PMI européens: une stagnation, mais pas encore d'amélioration

Les marchés

La semaine passée, le baroud d'honneur de Mario Draghi et les évolutions dans le dossier du Brexit ont fait passer au second plan les enquêtes PMI mensuelles menées auprès des directeurs d'achat. Nous avons déjà souvent insisté sur l'importance de ces PMI, en tant que meilleur instantané possible de la situation économique. La conclusion après les chiffres du mois d'octobre est que le patient n'est pas encore en voie de guérison, mais que son état ne se dégrade plus.

L'indicateur PMI composite pour la zone euro a très légèrement progressé, de 50,1 en septembre - son niveau le plus bas enregistré depuis le début du cycle de croissance en Europe en 2013 - à 50,2. Pour rappel: la barre des 50 points marque la frontière entre expansion et contraction. L'économie européenne est donc toujours en stagnation en ce début de quatrième trimestre. Les données font état d'une dynamique de croissance de 0,1% sur une base trimestrielle. La progression dans les secteurs des services nationaux (de 51,6 à 51,8) a permis de compenser les pertes subies dans l'industrie manufacturière axée sur les exportations (45,7, comme en septembre). Cela fait maintenant déjà neuf mois que le malaise perdure au sein de l'industrie manufacturière. Les indicateurs avancés, comme les nouvelles commandes (à l'exportation), ne pointent encore aucune amélioration. Les entreprises ont plus que comblé leur retard ces derniers mois et affichent aujourd'hui une surcapacité. L'impact sur l'emploi est palpable. Dans l'industrie manufacturière, les entreprises n'avaient plus supprimé autant de postes depuis début 2013, alors que le rythme des créations d'emplois dans le secteur des services n'avait plus été aussi lent depuis 2016. Nous serons particulièrement attentifs à ce dernier point. Si le contexte international commence à toucher la consommation intérieure, la décélération/stagnation actuelle pourrait alors dégénérer en récession.

Outre ces différences sectorielles, nous constatons également des divergences entre les pays. La France a ainsi surpris dans le bon sens, alors que la situation en Allemagne s'est encore détériorée. Le PMI français est passé de 50,9 à 52,6. L'amélioration touche tant l'industrie manufacturière (de 50,1 à 50,5) que le secteur des services (de 51,1 à 52,9). Contrairement à ce qui se passe en Allemagne, les carnets de commandes sont de nouveau remplis chez nos voisins d'outre-Quiévrain. En ce qui concerne l'Allemagne, l'optimiste pointera surtout la diminution du ralentissement dans l'industrie manufacturière, alors que le réaliste se concentrera sur les signes de recul observés dans le secteur des services. La composante générale de l'emploi est retombée sous la barre des 50 points pour la première fois en six ans. L'économie allemande devrait, comme au deuxième trimestre, afficher une très légère contraction et, dans le meilleur des cas, stagner au dernier trimestre.

Le trimestre qui vient s'annonce crucial. Nous avions espéré que le regain d'optimisme observé dans le dossier du Brexit depuis le milieu du mois passé se refléterait déjà un peu dans les chiffres. Nous n'abandonnons pas encore cet espoir. En outre, il est probable que les États-Unis et la Chine parviendront à un accord commercial partiel officiel à la mi-novembre, lorsque les présidents Trump et Xi Jingping se rencontreront en marge du sommet de l'APEC au Chili. Cela a suffi pour que l'indice boursier américain de référence S&P 500 batte un nouveau record historique. Les marchés (des taux) accordent de nouveau provisoirement le bénéfice du doute à l'économie. Les taux européens ont dépassé de premières barrières techniques et ont laissé leurs planchers du mois d'août derrière eux.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Taux swap à 10 ans européen: le marché des taux accorde le bénéfice du doute à l'économie.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.