Trump rendosse le costume de "Tariffman"

Les marchés

Les marchés financiers semblaient se diriger vers une fin d'année positive, grâce à des développements géopolitiques et des données économiques (plus) favorables. Mais ce calme apparent vient à nouveau d'être perturbé.

La journée d'hier avait démarré sur une note positive, avec la publication de PMI finaux meilleurs que prévu pour l'industrie manufacturière en Chine et en Europe. Les investisseurs en ont déduit que le pire était peut-être passé. Combiné à la perspective d'une possible relance budgétaire en Allemagne après le virage à gauche opéré à la tête du SPD, cela a donc donné un coup de pouce aux bourses, qui ont gagné du terrain (en Europe). Mais c'était sans compter sur le caractère imprévisible du président américain, Donald Trump...

Chasser le naturel, il revient au galop

Trump a de nouveau montré son meilleur visage hier en lançant de nouvelles attaques sur le front commercial. Ses victimes (jusqu'à présent): l'Argentine, le Brésil et la France. Le président américain a ressorti ses droits de douane sur l'acier et l'aluminium brésiliens et argentins. Trump accuse les pays d'Amérique latine de fortement déprécier leurs monnaies et ce, au détriment de paysans américains, une partie importante de son électorat. Mais l'Europe n'est pas non plus à l'abri. Trump envisage en effet d'instaurer des droits de douane sur 2,4 milliards de dollars de marchandises françaises, en représailles de la taxe numérique introduite dans l'hexagone. La Maison Blanche considère cette mesure, qui vise les firmes technologiques, comme déloyale, car elle cible principalement des entreprises américaines. Ce nouveau front ouvert par Trump dans la guerre commerciale a pour effet d'accroître les incertitudes, ce que les marchés n'apprécient pas. En outre, les investisseurs ont eu à digérer d'autres mauvaises nouvelles hier, avec le nouveau ralentissement enregistré dans l'industrie manufacturière US. Contre toute attente, l'indice ISM est en effet passé de 48,3 en octobre à 48,1 en novembre, atténuant ainsi l'impact des nouvelles positives en provenance de Chine et d'Europe. "Higher, higher and fire!" Après huit semaines de hausse, les investisseurs sont massivement passés à la caisse et ont fait plonger les bourses (américaines).

La roue tourne en défaveur des États-Unis

Les données positives publiées d'un côté de l'hémisphère et les chiffres décevants parus de l'autre, combinés à une nouvelle salve de mesures commerciales, ont entraîné une étrange situation sur les marchés: des bourses dans le rouge, des taux en hausse et un dollar plus faible. Le regain d'incertitude sur le front commercial n'a quasiment pas eu d'incidence sur les taux dans le monde. Ces derniers semblent surtout accorder de l'importance aux données publiées en Chine et en Europe, lesquelles indiquent que le pire pourrait être passé au niveau des tensions commerciales. Le débat autour de la relance budgétaire soutient également la tendance haussière des taux. Le taux à 2 ans américain a néanmoins reculé de 3pb après la parution de l'ISM, ce qui a pesé sur le dollar. Le cours EUR/USD a progressé, tant en raison d'un renforcement de l'euro qu'à cause d'un affaiblissement du billet vert. La paire de devises a grimpé dans la zone de EUR/USD 1,10. La monnaie européenne a (provisoirement) repris le dessus. Reste à voir si les taux continueront de progresser et si le cours EUR/USD confirmera sa reprise et testera le niveau de résistance de EUR/USD 1,11 en plein regain des tensions commerciales. Une rupture au delà de EUR/USD 1,11 marquerait une nouvelle amélioration sur le plan technique à court terme.
 

Figuur - EUR/USD: vers une rupture du niveau de 1,11?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Noël précoce en 2019

MR20191213

De proactif à réactif

MR20191212_Fed

Les défis derrière la façade du Brexit

MR20191122VKbrexit

Banques centrales: hier, aujourd'hui et demain

MR20191210_Centrale banken
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.