Le dollar profite à peine des bons payrolls

Les marchés

La publication des payrolls clôturait vendredi la classique "mise à jour" de l'économie que nous réserve chaque début de mois. Les chiffres publiés durant la semaine (ISM, ADP) fournissaient tant aux optimistes qu'aux pessimistes des arguments pour étayer leur vision. Les payrolls devaient donc trancher la question, du moins temporairement. Le verdict est clair. 266.000 emplois ont été créés en novembre aux États-Unis (contre 180.000 attendus), et les chiffres des deux mois précédents ont été revus à la hausse de 41.000 unités. On peut donc parler d'une bonne surprise plus que marquante. Le taux de chômage est retombé à 3,5% et les salaires laissaient également entrevoir une amélioration, il est vrai marginale. Enfin, last but not least, la confiance des consommateurs publiée plus tard dans l'après-midi a également largement dépassé les attentes. Les taux d'intérêt, le dollar et les bourses ont grimpé à l'unisson. Cette progression des taux d'intérêt et de l'USD est cependant restée étonnamment modérée compte tenu de la bonne surprise de taille dont le rapport américain sur l'emploi venait de régaler les marchés. Difficile de trouver une raison à la tiédeur de cette réaction. Nous nous proposons de tenter de réunir quelques éléments possibles.

Commençons par les attentes que le marché nourrit à l'égard de la politique de la Fed. La vigueur des payrolls n'aura pas manqué de plaire au président Powell. Elle cloue aussi le bec à Donald Trump et à tous ceux qui, avec lui, plaident en faveur de davantage d'abaissements des taux à présent que la Fed les a officiellement suspendus. D'un autre côté, le marché a bien compris que le pas à franchir entre "ne pas abaisser davantage les taux pour l'instant" et "relever les taux" reste énorme, même en présence de statistiques brillantes. Il faudrait pour cela que l'inflation s'établisse de manière durable au-dessus de l'objectif de 2%. Et nous n'en sommes pas encore là, tant s'en faut. Sans compter que ce rapport vigoureux pourrait se révéler moins reluisant le mois prochain, en particulier vu l'issue toujours particulièrement incertaine du conflit commercial. Les taux d'intérêt américains sont prisonniers de leur évolution latérale. À lui seul, un rapport sur l'emploi brillant n'y change rien. D'ailleurs, le marché n'a pas encore abandonné l'idée d'un abaissement des taux l'année prochaine. Nous avons également perçu cette réticence du côté du dollar. Les dégâts pour le différentiel EUR/USD sont restés limités. Quant au différentiel USD/JPY, il a même été jusqu'à concéder la totalité des gains engrangés pour clôturer la session à un niveau inférieur. Le dollar n'a donc pas eu de réaction marquée, mais il se pourrait aussi que cela en dise long sur l'euro et le yen.

Ce matin, le taux japonais à 10 ans a un instant franchi la barre de 0%. Cette tendance haussière est déjà perceptible depuis un certain temps. Elle peut s'expliquer par diverses raisons, mais il y a certainement un lien avec le fait qu'au Japon également, la politique fiscale est appelée à jouer un plus grand rôle dans le soutien apporté à l'économie.

Le gouvernement a approuvé un vaste paquet d'incitants fiscaux, et l'on a appris ce matin que l'économie japonaise avait connu une évolution plus favorable que prévu au troisième trimestre (0,4% en glissement trimestriel au lieu de 0,2% initialement). Jusqu'ici, le différentiel USD/JPY se laisse surtout guider par l'évolution des taux aux États-Unis et le sentiment à l'égard du risque. Les statistiques japonaises l'influencent généralement peu. Cependant, si la nouvelle politique stimule la croissance et les taux d'intérêt, le yen pourrait en retirer un certain soutien, et cette fois "du côté japonais".

Le même raisonnement vaut potentiellement pour le léger recul du différentiel EUR/USD. Le marché juge toujours un assouplissement plus probable aux États-Unis qu'en Europe. Mais en Europe également, le débat autour des incitants fiscaux se fait entendre de plus en plus. Certes, il s'agira d'un processus de longue haleine, en particulier en Allemagne. Rien ne permet en effet d'affirmer — loin de là — que la nouvelle direction du SPD parviendra à obtenir gain de cause rapidement, mais nous ne pouvons néanmoins nous défaire de l'impression qu'en Europe également, l'orthodoxie budgétaire devient moins prioritaire. La conférence de presse que Christine Lagarde donnera à l'issue de la réunion de la BCE de jeudi pourrait nous fournir davantage d'éléments à ce sujet. En quels termes fera-t-elle allusion à la collaboration entre politique fiscale et politique monétaire? Les évolutions de cet ordre ne permettent certes pas d'évaluer les fluctuations journalières, mais il vaut la peine de les garder à l'esprit. Nous surveillerons donc de près le différentiel USD/JPY. En dépit de la vigueur de la bourse (propension au risque) et des statistiques économiques aux États-Unis, le yen ne s'affaiblit pas. Le différentiel USD/JPY se rapproche peu à peu d'une première zone de soutien (108,24/107,89). Une rupture pourrait le cas échéant constituer une nouvelle indication que le dollar s'essouffle quelque peu, non seulement par rapport au yen mais aussi dans une perspective plus large.

Peter Wuyts, salle des marchés KBC
 

Figuur - Le différentiel USD/JPY hésite en dépit des brillantes statistiques américaines et des records signés par la bourse américaine (propension au risque)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Les banques jouent un rôle central dans la reprise économique

Les banques jouent un rôle central dans la reprise économique

La Fed réfléchit à l'étape suivante

La Fed réfléchit à l'étape suivante

La Riksbank aborde le marché des obligations d’entreprise

La Riksbank aborde le marché des obligations d’entreprise

L'Allemagne enterre la hache de guerre avec la BCE

L'Allemagne enterre la hache de guerre avec la BCE
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.