Grave récession mondiale

Marktrapport

KBC Economics revoit ses prévisions de croissance à la baisse pour l'économie mondiale. La crise du coronavirus va provoquer un recul passager mais brusque de l'économie dans le courant de 2020, avec déjà une reprise progressive en fin 2020 et en 2021. Les prévisions sur le long terme sont maintenues. Concrètement, nous tablons pour 2020 sur une croissance économique réelle de -0,7% pour la zone euro, +0,5% pour les États-Unis et +3,5% pour la Chine. Pour 2021, nous prévoyons à une croissance de +1,1% en zone euro, +1,4% aux États-Unis et +5,7% en Chine.

Nous nous attendons à un ralentissement synchronisé de la croissance économique dans tous les pays européens, dans l'hypothèse où le virus poursuivra sa rapide progression partout. L'ampleur du recul dans chaque pays dépendra d'une série de facteurs, parmi lesquels l'importance du tourisme, l'intégration dans les chaînes de production européennes et mondiales, la disponibilité et la qualité des services médicaux et les marges budgétaires disponibles pour amortir le choc sur l'économie. Compte tenu de tous ces éléments, nous prévoyons pour 2020 une forte récession en Italie (-2%), mais également une croissance négative en Allemagne (-0,7%) et en France (-0,5%). Les difficultés logistiques provoquées par les fermetures de frontières et les perturbations des canaux de transport ont par ailleurs aussi un impact sur les prévisions de croissance. Enfin, force est également de constater que la consommation intérieure s'effondre dans tous les pays européens à cause, d'une part, des mesures de quarantaine qui sont prises et, d'autre part, du recul de la confiance des consommateurs. La crise du coronavirus touche donc autant l'offre que la demande.

La crise du coronavirus laisse aussi des traces sur les marchés. Tout d'abord, les primes de risque de crédit sont à la hausse pour les entreprises et les pays. Depuis la dernière crise, l'ambiance sur les marchés pouvait, grâce à la faiblesse de la volatilité et à une politique monétaire extrêmement souple, être résumée par la célèbre formule "la marée montante soulève tous les bateaux". Cette période est désormais révolue. Les entreprises et les gouvernements seront de nouveau jugés sur leurs mérites/équilibres économiques. Il en ira de même pour les cours boursiers. À l'heure actuelle, la volatilité reste trop importante. Et pour reprendre une autre expression aussi souvent utilisée dans le jargon, "il ne faut pas attraper un couteau qui tombe".

Les banques centrales ont déjà réagi, surtout aux États-Unis. Au cours des deux prochaines années, les taux directeurs vont continuer d'évoluer autour de leurs niveaux actuels des deux côtés de l'Atlantique. Nous ne sommes toujours pas en faveur de taux encore plus négatifs en Europe, vu que cela n'aidera pas vraiment l'économie et que cela aura en outre d'importants effets secondaires. Il faudra maintenant compter sur une coordination avec les autorités budgétaires afin qu'elles mettent en œuvre des mesures de soutien suffisamment importantes, mais sélectives étant donné les taux d'endettement déjà élevés.

La partie longue des courbes de taux européennes et américaines a cessé de se replier. Dans le climat de panique actuel, le cash est roi et les obligations connaissent le même sort que les actions. Ou cette hausse de taux refléterait-elle déjà l'apparition d'une prime de risque même dans les obligations d'État allemandes et américaines?

Sur le marché des changes, deux forces contradictoires s'exercent actuellement sur le dollar. D'une part, le billet vert a perdu une très grande partie du soutien de ses taux vis-à-vis d'autres grandes devises, parmi lesquelles l'euro. D'autre part, la profondeur du marché du dollar continue d'attirer les investisseurs en cette période de stress. Cela explique la résilience actuelle du cours EUR/USD. Comme les risques sont plus importants pour l'économie américaine que pour celle de la zone euro, nous continuons de tabler sur une hausse de la paire EUR/USD en 2020.
 

Croissance en Chine, aux États-Unis et en zone euro.

Source: KBC Economics

Disclaimer:

Deze publicatie vormt een algemene duiding van de financieel-economische actualiteit op korte termijn en kan niet beschouwd worden als onderzoek op beleggingsgebied. Deze publicatie kan evenmin worden beschouwd als beleggingsadvies of als beleggingsaanbeveling met betrekking tot de beschreven financiële instrumenten en houdt op geen enkele wijze een beleggingsstrategie in. Deze publicatie maakt een kleine niet-geldelijke tegemoetkoming uit die ook gratis ter beschikking wordt gesteld van het publiek.
BC group.De informatie opgenomen in deze publicatie mag op geen enkele manier gepubliceerd, herschreven of heruitgegeven worden in eender welke vorm. KBC Bank NV heeft beroep gedaan op de door haar betrouwbaar geachte bronnen voor de informatie opgenomen in deze publicatie. De accuraatheid, volledigheid en tijdigheid van de informatie wordt evenwel niet gegarandeerd. Er wordt niet gewaarborgd dat de voorgestelde scenario’s, risico’s en prognoses de marktverwachtingen weerspiegelen noch dat ze in realiteit tot uiting zullen komen.
KBC Bank NV noch enige andere vennootschap van de KBC-groep (of enige van hun aangestelden) kunnen aansprakelijk gesteld worden voor enige schade, rechtstreeks of onrechtstreeks, die het gevolg is van de toegang tot, de consultatie of het gebruik van de informatie en de gegevens vermeld in deze publicatie.
KBC Bank is een kredietinstelling naar Belgisch recht en staat onder het prudentieel toezicht van de Europese Centrale Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Duitsland). Concreet oefent de Europese Centrale Bank het toezicht uit via een “Joint Supervisory Team” waarvan ook personeelsleden van de Nationale Bank van België (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be) deel uitmaken.
KBC Bank NV staat ook onder toezicht van de FSMA voor wat het toezicht op de gedragsregels en de financiële markten betreft (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV maakt deel uit van de KBC-groep. De website www.kbc.com bevat uitgebreide informatie over de KBC-groep.

Gerelateerde publicaties

Orban grijpt alle macht

MR20200331_Orban

Run op de dollar stilaan voorbij?

MR20203003RunUSDvoorbij

Centrale bankiers controleren de rentecurve

MR20200327_Centrale bankiers controleren rentecurve

Wachten of/tot het medicijn werkt…

MR20202603 Wachten of/tot het medicijn werkt…
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.