Le coronavirus perturbe les marchés

Les marchés

Vendredi, il semblait que les marchés s’apprêtaient à tourner la page du coronavirus aussi rapidement qu’ils l’avaient fait avec la crise iranienne. Les nouvelles qui nous sont parvenues de Chine ce week-end n’ont cependant rien de rassurant. Résultat, la correction "risk-off" s’intensifie. En outre, la donne est encore compliquée par le fait que le marché chinois, le premier concerné par le virus, est fermé cette semaine. Les conséquences de cette crise ne peuvent être minimisées. Les mouvements actuellement observés ne traduisent pas uniquement une réaction par rapport à l’impact économique négatif du coronavirus en Chine et ailleurs dans le monde. Ils donnent également une idée du positionnement et de l’état d’esprit sur les marchés. La semaine passée, nous évoquions encore le niveau extrêmement faible des rémunérations pour les risques de marché et les autres types de risques. Un retournement inattendu pourrait provoquer pas mal de sueurs froides et entraîner des mouvements de repositionnement.

Commençons par les conséquences pour la croissance. Celles-ci sont encore difficiles à évaluer à ce stade précoce de la crise. Les estimations de l’impact du SRAS en 2003 montrent que la croissance chinoise avait ralenti d’environ 0,8% cette année-là. Des secteurs comme ceux des transports ou des ventes au détail pourraient être en difficulté pendant un certain temps. En revanche, l’impact pour les pays hors Asie (comme les pays européens et les États-Unis) devrait rester limité. D’un autre côté, le poids de la Chine dans la croissance mondiale a considérablement augmenté depuis 2003. L’espoir que 2020 puisse être une année avec moins de "risques événementiels" a déjà été douché à deux reprises cette année, après l’épisode de la crise iranienne. La "déception" est déjà palpable au niveau du sentiment de marché.

Des premiers niveaux de support techniques sont en train d’être rompus sur différents marchés. La tendance haussière sur les bourses s’est (provisoirement?) interrompue. Un mouvement de repositionnement est également observé sur le marché des taux. À la fin de l’année passée, on avait le sentiment que le "reflation trade" allait pouvoir se poursuivre. Les modestes chiffres publiés au début du mois (surtout en Europe) ont empêché une nouvelle hausse des taux. Les taux européens et américains sont depuis repassés sous de premiers niveaux de support. Il est encore trop tôt pour en déduire, par exemple, que le virus va pousser la Fed à abaisser ses taux. La courbe des taux devient plus plate. Les investisseurs semblent de plus en plus disposés à exploiter la prime de taux des échéances plus longues. Constat surprenant : malgré l’ambiance "risk-off", les investisseurs continuent d’apprécier les rendements plus élevés des obligations de la périphérie de l’UEM, en témoigne l’obligation souveraine grecque à 15 ans placée aujourd’hui.

Sur le marché des changes, la situation demeure partagée. Les monnaies de petits pays moins liquides sont particulièrement touchées, indépendamment de l’état de leur économie. Le dollar australien, la couronne norvégienne, la couronne suédoise et les devises d’Europe centrale (CZK, HUF, PLN) ont beaucoup souffert hier. Le franc suisse a quant à lui grimpé à son niveau le plus élevé depuis 2017. Au niveau des principales paires de devises, la logique des valeurs refuges a été respectée. C’est le yen qui en a le plus profité, suivi par le dollar, l’euro fermant ce peloton sélectif. La volatilité demeure ici très faible par rapport aux mouvements importants observés sur les autres marchés. En ce qui concerne les petites devises, on pourrait s’attendre à un possible retour à plus de discrimination entre les profils solides et les profils moins solides une fois la tension retombée d’un cran. L’activité sur les marchés ce matin montre que nous n’en sommes pas encore là. Pour le moment, le message est de ne pas aller à l’encontre du repositionnement/de la tendance.
 

Taux à 10 ans US : tendance haussière provisoirement interrompue.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

L’hélicoptère monétaire: l’illusion d’un “free lunch”

MR20200401 L’hélicoptère monétaire: l’illusion d’un “free lunch”

Orban s'octroie les pleins pouvoirs

MR20200331_Orban

La ruée vers le dollar touche-t-elle à sa fin?

MR20203003RunUSDvoorbij

Les banquiers centraux contrôlent la courbe des taux

MR20200327_Centrale bankiers controleren rentecurve
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.