La peur est mauvaise conseillère

Les marchés

Le gouvernement allemand a, non sans fierté, présenté sa nouvelle politique industrielle cette semaine. L'industrie a donné à l'Allemagne ses lettres de noblesse et nos voisins espèrent que cela pourra encore continuer. L'accroissement de la concurrence internationale met cependant la position dominante du pays de plus en plus sous pression. L'industrie allemande peut pour le moment encore compter sur son savoir-faire technologique, sa longue expérience et un label de qualité reconnu de tous, mais la concurrence se fait néanmoins de plus en plus pressante. Les entreprises allemandes aiguisent notamment de plus en plus les appétits des investisseurs chinois. Via des reprises totales ou partielles, les entreprises chinoises, souvent soutenues par leur gouvernement, parviennent à accéder au marché européen ou à la technologie allemande. Une évolution que beaucoup de politiques allemands voient d'un très mauvais œil. Une partie importante de la nouvelle politique industrielle allemande vise par conséquent à bâtir un mur pour protéger les secteurs stratégiques des investissements chinois. Ce changement de cap fait suite à d'autres initiatives similaires prises en France et s'inscrit plus largement dans une tendance à l'échelle européenne qui consiste à protéger les entreprises nationales, souvent stratégiques, des investisseurs non européens. La Commission européenne plaide d'ailleurs explicitement pour que cela devienne une priorité politique à court terme.

La réaction de l'Allemagne et des autres pays est compréhensible. Nombreux sont ceux qui parleront d'une Europe enfin moins naïve. Mais si les investissements chinois en Europe ont fortement augmenté ces dernières années, ils ne représentaient cependant encore que 3,4% des investissements étrangers non européens totaux dans l'UE28 en fin 2017. En d'autres termes, la montée en puissance de la Chine n'a rien d'un raz-de-marée, mais reste plutôt ciblée.

Des mesures de ce type relèvent toutefois d'un protectionnisme pur et simple. Une telle stratégie servira les intérêts économiques intérieurs à court terme, mais sur le long terme, elle sapera le potentiel de croissance des entreprises européennes hors du continent. Aujourd'hui, force est de constater que, dans quasiment tous les secteurs, les entreprises européennes font figure de nains face aux géants mondiaux, qui sont pour la plupart américains ou chinois. Une stratégie défensive pour contrer la menace venant de l'Orient n'a de sens que si elle s'accompagne d'une stratégie offensive visant à renforcer le poids des entreprises européennes à l'échelle mondiale. Une telle stratégie dépasse les frontières nationales et nécessite, au minimum, une approche européenne commune. Si nous voulons préserver la concurrence au sein de notre marché unique, privilégier les géants européens pour renforcer la position de l'Europe sur le marché mondial ne constitue certainement pas la meilleure solution. Cela serait synonyme d'une hausse des prix et d'une diminution de la qualité pour les consommateurs européens. Seule une collaboration entre les entreprises européennes et non européennes permettra de faire face à la tendance aux économies d'échelle observée au niveau international. Les mesures à courte vue prises par certaines capitales européennes ne font malheureusement que traduire l'état de fébrilité dans lequel se trouve actuellement une Europe aux aguets. L'Europe aurait besoin de faire preuve d'un plus de courage en essayant de nouer des partenariats internationaux stratégiques. Seules des solutions "win-win" de ce type permettront de garder la tête haute dans un monde de plus en plus protectionniste.
 

Figure - Les 10 principaux investisseurs étrangers directs dans l'UE28 (% du total, fin 2017) (source DG ECFIN).

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Noël précoce en 2019

MR20191213

De proactif à réactif

MR20191212_Fed

Les défis derrière la façade du Brexit

MR20191122VKbrexit

Banques centrales: hier, aujourd'hui et demain

MR20191210_Centrale banken
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.