La qualité des statistiques ne suffit pas (ou plus) à convaincre le dollar

Les marchés

Le conseiller de Donald Trump, Larry Kudlow, l'avait déjà "prédit" quelques jours plus tôt: le rapport américain sur l'emploi ("payrolls") s'est révélé exceptionnellement brillant vendredi dernier. Le marché du travail américain a inauguré 2019 en créant 304.000 nouveaux emplois. Le marché, lui, tablait sur une progression "plus modeste" de 165.000 unités. Cette forte augmentation se doublait toutefois d'une révision à la baisse du chiffre de décembre 2018, qui a été ramené de 312.000 à 222.000 nouveaux emplois. Le taux de participation (63,2%) s'est hissé à son plus haut niveau depuis la fin 2013. Cet accroissement de la main-d'œuvre disponible s'est néanmoins soldé par un taux de chômage en légère hausse, de 3,9% à 4%. La croissance des salaires est quant à elle restée limitée à 0,1% en glissement mensuel (3,2% en base annuelle).

Les statistiques confirment l'excellente santé du marché du travail, qui semble jusqu'ici peu souffrir du "government shutdown" qui a été levé récemment. Nous nous garderons néanmoins de toute conclusion hâtive. La "household survey" (CPS), l'enquête menée dans le cadre des "payrolls" qui sert notamment de base pour déterminer le taux de participation et le taux de chômage, trahit en effet bel et bien l'impact de l'impasse politique. La raison en est que les centaines de milliers de fonctionnaires qui se sont temporairement retrouvés au chômage pendant le "shutdown" ne sont pas repris dans les "payrolls" officiels, mais bien dans la CPS. Nous remarquons par ailleurs que le taux de réponse de l'enquête des "payrolls" est resté exceptionnellement bas (aux alentours de 61%). C'était le cas en décembre également et c'est ce qui a finalement mené à la révision substantielle que nous évoquions plus haut. Il se pourrait que nous assistions à un rebondissement semblable pour janvier. Enfin, le rapport de janvier fait traditionnellement l'objet de quelques révisions d'ordre technique, de sorte que la prudence est de mise lorsqu'il s'agit d'interpréter ces chiffres.

Ces nuances importantes expliquent peut-être la réaction plutôt molle du dollar dans le sillage de la publication. Mais peut-être n'est-ce là qu'une partie de l'explication. Peu après le rapport sur l'emploi, l'indice ISM reflétant la confiance des entrepreneurs de l'industrie manufacturière a révélé une vigoureuse progression, de 54,3 à 56,6 points. Cette remontée était presque intégralement à attribuer à la composante des "nouvelles commandes", qui a grimpé de 51,3 à 58,2 points. Cette nuance est importante car cette composante fournit une indication au sujet de l'avenir de l'économie. Il s'agit dès lors pour l'économie post-cyclique américaine de l'un des indicateurs les plus suivis.

Mais même à cette nouvelle, le billet vert n'a réagi qu'assez froidement. C'est assez remarquable vu que les différentiels d'intérêt entre les États-Unis et l'Allemagne, eux, ont grimpé de 6 à 7 points de base. Ce constat suggère avant tout un dollar plutôt blasé. La Fed a fait volte-face la semaine dernière et il est peu probable que les récentes statistiques l'obligent à changer à nouveau son fusil d'épaule, d'autant que l'inflation (des salaires) ne trahit jusqu'ici aucune envolée. Vu les statistiques toujours obstinément faibles en provenance de l'UEM, nous voyons le différentiel EUR/USD continuer à évoluer latéralement dans sa fourchette de 1,12 à 1,15. Il faudra sans doute une percée dans l'un des dossiers économiques cruciaux pour un franchissement durable de ce seuil. Le conflit commercial est l'un de ces dossiers susceptibles de changer la donne. L'administration Trump semble optimiste au sujet des récentes négociations dans ce domaine. Dans les couloirs de la Maison Blanche, des bruits courent comme quoi Donald Trump et son homologue chinois s'apprêteraient à se rencontrer à la fin février. Peut-être Trump y fera-t-il allusion demain dans son discours sur l'état de l'Union…
 

Figure - EUR/USD: poursuite de l'évolution latérale en l'absence d'une percée dans les dossiers cruciaux?

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Taux américains en chute libre

MR20190524 - Amerikaanse rentes in vrije val

Chronique d'un départ annoncé

MR20190523 De kroniek van het aangekondigde afscheid

L'Italie toujours sous haute surveillance

MR20192205ItalieJill

Un calme interpellant...

MR20190521Calme
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.