Recul du pétrole : un cadeau pour le consommateur et la Fed ?!

Les marchés

“So great that oil prices are falling (thank you President T). Add that, which is like a big Tax Cut, to our other good Economic news. Inflation down (are you listening Fed)!” ("Tellement bien que les prix du pétrole soient en baisse (merci Président T). Ajoutez cela, qui ressemble à une importante réduction d'impôts, à nos autres bonnes nouvelles économiques. L'inflation en baisse (vous entendez à la Réserve fédérale ?") @realDonaldTrump (25 novembre).

Que le président américain Donald Trump ait un avis sur tout et tout le monde et qu'il aime le proclamer sur Twitter et les autres médias, tout le monde s'en est déjà rendu compte. En tant que centre autoproclamé de l'univers, il aime très souvent s'attribuer les mérites de n'importe quelle évolution positive. La baisse du cours du pétrole constitue, à ce titre, sa dernière "réalisation" en date. Le récent recul de l'or noir et les conclusions qu'en a tirées Trump méritent cependant une analyse un peu plus approfondie.

Tout d'abord, les faits. Depuis le début du mois d'octobre, le prix du baril de Brent n'a cessé de baisser et est passé de plus de 85 dollars à moins de 60 dollars, son niveau le plus bas depuis le mois d'octobre de l'année passée. Le président américain a en effet joué un rôle à deux niveaux. Pour commencer, la menace d'enlever totalement le pétrole iranien du marché n'a pas été mise en application. Dans certaines circonstances, un nombre limité de pays peuvent encore faire appel à Téhéran pour leur approvisionnement. Par ailleurs, Trump continue de soutenir son allié dans le Golfe persique, l'Arabie saoudite, dans l'affaire de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en Turquie. Qu'attend-il du prince héritier Mohammed Ben Salman en échange ? Maintenir la production de l'OPEP à ses niveaux (records) actuels. Les Saoudiens jouent pour le moment leur rôle, mais la chute des recettes pétrolières creusent un trou dans les finances du pays. On est donc en droit de se demander si cela aura un impact sur la décision qui sera prise lors de la réunion de l'OPEP du 6 décembre à Vienne. Le lobbying pour convaincre les pays exportateurs de pétrole de réduire leur production afin de soutenir les cours en 2019 a déjà commencé. Le secteur pétrolier américain est également en partie responsable de la récente baisse de l'or noir. En début d'année, les États-Unis ont dépassé l'Arabie saoudite et la Russie et sont devenus le premier producteur mondial. Durant les trois premiers trimestres de l'année, le forage de nouveaux puits est de nouveau devenu lucratif en raison du cours moyen élevé du pétrole.

Sur la base des éléments ci-dessus, nous pensons que le recul actuel de l'or noir relève davantage d'un choc positif de l'offre que d'un choc négatif de la demande, même si de plus en plus de rumeurs font état d'un ralentissement de la croissance mondiale. La conclusion de Trump, qui assimile cela à une réduction d'impôts déguisée pour le consommateur, peut se défendre. Mais certainement pas la nouvelle pique adressée à la banque centrale américaine (Fed). Ce n'est un secret pour personne : Trump veut que la Fed mette un terme à son cycle de resserrement ou même qu'elle l'inverse. La diminution des prix de l'énergie va en effet faire baisser le chiffre de l'inflation générale aux États-Unis, lequel pourrait même passer sous l'objectif de 2% de la banque centrale. Mais l'inflation sous-jacente devrait en revanche normalement au moins se maintenir, vu que le recul des cours pétroliers est plus lié à l'offre qu'à la demande. Ce dernier point est en contradiction avec l'argumentation de Trump. L'économie américaine restera donc solide et c'est la principale raison pour laquelle la Fed va poursuivre son cycle de normalisation. Thank you, President T. !
 

Figure - Le cours du baril de Brent repasse sous la barre des 60 dollars.

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.