Prorogaquoi?

Les marchés

Prorogation. Impossible de trouver ce collègue avec des connaissances juridiques! Pas le choix, j'ai dû faire appel à Google. Et au vu des statistiques, je n'ai pas été le seul... Le premier ministre britannique Boris Johnson a véritablement lancé une bombe politique hier. Et beaucoup de nos voisins d'outre-Manche en ont perdu leur flegme légendaire. Johnson a en effet utilisé la législation britannique pour, via la reine, suspendre le parlement jusqu'à la déclaration de politique de son nouveau gouvernement. Elisabeth II ne s'est moralement pas sentie obligée d'en faire une question royale. Le premier ministre compte dévoiler les objectifs ambitieux de son gouvernement lors du discours de la Reine, qui aura probablement lieu le 14 octobre. Renforcer la sécurité sociale, lancer des projets d'infrastructure, promouvoir la recherche et le développement... Vous savez, tous ces sujet qui sont véritablement au cœur de l'actualité de l'autre côté de la Manche à l'heure actuelle.

Furieux, les adversaires du premier ministre estiment que cette prorogation n'est en fait qu'une ruse de Johnson pour mettre le parlement hors-jeu et lui permettre d'arriver à ses fins dans le dossier du Brexit. Depuis son entrée en fonction, le premier ministre ne cesse d'insister sur deux choses: il ne veut pas d'un nouveau report de la date butoir et il est prêt à faire sortir le Royaume-Uni de l'UE sans accord le 31 octobre si le fossé entre les deux parties demeure trop important. Sur ce dernier point, Johnson, Merkel et Macron ont tenté d'avancer lors du sommet du G7 du week-end passé. Pour les Européens, Johnson aurait, par exemple, la possibilité d'adapter le backstop irlandais tant que sa proposition n'entraîne pas le retour d'une frontière physique et ne met pas en danger le processus de paix. Et pour imposer sa volonté d'éviter tout nouveau report du Brexit, il a donc décidé de mettre le parlement britannique hors-jeu pendant un temps.

Ce que les médias populaires considèrent comme une ruse pour arriver au "no deal", nous le qualifierions plutôt d'un acte de désespoir. Le parlement britannique fera sa rentrée le 3 septembre. À partir du milieu ou de la fin du mois, les séances parlementaires seraient de nouveau suspendues en attendant les congrès annuels des partis. La prorogation de Boris Johnson prendrait effet la semaine du 9 septembre et, selon les médias britanniques, ne réduirait le calendrier normal du parlement que de 5 à 7 séances tout au plus. L'échéance du 31 octobre s'approche certes à grands pas, mais les commentaires de Johnson selon qui le parlement disposera encore de suffisamment de temps pour contraindre, via la législation, le premier ministre de demander un report, ont été répétés à l'envi. C'est vite oublier qu'il avait fallu cinq séances au président de la Chambre des Communes, John Bercow, et ses collègues pour s'entendre sur un report plus tôt cette année. Suffisamment de temps donc... Enfin, il faut aussi ajouter que Boris a lui-même attisé le sentiment anti-Boris parmi les opposants à un "no deal", qui sont toujours majoritaires. Les derniers développements en Italie montrent que l'animosité à l'encontre d'une seule personne/un seul parti peut à elle seule suffire à pousser tous les autres, quels que soient leurs divergences de vue, à s'unir. L'autre théorie pour expliquer les événements d'hier est que Johnson s'était rendu compte que le parlement allait le contraindre à demander un report. Il aurait donc décidé de jouer son va-tout même si ce n'est pas lui qui a la main la plus forte. Nous pensons que le parlement britannique a effectivement encore le temps de réagir et que sa motivation n'en est devenue que plus forte. Après le report du Brexit suivraient une motion de méfiance, la chute du gouvernement et de nouvelles élections. Ce scénario ne suscite pas beaucoup d'enthousiasme pour le moment, sauf peut-être du côté de la livre. La prorogation surprise a en effet poussé le cours EUR/GPB de 0,9020 à 0,9120. Si le marché croyait vraiment que le sort du Brexit était scellé, les cours tourneraient aujourd'hui autour de 0,93/0,94. Or, ce n'est pas encore le cas (0,9080). Il y a donc encore de l'espoir.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/GBP: la livre espère encore.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.