Les gilets jaunes font plier Macron

Les marchés

Le président français Emmanuel Macron compte dépenser 10 milliards d'euros de plus que prévu dans l'accord budgétaire actuel en 2019, espérant ainsi mettre un terme au mouvement de protestation des gilets jaunes. Cette décision risque cependant de faire grimper le déficit budgétaire à 3,5% l'année prochaine. Une nouvelle qui doit certainement réjouir le gouvernement italien. Dans ce contexte, comment l'Europe réagit-elle?

Cela fait six semaines que les gilets jaunes sont descendus dans la rue, initialement pour protester contre une nouvelle augmentation des taxes sur le carburant. Mais le mouvement a rapidement élargi ses revendications à d'autres enjeux sociaux, comme par exemple l'écart de pouvoir d'achat entre les différentes couches de la population. Dans un premier temps, Macron a préféré faire la sourde oreille, en pointant les effets négatifs des carburants fossiles sur l'environnement comme principale raison de la hausse des taxes sur les carburants. Un argument qui n'a absolument pas convaincu l'homme de la rue. Les actions se sont donc multipliées et sont devenues plus violentes. Macron a donc fini par plier et a signé un chèque de 10 milliards d'euros dans le but d'apaiser les esprits. Avec ce montant, le président français compte relever les salaires minimums, défiscaliser les heures supplémentaires et les primes de fin d'année et renoncer à la hausse prévue de la fiscalité sur les carburants.

Comment réagit l'Europe?

Les nouvelles dépenses annoncées risquent de faire grimper le déficit fiscal de la France à 3,5% du PIB l'année prochaine. En contradiction donc avec les règles budgétaires européennes, que la France a toujours ardemment défendues. Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, va-t-il réserver à son pays natal le même traitement que celui qu'il réserve à l'Italie depuis quelques mois? Le taux d'endettement de la France est certes plus bas que celui de l'Italie (132%), mais il évolue tout de même en direction des 100% du PIB. Le coup est en outre particulièrement rude pour l'europhile Macron. Alors qu'il était encore qualifié de nouveau sauveur de l'Europe il y a un an et demi, celui-ci se retrouve en effet aujourd'hui dans le même bateau que les eurosceptiques italiens Di Maio et Salvini. Mais l'affaire n'est cependant pas encore réglée pour les gilets jaunes. Ces derniers ont annoncé de nouvelles actions de protestation, alors que certains vont même jusqu'à réclamer la démission du président. Reste maintenant à savoir si cette injection fiscale aura un impact sur les mouvements de protestation.

L'écart entre les taux à 10 ans français et allemand a grimpé hier à 48 points de base, son niveau le plus élevé depuis les élections présidentielles de l'année passée. Il est cependant encore très loin des 285 points de base qui séparent le taux à 10 ans italien de son équivalent allemand. Autre conséquence, les Italiens risquent de se sentir un peu plus forts dans les négociations qu'ils mènent actuellement avec la Commission européenne à propos de leur budget. La question est de savoir si l'Europe pourra toujours se montrer aussi sévère vis-à-vis de l'Italie, alors que la France évolue aussi dans la même direction.
 

Figure - Écart entre les taux à 10 ans français et allemand.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.