Le report maintient (jusqu'ici) le calme sur les marchés

Les marchés

La semaine promet d'être passionnante. Après avoir consenti vendredi à rouvrir les services publics, le président Trump s'apprête à présent à aborder une phase cruciale des négociations avec la Chine. La banque centrale américaine se réunira mercredi, tandis que la saga du Brexit enchaîne les rebondissements. Ce ne sont donc pas les inconnues qui manquent cette semaine pour influencer le sentiment. Petit tour d'horizon…

Vendredi, nous avons eu droit à une 'bonne' nouvelle en provenance des États-Unis. Cédant à la pression de l'opinion publique, le président Trump a accepté de rouvrir les services publics pour trois semaines, sans aucune garantie quant au financement de son mur. En échange, les Démocrates sont disposés à mener des négociations intensives au sujet de la sécurité aux frontières. Trump estime la probabilité d'un accord à moins de 50%, mais promet néanmoins que le mur sera construit quoi qu'il arrive. Assez logiquement, les marchés s'en tiennent à une réaction plutôt neutre. Plus que probablement, nous en serons toujours au même point dans trois semaines. Ni Trump ni les Démocrates ne voudront céder. Verdict le 15 février.

Aujourd'hui, les vice-premiers ministres chinois sont en route pour Washington, où ils prépareront le terrain pour les négociations commerciales cruciales qui débuteront mercredi. Le ministre des finances américain Steven Mnuchin et le représentant au commerce Robert Lighthizer poursuivront alors les négociations avec le vice-premier ministre chinois Liu He. Des progrès sont perceptibles, même s'ils se limitent essentiellement à une volonté de la Chine d'importer davantage de produits américains. Les discussions sur des sujets plus délicats comme la protection de la propriété intellectuelle se révèlent bien plus laborieuses. Si les négociations n'aboutissent pas cette semaine, la probabilité qu'un accord soit conclu avant la fin du mois prochain s'en trouverait considérablement réduite. Or, à défaut d'accord, les États-Unis introduiront le 1er mars de nouvelles taxes sur les 267 milliards de dollars restants d'importations de biens chinois jusqu'ici exemptés.

Mercredi, la Réserve Fédérale tiendra sa première réunion de 2019. Il est pour ainsi dire certain que les taux directeurs resteront inchangés. Reste à voir si le président Powell se montrera à nouveau disposé à faire de l'allègement du bilan un instrument de politique actif, par opposition au mode de pilotage automatique adopté par la Fed ces dernières années. Au début du mois, Jerome Powell avait en effet indiqué que la politique actuelle à l'égard du bilan pourrait être ajustée dans l'intérêt des objectifs monétaires. Va-t-il donc mercredi ouvrir la porte à une politique plus flexible, autrement dit moins rigide ? Quoi qu'il en soit, cette hypothèse a imprimé depuis le début de l'année un nouvel élan au sentiment en Bourse.

La première ministre May se prépare elle aussi à aborder (une fois de plus) une semaine cruciale. Demain, la Chambre des communes se prononcera sur plusieurs amendements proposés à la loi sur le Brexit, dont deux sortent tout particulièrement du lot. Le premier émane du camp pro-européen et demande un report de la date butoir du Brexit si aucun accord n'est trouvé. Le deuxième est proposé par les Conservateurs eurosceptiques, qui veulent renvoyer Theresa May à Bruxelles pour rediscuter du "backstop" irlandais, une option inacceptable aux yeux de l'UE. La livre sterling, elle, a d'ores et déjà profité la semaine dernière de la probabilité accrue d'un report.

En fonction de la manière dont les dominos tomberont, le climat d'investissement pourrait se présenter tout à fait différemment d'ici une semaine. Quoi qu'il en soit, le 'report' est de nos jours une solution populaire, qui a le mérite de maintenir ne serait-ce que temporairement le calme sur les marchés financiers.
 

Figure - EUR/GBP: la livre sterling profite des rumeurs au sujet d'un report du Brexit

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.