Août en octobre

Les marchés

Il règne un mauvais karma autour d'octobre. L'année passée, le mois avait été marqué par le début d'une correction de 20% sur les bourses et d'un revirement sur les marchés des taux. Les bourses sont de nouveau dans ce schéma depuis mardi. L'atmosphère de récession qui avait dominé les marchés en août a fait son retour, principalement à cause de la parution de l'indicateur ISM de confiance des entrepreneurs dans l'industrie manufacturière pour le mois de septembre. L'ISM est le pendant américaine de l'enquête PMI auprès des directeurs d'achat.

Contre toute attente, l'ISM s'est encore replié, de 49,1 à 47,8, son niveau le plus bas depuis juin 2009. Pour rappel, un chiffre inférieur à 50 est synonyme de contraction dans le secteur (industriel dans ce cas-ci). En outre, les chiffres détaillés sont également tous décevants. Des nouvelles commandes à l'emploi en passant par les nouvelles commandes à l'exportation (conséquence du dollar fort?!). Et les sous-composants ne pointent aucune amélioration pour octobre. Bien que l'industrie manufacturière ne représente qu'environ un dixième du PIB américain, le marché craint désormais que le secteur des services, si crucial pour l'économie intérieure, commence également à être impacté. À titre de comparaison, la consommation représente près de 70% du PIB. Le moment de vérité est prévu pour cet après-midi, avec la publication de l'indicateur ISM de confiance dans le secteur des services. Le consensus table sur une baisse limitée de 56,4 à 55, une barre vraisemblablement trop haute.

Retour sur la réaction des marchés. L'indice boursier américain S&P 500 a perdu plus de 3% depuis mardi après-midi. Une rupture sous les 2822 points marquerait la fin du schéma fait d'une succession de plafonds et de planchers plus élevés en vigueur depuis le début de l'année. À la mi-septembre, l'indice n'est pas parvenu à dépasser le record historique qui avait été enregistré en juillet. En outre, les bourses risquent d'être plus sensibles aux résultats du troisième trimestre. Outre le ralentissement de la croissance mondiale et les incertitudes quant à l'avenir, les entreprises américaines pourraient aussi se plaindre de la vigueur du billet vert. Dans ces conditions, le sentiment vis-à-vis du risque demeure fragile, du moins à court terme.

Les taux américains ont chuté de 20 points de base sur les plus courtes échéances (2 ans) et de 15 points de base plus haut sur la courbe (10 ans). Plus que la diminution des prévisions de croissance (et d'inflation), ce raidissement de la courbe traduit surtout les attentes relatives à la politique de la Fed. Une large minorité au sein de l'institution - probablement majoritaire au niveau des membres bénéficiant d'un droit de vote - a ainsi déclaré en septembre s'attendre à ce que le taux directeur soit probablement encore une fois abaissé cette année. Le marché fait le même pari et considère même comme plus probable un scénario de deux baisses de taux supplémentaires, en octobre et en décembre. Pour paraphraser un poids lourd de la Réserve fédérale (John Williams de la Fed de New York): "Si je regarde dans le rétroviseur, je vois une économie florissante. Mais si je regarde vers l'avant, je vois des nuages qui s'amoncellent." Fait notable: la baisse des taux allemands demeure particulièrement modeste. Les chiffres publiés sont certes américains, mais les bourses européennes ont tout de même aussi cédé jusqu'à 3% hier. D'importants instituts économiques allemands ont, hier, soutenu l'appel du président de la BCE Mario Draghi et de sa successeure Christine Lagarde en faveur de l'utilisation des marges budgétaires en soutien de l'économie. Ce type d'annonce peut provisoirement empêcher les taux allemands de baisser, mais sans action concrète, cela ne durera pas en cas de persistance de l'aversion pour le risque. La différence au niveau des munitions dont disposent la BCE et la Fed pèse probablement aussi dans la balance. Les différents mouvements de taux entre l'Europe et les États-Unis ont empêché un nouveau recul du cours EUR/USD hier. La paire de devises s'est de nouveau installée au-dessus de 1,0950.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

S&P 500 américain: une correction plus vaste?!

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.