Jour J pour le brexit: ni victoire, ni effondrement.

Les marchés

La tension sera à son comble demain (11 décembre) pour Theresa May. Le parlement britannique s'apprête en effet à voter sur le projet d'accord de retrait ("Draft Withdrawal Agreement") et la déclaration politique conclus entre le gouvernement britannique et l'UE après plusieurs jours de débats houleux. Ces deux documents fixent un cadre pour respectivement la période consécutive au brexit (après mars 2019 en principe) et la collaboration à long terme entre les 27 et le Royaume-Uni. À l'heure actuelle, il est peu probable que ces propositions recueillent une majorité des voix à la Chambre des Communes. Toutes les tensions de ces derniers mois risquent donc de déboucher sur une simple fin de non-recevoir. La défaite de Theresa May semble inévitable, surtout au vu des grandes divisions au sein de son propre parti des conservateurs. Mais cela ne sera pas automatiquement synonyme d'un "no deal" ou d'un "brexit dur". Il ne faut pas non plus s'attendre à un tremblement de terre sur la scène politique, car personne n'a vraiment envie d'être à la place de la Première ministre à l'heure actuelle. Sur la base d'amendements votés au parlement britannique, May pourrait reprendre la direction de Bruxelles dans l'espoir d'obtenir quelques concessions des 27. Mais toute renégociation paraît totalement exclue à l'heure actuelle. Il existe pourtant une certaine marge de manœuvre au niveau du texte. Dans sa forme actuelle, l'accord est particulièrement positif pour les 27. Or si ceux-ci veulent d'une relation stable avec le Royaume-Uni, ils devront certainement répondre à certaines doléances des Britanniques. Ce n'est que de cette manière que l'on parviendra à atteindre l'objectif numéro un de tout accord: préserver une zone de libre-échange entre les anciens partenaires. Il s'agit de la condition sine qua non pour éviter que le brexit n'ait de trop lourdes répercussions. Tout le monde est d'accord sur ce point, y compris au parlement britannique.

L'horloge tourne. On peut supposer que l'échéance politique de mars 2019 n'est pas gravée dans le marbre. Tant qu'il existera une chance d'éviter un brexit dur, les deux parties privilégieront les discussions plutôt qu'un grand saut dans l'inconnu. La pression en provenance des marchés va certainement s'accroître. Si l'économie britannique se porte toujours bien à l'heure actuelle (0,6% de croissance au troisième trimestre, contre 0,2% pour la zone euro), force est de constater que les nuages commencent à s'amonceler. L'économie britannique a encore pu profiter de la faiblesse de la livre, qui a pour effet de soutenir les exportations. Et la bonne conjoncture aux États-Unis a également un impact positif. Mais la dépréciation de la monnaie provoque aussi une accélération de l'inflation, alors que le croissance des salaires reste limitée. Malgré une situation de plein emploi, le pouvoir d'achat des ménages britanniques est donc en train de diminuer. À terme, cela pèsera non seulement sur la croissance de la consommation, mais cela accentuera aussi les pressions d'ordre politique, en provenance tant des entreprises que de la société britannique dans son ensemble. Malgré la haute teneur intellectuelle des débats au parlement, ce sera au bout du compte la dure réalité qui forcera les politiques à trouver une solution. Et l'homme et la femme de la rue ont tout intérêt à que la sortie du Royaume-Uni soit "douce". Le revenu disponible dans le pays diminue quasi systématiquement depuis le référendum sur le brexit.

Alors qu'une période de stagflation s'annonce, il est temps que les politiques britanniques regardent la réalité économique de leur pays en face: la population britannique, qui est en train de s'appauvrir, n'a aucun intérêt à ce que le gouvernement s'engage dans une guerre d'usure avec les Européens. La porte qui donne sur l'Europe est toujours entrouverte. Il faudra le plus rapidement possible trouver une solution pour qu'elle ne se referme pas de trop.
 

Figure - Revenu disponible réel au Royaume-Uni (% en glissement trimestriel)

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Noël précoce en 2019

MR20191213

De proactif à réactif

MR20191212_Fed

Les défis derrière la façade du Brexit

MR20191122VKbrexit

Banques centrales: hier, aujourd'hui et demain

MR20191210_Centrale banken
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.