L’UE n’est pas aux prises avec le coronavirus, mais avec ses propres démons

Les marchés

“Les crises renforcent l’Europe”. À chaque revers, cette rengaine mi-ironique, mi-sérieuse suscite l’espoir que les États membres parviendront à de nouvelles avancées dans le processus d’intégration européen. À nouveau, les regards se tournent vers les institutions de l’UE. Mais d’avancées, point: la désunion est manifeste. À l’échelle internationale, la puissance de l’Europe est réduite à peau de chagrin.

À l’arrivée d’Ursula von der Leyen, la Commission avait pourtant montré des signes d’ambition. Forte du Pacte vert, l’Europe prendrait la tête d’un mouvement international vers une économie plus verte. Une rhétorique forte avait été opposée au protectionnisme américain et à l’expansionnisme économique de la Chine. Mais la crise du coronavirus touche le talon d’Achille de la Commission. Les soins de santé et la sécurité sociale ne relèvent pas de son domaine de compétence, car les États membres ont toujours préféré tracer leur propre voie à cet égard. Et malgré la crise financière et la crise de la dette européenne, l’UE ne dispose toujours pas d’un fonds de stabilité automatique pour amortir les grands chocs conjoncturels avec le budget européen, dont la croissance dépend du PIB européen (voir graphique). L’Europe doit donc botter en touche. La coopération scientifique dans la lutte contre le COVID-19 aurait pu constituer un semblant de capacité d’action; mais cet espoir est également illusoire, comme le départ soudain de Mauro Ferrari du Conseil européen de la recherche l’a cruellement révélé.

En raison de la rigidité des riches pays du nord – et en premier lieu des Pays-Bas –, l’UE ne parvient pas à employer de manière constructive les moyens limités à sa disposition pour combattre les conséquences économiques de la crise du coronavirus. Quant aux propositions émises par la Commission de financer en partie les allocations de chômage et le soutien aux PME avec le budget européen et via la Banque européenne d’investissement, en plus du soutien apporté par le Mécanisme européen de stabilité, elles se heurtent au veto des pays du sud, qui leur reprochent leur insuffisance. En outre, la perspective d’obligations corona ou d’une augmentation radicale du cadre financier pluriannuel de l’UE fait frémir les gouvernements du nord. Manque d’expérience de la nouvelle équipe européenne, ou dure réalité politique des États membres, en proie à la fragmentation du paysage politique et à la polarisation des gouvernements? Le fait est que sur le plan de la direction internationale, l’UE est en régression. Inévitablement, la crise économique sera donc plus rude en Europe que dans d’autres régions du monde. La rapidité de la reprise dépendra des réactions nationales et non de la réaction européenne, ce qui signifie que son rythme variera d’un pays à l’autre. La convergence économique, l’une des plus belles réalisations du projet européen, fait machine arrière.

Y a-t-il de l’espoir? Une crise fondamentale pourra probablement être évitée. À l’aide d’instruments de moins en moins conventionnels, la BCE maintiendra l’unité de la zone euro. Il n’en reste pas moins que pour la troisième fois en 12 ans, l’Europe échoue à résoudre les problèmes de manière structurelle. Écrire un chèque en blanc à l’Europe du Sud n’est pas une solution. Un soutien en échange de réformes structurelles est le seul compromis viable, surtout dans une union monétaire: le choix des instruments de politique ne pourra avoir lieu que si tout le monde accepte ce principe de base. Dès lors et nonobstant des interventions massives de la BCE, cette lutte contre les démons intérieurs de l’Europe provoquera tôt ou tard de nouvelles et vives tensions sur les marchés. Et mieux vaudrait que ce soit tôt que tard, pour bousculer les décideurs politiques et les inciter à atteindre un compromis honorable.

Graphique: Évolution du budget de l’UE et du PIB de l’UE (indice année 2000 = 100)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La BoC et la RBA jouent la carte de l'optimisme

La BoC et la RBA jouent la carte de l'optimisme

Le cours EUR/USD poursuit sur son élan

Le cours EUR/USD poursuit sur son élan

Le dollar se fissure, l'euro se renforce

Le dollar se fissure, l'euro se renforce

Plan de relance européen: début des marchandages

Plan de relance européen: début des marchandages
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.