Gouvernement de coalition en Espagne, mais pour combien de temps?

Les marchés

Ils y sont finalement arrivés ! Les Espagnols ont un nouveau gouvernement. Contrairement à nous en Belgique. Lundi, Sanchez avait, comme prévu, perdu un premier votre de confiance, pour lequel la majorité absolue était requise. Pour le second tour mardi, le premier ministre espagnol n'avait plus besoin que d'une majorité simple. Pour cela, Sanchez a pu compter sur le soutien du parti nationaliste basque PNV et de quelques petites formations régionales. Le parti séparatiste catalan ERC s'est, quant à lui, abstenu. Au final, 167 députés ont voté en faveur du nouveau gouvernement et 165 s'y sont opposés.

Paysage politique fracturé

Le paysage politique espagnol est particulièrement fracturé à cause de la crise économique, de la question catalane et de toute une série de scandales de corruption. La formation d'une coalition peut donc être considérée comme une belle avancée. Après près d'un an d'impasse et deux élections nationales, l'Espagne est de nouveau dirigée par un gouvernement de coalition, pour la première fois depuis 80 ans. Il n'y a toutefois aucune raison de se réjouir trop rapidement. Ce qui attend la nouvelle équipe au pouvoir n'aura rien d'une promenade de santé. Le premier ministre Pedro Sanchez n'a en effet pas ménagé ses efforts pour finalement parvenir à créer une coalition rassemblant les sociaux-démocrates du PSOE et les radicaux de gauche de Podemos. Résultat: une gouvernement minoritaire (155 sièges sur 350, soit 21 en dessous de la majorité absolue) orienté à gauche. Reste maintenant à savoir combien de temps Sanchez et Iglesias parviendront à maintenir cette alliance fragile. La tâche qui attend le premier ministre est en effet énorme: il devra séduire à la fois Bruxelles, Madrid et Barcelone. Le nouveau gouvernement entend promouvoir une rupture sociale via le relèvement du salaire minimum, l'augmentation des impôts sur les hauts revenus et les entreprises, une plus grande sécurité du travail... Bref, des projets qui nécessiteront beaucoup de moyens. Et à cela s'ajoute évidemment la délicate question de la Catalogne. Sanchez devra en effet faire un geste en faveur de l'ERC, qui l'a aidé à prendre les rênes du pays en échange d'un dialogue sur la Catalogne. Pour les partis de (centre-)droite, ce soutien des indépendantistes catalans est particulièrement difficile à digérer, car il met, selon eux, l'unité du pays en danger.

Seul l'avenir nous dira si cette coalition est tenable. En tous les cas, les obstacles ne manqueront pas. Les partenaires partagent la même orientation idéologique, mais si cette coalition de gauche, qui a été élue à une très courte majorité, veut avoir le soutien du parlement, elle devra mettre pas mal d'eau dans son vin. Pour pouvoir mener sa politique et faire passer ses décisions au parlement, l'équipe au pouvoir devra continuer à faire les yeux doux à des partis comme l'ERC. Sans ce soutien, le gouvernement risque de se retrouver rapidement bloqué. Et ce sera de nouveau l'impasse politique...
Les marchés sont restés de marbre à l'annonce de la formation d'un nouveau gouvernement. La prime de risque de l'Espagne vis-à-vis de l'Allemagne n'a quasiment pas bougé. Ces derniers temps, les investisseurs (européens) ont montré qu'ils ne se préoccupaient pas vraiment des risques politiques. Pour le gouvernement espagnol, ils préfèrent également opter pour une position attentiste. Une chute du gouvernement n'aurait donc ici pas nécessairement de lourdes conséquences. En revanche, il sera intéressant de voir comment les marchés réagissent si Sanchez tente de faire passer certains de ses projets coûteux au parlement. Dans ce cas-là, la prime de risque de l'Espagne pourrait alors grimper. Mais nous n'en sommes évidemment pas encore là.

 

Taux à 10 ans espagnol et allemand : les marchés dans l'expectative.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La correction des taux d'intérêt ne touche pas encore à sa fin

MR20200127 La correction des taux d'intérêt ne touche pas encore à sa fin

L’euro ne pourra pas compter sur les PMI

MR20200124_PMI

La BoC ouvre la porte à un assouplissement

MR20200123La BoC ouvre la porte à un assouplissement

Le gouvernement italien est-il sur le point de tomber?

MR20202201 Le gouvernement italien est-il sur le point de tomber?
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.