Le réveil du couple franco-allemand

Les marchés

L'heure est actuellement à l'attente. Nous sommes aujourd'hui curieux de voir comment les entreprises vont parvenir à reprendre leurs activités. Et comment l'épidémie - qui, jusqu'à nouvel ordre, semble être plus ou moins sous contrôle - va évoluer. Les autorités monétaires ont déjà fait pratiquement tout ce que l'on pouvait attendre d'elles. Et les autorités budgétaires n'ont pas non plus chômé. Seule l'Union européenne était encore restée discrète. Mais la France et l'Allemagne ont visiblement décidé que cela devait changer.

L'axe franco-allemand a, dans le passé, souvent joué le rôle de moteur dans le processus décisionnel européen. Mais ce moteur s'était fortement grippé depuis le départ de Sarkozy en 2012. La crise du coronavirus a cependant sorti le couple franco-allemand de sa léthargie et les deux plus grandes économies européennes ont trouvé un compromis sur un fonds de relance européen. La France est, avec les pays du Sud de l'Europe, en faveur de ce que l'on appelle les obligations corona : une nouvelle dette contractée à l'échelle européenne qui est répartie entre les États membres sous la forme de subventions/tranferts. En revanche, l'Allemagne est, à l'instar de nombreux pays du Nord de l'Europe, opposée à toute forme de mutualisation de la dette. L'initiative franco-allemande opte pour une voie médiane qui passe par le budget européen.

Pour le financement du fonds, d'une valeur de 500 milliards d'euros, la proposition fait appel à la Commission européenne. Cette initiative aurait pour effet de gonfler considérablement la dette actuelle de l'UE (environ 52 milliards d'euros). Les moyens ainsi dégagés seraient distribués - pas prêtés - aux pays les plus touchés par la crise, c'est-à-dire ceux du Sud de l'Europe. Le remboursement de cette dette européenne se ferait via le budget européen, selon une clé de répartition définie en fonction du poids des États membres. Sur ce point, cela fait des années que l'Allemagne est le principal contributeur au budget de l'UE (près de 21% en 2018). Solidarité (Nord-Sud) européenne: fait. Ce fonds de relance n'est cependant pas encore près de voir le jour. Chaque État membre devra en effet approuver la proposition et la partie n'est pas gagnée d'avance. Des pays comme l'Autriche et les Pays-Bas insistent sur le fait que les ressources devraient être allouées sous forme de prêts. Question de principe. Le chancelier autrichien l'a encore rappelé hier. Et dans quelle mesure l'initiative franco-allemande est-elle vraiment différente d'une mutualisation de la dette? Encore un autre tabou pour les chantres de l'orthodoxie budgétaire du Nord de l'Europe.

Dans sa forme actuelle, la proposition risque de ne pas faire l'unanimité, mais les bases d'une solution ont tout de même été jetées. Pour les marchés, il s'agit en tous les cas d'un pas dans la bonne direction. Hier, l'humeur était déjà au beau fixe grâce aux résultats très prometteurs d'un vaccin contre le Covid-19. Et la possible mise en place d'un fonds de relance européen a été la cerise sur le gâteau. Les actions ont fait un bond de plus de 5% en Europe, les taux longs allemands ont grimpé de 8 points de base et les primes de risque de pays comme l'Italie se sont contractées de 25 points de base. L'euro s'est bien comporté et le cours EUR/USD a franchi le niveau de résistance de 1,0875 pour s'installer dans la partie basse de 1,09. Il faudra maintenant que les Européens joignent le geste à la parole. Le plus tôt sera le mieux.

Forte baisse de la prime de risque de l'Italie par rapport à l'Allemagne. Les bases d'un fonds de relance européen ont-elles été jetées?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Le dollar se fissure, l'euro se renforce

Le dollar se fissure, l'euro se renforce

Plan de relance européen: début des marchandages

Plan de relance européen: début des marchandages

L’axe franco-allemand soutient l’Europe – et la mine

L’axe franco-allemand soutient l’Europe – et la mine

Un pas en avant de l'Europe via... les impôts?

Un pas en avant de l'Europe via... les impôts?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.