En attendant le bon remède...

Les marchés

La crise du coronavirus a forcé quasiment toutes les autorités budgétaires et monétaires à ouvrir totalement le robinet des liquidités. Les banques centrales et les gouvernements ont sorti leurs bazookas. Aux États-Unis, la Fed n'a pas lésiné sur les moyens. La détermination de la banque centrale à procéder à des achats d'obligations publiques illimités (!) a pendant un moment été occultée par le bras de fer opposant les républicains et les démocrates à propos de l'énorme plan de relance de 2.000 milliards de dollars prévu pour soutenir l'économie américaine. Mais les deux partis ont fini par s'entendre. Hier, le Sénat a donné son feu vert à l'ambitieux paquet de mesures élaboré pour atténuer les effets de la pandémie. Parmi les énormes moyens dégagés, un "big number" pour reprendre les mots de Donald Trump, 500 milliards seront notamment prévus pour venir en aide aux secteurs les plus touchés. 500 autres milliards seront consacrés à des versements directs aux ménages américains. Chaque famille pourra prétendre à un montant maximal de 3.000 dollars. Des crédits seront parallèlement mis à disposition des PME à hauteur de 350 milliards de dollars. Environ 250 milliards de dollars seront aussi débloqués pour le paiement d'allocations de chômage supplémentaires et quelque 130 milliards de dollars seront mis de côté pour aider les hôpitaux.

Ce cocktail inédit de mesures budgétaires et monétaires devraient permettre de dompter le monstre. Reste à savoir si et quand ce remède donnera des résultats...Alors que les mesures fortes visant à endiguer la propagation du virus se multiplient, l'économie mondiale pique du nez à grande vitesse. Les premiers chiffres publiés annoncent une catastrophe économique imminente. Les Markit PMI mesurant la confiance des entreprises se sont effondrés à des niveaux qui n'avaient jamais été atteints en mars. L'indicateur pour la zone euro a ainsi chuté de 20,2 points à 31,4, son niveau le plus bas jamais enregistré! La crise du coronavirus heurte de plus en plus de secteurs via la perturbation des chaînes d'approvisionnement, la forte diminution de la demande et des mesures de confinement de plus en plus drastiques, qui paralysent une grande partie de l'activité (des entreprises). Les États-Unis ne sont pas non plus épargnés par ce scénario catastrophe. Outre Atlantique, l'indicateur de confiance s'est replié plus que prévu (de 49,6 à 40,5) et a atteint son niveau le plus bas depuis la crise financière... Le secteur des services est particulièrement frappé. L'indicateur du secteur des services a ainsi plongé de 49,4 à 39,1 sur fond d'effondrement des nouvelles commandes et des commandes à l'exportation, poussant les entreprises à procéder à des coupes claires dans leurs effectifs. Dans ce contexte, pratiquement personne n'ose encore penser aux prévisions économiques pour les 12 prochains mois.

Tout cela n'a pas empêché les investisseurs de mettre (pendant un moment) leurs soucis de côté ces derniers jours. L'énorme plan de relance budgétaire approuvé aux États-Unis a entraîné un rebond du risque. Les bourses (américaines) sont reparties à la hausse et ont gagné jusqu'à 11,4%! Une sorte de baroud d'honneur? Le moral des investisseurs, qui avait plus ou moins tenu bon hier, est de nouveau en berne aujourd'hui. Ces derniers estiment visiblement que même un montant de 2.000 dollars ne suffira pas à amortir le choc du coronavirus. En outre, le mauvais fonctionnement des structures sociales aux États-Unis risque de rendre une distribution efficace et efficiente de fonds difficile. Un aspect qui attire plus l'attention maintenant que toutes les cartouches - budgétaires et monétaires - ont été tirées. Et la situation économique suscite aussi à nouveau plus d'intérêt dans ce contexte. Cela s'est d'ailleurs remarqué sur le marché des changes. À cet égard, nous nous attendons à une forte hausse des demandes d'allocations de chômage cet après-midi et nous serons attentifs à la réaction du dollar après la publication de ces chiffres. Les répercussions de la crise du coronavirus sur l'économie risquent de peser sur le dollar à court terme. Le billet vert est déjà en perte de vitesse ce matin. Le cours EUR/USD tourne autour de 1,094. Hier, la paire de devises était encore proche de 1,08... En outre, si les dirigeants européens parviennent à s'entendre sur une réponse efficace à la crise lors du sommet d'aujourd'hui et demain, cela pourrait profiter à l'euro. Nous nous montrons légèrement plus positifs vis-à-vis du cours EUR/USD. Une rupture au-dessus de 1,09 équivaudrait à une confirmation technique.

EUR/USD : un dollar sur la défensive malgré le bazooka (budgétaire).

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Le cours EUR/USD poursuit sur son élan

Le cours EUR/USD poursuit sur son élan

Le dollar se fissure, l'euro se renforce

Le dollar se fissure, l'euro se renforce

Plan de relance européen: début des marchandages

Plan de relance européen: début des marchandages

L’axe franco-allemand soutient l’Europe – et la mine

L’axe franco-allemand soutient l’Europe – et la mine
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.