Secteur automobile: d'abord la source de tous les maux et bientôt le sauveur?

Les marchés

L'heure est aux révisions à la baisse des perspectives de croissance. Les organismes internationaux et nationaux se bousculent pour publier leurs nouvelles prévisions, et les nouvelles n'ont rien de réjouissant. Les coupables qui sont à l'unanimité pointés du doigt pour justifier la détérioration du climat sont les mêmes qu'à l'accoutumée, le Brexit et le conflit commercial en tête. La détérioration persistante de nombreux indicateurs du sentiment, en particulier, pèse sur les prévisions. Si nous passons en revue les différentes activités économiques pour épingler les principaux coupables, nous constatons que c'est surtout l'industrie qui est responsable du refroidissement de l'économie. Une industrie au sein de laquelle le secteur automobile joue un rôle crucial.

Le secteur automobile est de nos jours confronté à de nombreux défis. Il subit un choc négatif non seulement du côté de l'offre, mais aussi du côté de la demande. Les consommateurs ont en effet tendance à différer leurs grosses dépenses lorsque l'incertitude économique prend le dessus. Et l'achat d'une voiture en fait évidemment partie. Par ailleurs, la réglementation changeante et surtout incertaine au sujet des normes environnementales pour les nouveaux véhicules fait hésiter le consommateur lors de son achat. La modification des normes environnementales a également des retombées sur l'offre. La transition écologique affecte tout particulièrement l'industrie automobile allemande. À cela s'ajoutent le ralentissement de l'économie mondiale et, surtout, les tensions commerciales. Les décisions politiques prises en Chine, que ce soit dans le domaine du commerce ou des efforts pour rendre le parc automobile chinois plus écologique, ont un impact direct sur les producteurs automobiles européens. La production automobile européenne a ainsi une grande part de responsabilité dans l'affaiblissement de la production industrielle. Les prestations médiocres du secteur automobile s'assortissent malheureusement de lourdes retombées pour nombre d'autres secteurs du fait de sa forte intégration avec différents autres secteurs, qui vient s'ajouter à une étroite imbrication internationale.

 

À ce titre, les évolutions qui attendent le secteur automobile européen seront cruciales pour les prestations macroéconomiques futures. Que ce soit pour son timing ou son amplitude, la reprise qui succédera à l'affaiblissement économique actuel dépendra de l'évolution du secteur automobile. Ce secteur mérite donc toute notre attention. La récente décision du gouvernement allemand de lancer un plan de lutte contre les changements climatiques, par exemple, revêt une importance cruciale pour le secteur. Un volet substantiel du plan a trait au subventionnement de la transition écologique dans le secteur automobile, et pourrait donc imprimer un élan positif au secteur. Il est d'ailleurs clair qu'en marge de l'obtention de davantage de certitudes au sujet des normes qui seront effectivement imposées, le secteur automobile allemand attend aussi un soutien de la part des pouvoirs publics avant d'initier véritablement la transition écologique.

Les développements récents indiquent que les évolutions macroéconomiques sont souvent à attribuer à une multitude de défis microéconomiques. Et un secteur spécifique, qui n'est certes qu'une araignée dans la toile de l'économie européenne, est aujourd'hui investi d'une énorme responsabilité à l'égard de notre prospérité dans son ensemble.

Jan Van Hove, KBC Group Chief Economist

Production de véhicules automoteurs, moyenne mobile sur 3 mois, indice. Source: Eurostat: L'industrie allemande subit le plus de pression.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.