La croissance européenne a besoin des exportations

Les marchés

Tous les indicateurs avancés font état d'une détérioration du sentiment économique. Une dégradation qui est évidemment notamment due aux nombreuses incertitudes et tensions dans l'économie mondiale. Les chiffres de croissance réels montrent des différences sur le plan géographique, mais tous les analystes sont tout de même devenus moins optimistes en ce qui concerne les principales économies. La question est donc de savoir ce qui pourrait inverser cette tendance. D'un point de vue macroéconomique, le salut pourrait surtout venir des exportations. Mais cela risque de ne pas être facile en cette période de conflits commerciaux et de désintégration économique.

Malgré l'affaiblissement généralisé de la croissance, surtout dans la zone euro, force est de constater que la consommation et les investissements se portent toujours bien. La confiance des consommateurs reste donc positive, malgré la légère dégradation du sentiment ces derniers temps. En outre, les marchés du travail continuent de tourner à plein régime. L'emploi progresse, le revenu disponible global augmente et la croissance des salaires repart aussi progressivement à la hausse. La faiblesse des taux d'intérêt continue en outre de stimuler les investissements, malgré un environnement économique plus incertain. L'accroissement de la demande des consommateurs et des investisseurs continue dès lors de soutenir la croissance économique, mais cette influence positive est en partie annulée par l'augmentation des importations. Nous observons en effet une accélération de la croissance des importations quasiment partout en Europe. Souvent, un tel phénomène va de pair avec un affaiblissement voire une croissance négative des exportations, avec pour résultat que les exportations nettes ne contribuent plus positivement à la croissance.

Il est peu probable que la consommation et les investissements parviendront à eux seuls à relancer le moteur de la croissance européenne. Surtout avec les pertes qu'implique une hausse des importations. Il est donc crucial que le moteur des exportations redémarre. L'indicateur avancé des commandes à l'exportation pointe cependant l'évolution inverse : dans quasiment tous les pays, les entreprises s'attendent à un (nouveau) recul de (la croissance de) leurs exportations. Le salut pourrait surtout venir du côté de l'offre, avec des initiatives tournées vers l'international, le lancement de nouveaux produits et l'exploration de nouveaux marchés. Une politique de stimulation des exportations, dénuée de toute forme de protectionnisme, pourrait ici aider. En revanche, une attitude passive ne résoudra rien vu que la demande internationale est actuellement sous pression à cause de la multiplication des obstacles au commerce mondial.

L'évolution des exportations devra donc être suivie de très près dans les prochains mois. Un rebond de celles-ci pourrait avoir un impact positif sur la croissance, alors qu'un recul ne ferait que confirmer l'affaiblissement structurel actuel de l'économie. En Belgique par exemple, nous constatons que les exportations totales sont en baisse cette année (voir le graphique : indice sur une base mensuelle - croissance en glissement annuel), après un recul des commandes à l'exportation depuis quelque temps. Depuis quelques mois, nous observons cependant des différences sur le plan géographique : alors que les exportations vers l'Allemagne ont diminué, celles vers la Chine se sont stabilisées, ce qui donne tout de même une petite lueur d'espoir. Nous attendons donc avec impatience les prochains chiffres des exportations.   

 

Figure - Évolution mensuelle des exportations belges (glissement annuel, janvier 2015=100).

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Économie européenne à la recherche d'amortisseurs

MR20190626 Schokdempers gezocht voor Europese economie

Les banquiers centraux tracent leur propre chemin en Europe centrale

MR20190625_Centrale bankiers in CE varen eigen koers

Un dollar faible à l’approche du G20?

MR20192406MR2406G20

Solo norvégien

MR20190621_Solo norvégien
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.