La Riksbank compte toujours relever son taux directeur en décembre

Les marchés

Pas moins de cinq banques centrales se penchent sur leur politique monétaire aujourd'hui. Par commodité, nous ne nous attarderons pas sur les réunions prévues en Turquie et en Ukraine. Quant à la dernière réunion de la BCE sous la présidence de Mario Draghi, elle aura plutôt une valeur symbolique, après les mesures d'assouplissement prises le mois passé. Restent par conséquent la Suède et la Norvège. Les deux pays scandinaves sont actuellement, chacun à leur propre rythme, en train de normaliser leur politique. La principale question est de savoir si les deux banques centrales l'ont ajustée dans le contexte actuel d'un ralentissement de la croissance mondiale.

La Riksbank suédoise a ouvert le bal. À la fin de l'année passée, elle avait rehaussé son taux directeur une première fois, de -0,50% à -0,25%. Depuis, le taux a été maintenu à ce niveau, mais un changement devrait en principe avoir lieu en décembre. La banque centrale reconnaît qu'après deux années exceptionnelles, la croissance ralentit et se dirige vers des niveaux plus normaux et que l'inflation est inférieure mais proche de l'objectif de 2%. Les tensions commerciales mondiales et le dossier du Brexit constituent toujours des risques baissiers, mais ne devraient pas remettre en question la hausse de taux attendue depuis longtemps. Avec ce message, la Riksbank prend les marchés à contrepied. La banque centrale suédoise n'a pas toujours été le partenaire le plus fiable dans le passé. Ceux qui ont pris les paroles des responsables suédois pour de l'argent comptant ont souvent dû déchanter. Le marché s'attendait à ce que le gouverneur Ingves et ses collègues emboîtent le pas des grandes banques centrales de ce monde (BCE, Fed) et reportent la normalisation de leur politique. Ce n'est donc pas le cas. La Riksbank ne serait cependant pas la Riksbank sans un accent "accommodant". La hausse de taux qui était prévue en 2021 n'est ainsi plus à l'ordre du jour. À la place, la banque compte faire une pause dans le cycle des taux (courts). La prochaine intervention (après décembre) pourrait être tant une hausse qu'une baisse. La perspective d'un soutien des taux à court terme a profité à la couronne suédoise et le cours EUR/SEK est passé de 10,74 à 10,66. Pour une reprise durable de la couronne, il faudra surtout miser sur une amélioration du climat mondial (autour du risque). Un premier pas dans la bonne direction a été franchi avec la disparition du spectre d'un Brexit sans accord sur les marchés.

La banque centrale norvégienne a laissé son taux directeur inchangé, à1,50%. La Norges Bank a également commencé à normaliser sa politique à la fin de l'année passée, mais elle a procédé de façon plus orthodoxe que la Riksbank. La banque a davantage mis l'accent sur la vigueur de l'économie intérieure que sur l'accroissement des risques externes. En témoignent les quatre relèvements de taux réalisés depuis lors. Lors de sa réunion intermédiaire d'aujourd'hui, la Norges Bank s'est surtout penchée sur le cadre qui avait été fixé en septembre. Celui-ci n'a pas été modifié. Le mois passé, le gouverneur Olsen avait déclaré que le taux directeur resterait inchangé dans un avenir proche. À l'instar de leurs collègues suédois, les Norvégiens pointent les risques baissiers créés par le contexte international. Mais contrairement à leurs voisins, ils évoquent clairement une monnaie faible, et même plus faible que prévu. La couronne norvégienne alimente ainsi les risques d'inflation. Nous ne sommes cependant pas encore arrivés à un point où l'affaiblissement de la monnaie provoque une accélération du cycle haussier de taux, comme cela a, par exemple, été le cas ces dernières années en Tchéquie. La couronne norvégienne gagne un tout petit peu de terrain. L'allusion à la faiblesse de la monnaie n'est pas passée inaperçue sur le marché. Pour que la couronne reprenne vraiment des couleurs, il faudra aussi que la situation internationale s'améliore.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/NOK: la Norges Bank prend acte de la faiblesse de la couronne.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Une Banque d'Angleterre prudente

MR20191108 Une Banque d'Angleterre prudente

La panique de cet été est oubliée sur les marchés

MR20191107 La panique de cet été est oubliée sur les marchés

RBA: easing come, easing go

MR20190611AUDRBA

L'économie irrationnelle?

MR20190511 L'économie irrationnelle?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.