finances.

Ces dernières années, le taux d'endettement est passé d'un pic de 107,6% du PIB en 2014 à 102,3% en 2018. Pour pouvoir continuer à réduire la dette à un rythme suffisamment soutenu, il faudra, outre les efforts d'assainissement, également renforcer le potentiel de croissance de l'économie belge. De nouvelles réformes (sur le marché du travail entre autres) et de nouveaux investissements (dans l'infrastructure entre autres) seront donc encore nécessaires dans les prochaines années. L'impact d'une normalisation des taux sur les finances doit néanmoins être nuancé: si, compte tenu du niveau toujours élevé de la dette, une hausse des taux entraînera avec le temps une augmentation des charges d'intérêts, cette augmentation ne se fera ressentir que progressivement étant donné l'échéance moyenne élevée de la dette.
 

Figure - Finances publiques belges, ‘11-‘18 (en points de pourcentage du PIB)

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La livre s'accroche à un dernier espoir

MR20190823_Brexit

Les marchés des taux sonnent l'alarme

MR20190822 Rentemarkten slaan alarm

L'innovation industrielle allemande, clé de la relance

MR20190821_Duitse industriële innovatie

Politique budgétaire: flexible, mais aussi rapide?

MR20190820_Begrotingsbeleid: flexibel maar ook snel?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.