Un rebondissement crucial dans la saga du Brexit

Les marchés

Le Brexit. Il y avait longtemps… depuis lundi, en fait. Vu la vitesse à laquelle les événements se succèdent dans ce dossier de nos jours, cela peut vraiment paraître une éternité. Hier, un vote crucial a eu lieu au parlement britannique. Une fois de plus… Dans le passé, les "jours J pour le Brexit" comme celui-là ne nous menaient généralement pas beaucoup plus loin qu'au constat que tout était encore possible. Après quoi nous nous remettions à attendre le prochain "moment décisif". Mais cette fois, le vote d'hier nous réservait vraiment un rebondissement crucial dans la saga du Brexit.

Hier avait lieu le vote sur le fameux "Withdrawal Agreement Bill" (WAB), le texte transposant dans la législation britannique le tout nouvel accord de sortie de l'Union européenne. L'amendement Letwin approuvé samedi exige en effet que le gouvernement mette d'abord au point le cadre législatif national. La bonne nouvelle est que les parlementaires britanniques ont approuvé les principes généraux du texte (et donc l'accord sur le Brexit) par une majorité assez nette: 329 voix contre 299. Boris Johnson est parvenu à convaincre pas moins de 19 membres du parti travailliste, compensant ainsi largement l'opposition du camp nord-irlandais. Même la plupart des 21 rebelles conservateurs que le premier ministre avait exclus du parti ont voté en faveur de l'accord. Boris Johnson a donc franchi aisément un obstacle très important, qui n'est cependant que le premier d'une longue série.

Le processus de ratification britannique est particulièrement laborieux. Or, Boris Johnson a promis à l'opinion publique britannique un départ de l'UE au 31 octobre. Il a donc proposé une procédure d'urgence qui permettrait à la Chambre des communes de ratifier tous les détails du WAB d'ici jeudi. Mais pour la plupart des députés (lire: le parti travailliste, qui a préparé toute une série d'amendements), cette proposition dépassait les bornes. Elle a donc été rejetée. Quo vadis?

Le premier ministre a suggéré hier la possibilité d'élections anticipées en cas d'échec au parlement. Le cas échéant, l'issue n'a rien d'une évidence. Les récents sondages sont très favorables au parti conservateur. Mais des élections induisent toujours un grand risque politique, et ce n'est pas Theresa May qui nous contredira. De plus, la majorité parlementaire des 2/3 requise pour l'organisation d'élections ne sera pas simple à obtenir. Et enfin, de nouvelles élections sont peut-être inutiles, du moins avant le Brexit. Le processus de ratification est en ce moment temporairement suspendu en attendant la décision européenne – sans doute favorable – au sujet d'un report du Brexit. L'UE pourrait opter pour une "flextension", avec un Brexit au 31 janvier ou avant cette date, dès le moment où le Royaume-Uni aura tout réglé. Dans ce dernier cas, Boris Johnson pourra faire passer un départ après le 31 octobre comme un "report technique", autrement dit sans perdre la face. Néanmoins, nous n'excluons pas tout à fait le scénario de nouvelles élections. Ce risque est réel dans l'hypothèse où quelques-uns des amendements du parti travailliste (union douanière avec l'UE, référendum au sujet de l'accord sur le Brexit, etc.) venaient à être approuvés et à miner la position du premier ministre.

La livre sterling a commencé à subir de lourdes pertes en mai 2019. Appelons cela l'effet "BoJo", induit par le risque croissant d'un Brexit sans accord. Ces dernières semaines, ce risque s'est systématiquement amenuisé. La livre sterling a signé une remontée impressionnante: le différentiel EUR/GBP avoisine pour l'instant 0,865, venant de 0,93 en août. Un départ avec accord n'avait jamais été aussi concret qu'il ne l'est depuis hier. La menace de nouvelles élections et les querelles politiques ont peut-être fait trembler la livre à court terme, mais un Brexit sans accord n'est vraisemblablement plus à l'ordre du jour. En soi, c'est une bonne nouvelle pour la livre, même si le cours en tient déjà largement compte depuis la récente ascension. Le cap de 0,85 EUR/GBP est appelé à devenir pour la livre une zone de support cruciale, qui ne sera sans doute pas franchie "sans raison".

EUR/GBP

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.