Espoir confirmé par les données?

Les marchés

L'ambiance a changé sur les marchés. La prudence est toujours de mise en ce qui concerne l'économie, en particulier en Europe. La politique monétaire a atteint ses limites. De par sa dépendance au commerce international, l'UE est exposée à des facteurs sur lesquels elle n'a quasiment aucune prise. La saga du Brexit continue et, même si une solution est trouvée, il reste encore pas mal d'incertitudes sur la forme que prendra la nouvelle relation (commerciale). Enfin, la question de la relance de la demande intérieure demeure également en suspens.

Coup d'œil sur les marchés. Commençons par l'indice allemand Dax. Durant l'été, ce baromètre a été particulièrement secoué à cause de l'évolution des secteurs cycliques de l'économie européenne. Depuis, l'indice s'est tout de même hissé à son niveau le plus élevé de 2019, à 13-14% au-dessus de son plancher du mois d'août. Même le sommet historique de début 2018 n'est plus très loin (+/-6,5%). Même situation pour l'euro. Le discours de Draghi, qui continue d'évoquer le maintien prolongé de taux bas, et l'inaccessibilité de l'objectif d'inflation de la BCE ont alimenté le sentiment selon lequel l'euro devra encore longtemps composer avec un important différentiel de taux par rapport au dollar et ce, même si la Fed continue d'abaisser son taux directeur. Entre-temps, le cours EUR/USD a franchi le cap technique de 1,10 (ligne de tendance) et ce, alors qu'aucune solution définitive n'a encore été trouvée dans le dossier du Brexit. Enfin, "last but not least": le marché des taux de l'UEM avait déjà montré des signes de stabilisation avant la réunion de la BCE de septembre. Malgré le discours très accommodant de Draghi (lequel a tout de même dû faire face à pas mal d'opposition en interne), les taux européens ont bien progressé le mois passé. Plus intéressant encore: la courbe des taux est devenue plus raide. Cela est souvent considéré comme le signe que l'économie a atteint un creux et qu'une amélioration est possible.

Les marchés essaient toujours d'anticiper. Le risque d'erreur ou, à tout le moins, de faux départ est donc bien présent. En septembre, on pouvait ainsi espérer que les indicateurs de confiance de l'UEM (et de l'Allemagne) avaient déjà intégré suffisamment de mauvaises nouvelles. Mais il a fallu déchanter. Nouvelle tentative cette semaine. Demain, nous serons attentifs à l'indicateur de confiance des entreprises en France. Jeudi, ce sera au tour des PMI allemands et européens. Vendredi, l'indicateur IFO nous permettra d'y voir un peu plus clair sur la situation des entreprises en Allemagne. Les chiffres mensuels sont volatils et certains facteurs à la base de la faiblesse de la croissance et des incertitudes économiques sont toujours présents (conflit commercial, Brexit). L'espoir est néanmoins que les tensions s'atténueront au moins un peu à court ou un peu plus long terme. En outre, la "récession" dans l'industrie manufacturière (notamment en Allemagne) dure déjà depuis pratiquement un an. Cela peut se comprendre étant donné le conflit commercial qui fait toujours rage, mais l'activité s'adapte elle-même à ce type de développements structurels.

Les données qui paraîtront cette semaine ne suffiront certainement pour conclure que la conjoncture est repartie à la hausse en Europe. Mais des signes d'amélioration ne passeront cependant pas inaperçus sur le marché. Une légère détente au niveau de la guerre commerciale et du Brexit, un marché du travail en bonne santé, une politique monétaire extrêmement accommodante et peut-être aussi un petit coup de pouce de la politique budgétaire... Dans ce contexte, les marchés pourraient donner le bénéfice du doute aux données publiées. Nous sommes tout de même optimistes pour l'avenir. Les niveaux cibles de la formation en double creux du taux à 10 ans allemand (-0,37% actuellement) se trouvent respectivement aux environs de -0,22% et -0,13%. Pour le cours EUR/USD, la rupture au-dessus de 1,10 a clairement atténué la pression négative. Le prochain cap important se situe maintenant à 1,1250/1,13.

 

Figuur - Taux allemand à 10 ans: petit coup de pouce pour un "mouvement de reflation"?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Une Banque d'Angleterre prudente

MR20191108 Une Banque d'Angleterre prudente

La panique de cet été est oubliée sur les marchés

MR20191107 La panique de cet été est oubliée sur les marchés

RBA: easing come, easing go

MR20190611AUDRBA

L'économie irrationnelle?

MR20190511 L'économie irrationnelle?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.