L'euro aux enfers: toujours plus bas…

Les marchés

Le calendrier de la semaine dernière était prometteur mais a malheureusement donné peu de spectacle. Pour résumer: la croissance allemande a déçu les attentes, les statistiques américaines se rapprochaient assez bien du consensus, l'audience du président de la Fed Jerome Powell n'a pour ainsi dire rien révélé de nouveau et le coronavirus a été baptisé Covid-19. La réaction de la plupart des marchés financiers était à l'avenant. Les marchés obligataires, en particulier, ont connu une semaine peu inspirante. Le taux allemand à 10 ans s'est stabilisé aux alentours de sa zone de soutien de -0,4%, tandis que son pendant américain avoisinait 1,6%. Les marchés des actions ont pour leur part fait du surplace non loin de leurs sommets (historiques).

Détail frappant: les devises, et tout particulièrement l'euro, n'ont pas chômé pendant ce temps. Nous avions déjà épinglé au début de la semaine dernière le franchissement du seuil crucial de 1,0981 EUR/USD. En réalité, il ne s'agissait que du début d'une série de lourdes pertes qui, à un jour près, s'est poursuivie pendant toute la semaine. Dans l'intervalle, la paire de devises cote à peine à 1,08, son niveau le plus bas depuis avril 2017. Même par rapport à la livre britannique, la monnaie unique fait piètre figure. Le différentiel EUR/GBP fluctue aux alentours des niveaux qu'on lui a connus dans le sillage de la victoire électorale historique du parti Conservateur britannique en décembre dernier. Les raisons sont diverses. D'une part, tant le dollar que la livre sterling sont plutôt en forme. Le billet vert profite du bénéfice du doute dans l'incertitude ambiante (incarnée notamment par le coronavirus). Quant au différentiel d'intérêt substantiel, il est toujours bon à prendre. La livre sterling espère quant à elle davantage d'incitants fiscaux. Le ministre des finances britannique, Sajid Javid, a démissionné à l'improviste la semaine dernière. Son successeur, Rishi Sunak, aurait semble-t-il davantage tendance à prendre des libertés par rapport à l'orthodoxie fiscale. La livre sterling a gagné d'un seul coup presque un point entier par rapport à l'euro, de 0,84 à 0,83. Pour retrouver un niveau encore plus vigoureux dans les graphiques, il faut remonter à la période antérieure au référendum. La faiblesse de l'euro est l'autre facette de l'histoire. Les fondamentaux économiques de la zone euro vacillent. Le moins que l'on puisse dire est que le redémarrage de la machine économique est plutôt laborieux. La locomotive allemande est retombée au point mort au quatrième trimestre, et plusieurs wagons importants semblent s'essouffler eux aussi. Sans compter que le rétablissement de l'économie a incontestablement trouvé un nouvel obstacle: le coronavirus. Les graphiques techniques ne sont pas non plus flatteurs pour l'euro. Pour le différentiel EUR/JPY, nous avons été témoins d'un franchissement à la baisse du niveau de soutien de 119,25. Il s'en est suivi une réaction en chaîne dont les effets étaient perceptibles jusque dans le nord (EUR/NOK et, dans une moindre mesure EUR/SEK). Un spectacle étonnant.

Quand le vent va-t-il tourner pour l'euro? Les catalyseurs à court terme se font plutôt rares. Des statistiques empreintes de faiblesse outre-Atlantique pourraient évidemment aider, mais il serait encore préférable que le changement provienne d'une bonne surprise en Europe. Vendredi, l'indice PMI reflétant la confiance des entrepreneurs européens nous fournira de nouvelles informations. Quoi qu'il en soit, nous aurions tendance à inciter à la prudence les investisseurs qui misent sur une remontée de l'euro. L'impact du coronavirus et de la perturbation de la chaîne logistique qui en découle est difficile à évaluer. Et vu le sentiment déjà vacillant, le moindre facteur perturbateur additionnel est susceptible d'être la goutte d'eau qui fera déborder le vase. Une mauvaise surprise n'est pas à exclure. Au niveau de l'EUR/USD, cela pourrait se traduire par un test et/ou une rupture de la zone 1,0778/0821 (la fourchette d'avril 2017).

EUR/USD: une déception du côté des PMI pourrait engendrer une rupture de la fourchette d'avril 2017.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Les banquiers centraux contrôlent la courbe des taux

MR20200327_Centrale bankiers controleren rentecurve

En attendant le bon remède...

MR20202603 n attendant le bon remède...

Le chant du cygne de l'économie de marché

MR20200325 Le chant du cygne de l'économie de marché

Powell la joue à la Draghi

MR20202403 Powell la joue à la Draghi
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.