Fed rattrapée par la réalité du commerce

Marktrapport

Mélangez un compte Twitter présidentiel à quelques Chinois têtus et vous obtenez un cocktail explosif qui a déjà causé à plusieurs reprises pas mal de volatilité sur les marchés financiers. Nous en avons encore eu la preuve hier. Le président américain, Donald Trump, a en effet surpris tout le monde en annonçant de nouveaux droits de douane sur les importations chinoises.

Trump a décidé de cibler les 300 milliards de dollars qui avaient été épargnés jusqu'ici. À partir du 1er septembre, les États-Unis prélèveront une taxe de 10% sur des produits importés qui, cette fois, toucheront directement le consommateur américain, comme par exemple des GSM, des laptops ou d'autres équipements électroniques. Cette décision était totalement inattendue et la Chine a déjà pris des mesures de rétorsion. Au sommet du G20 en fin juin, Trump et son collègue chinois Xi Jinping avaient pourtant conclu une nouvelle trêve. Ils avaient décidé de relancer les discussions commerciales et Trump avait promis de ne pas instaurer de nouveaux droits de douane. Le président américain est donc revenu sur sa promesse, sous prétexte que la Chine ne tenait pas non plus ses engagements. Le pays devait acheter d'importantes quantités de produits agricoles américains en signe de bonne volonté durant les négociations. Ce que les Chinois n'ont pas fait, selon Trump. La relance des négociations mercredi passé n'a en outre pas débouché sur grand chose. Trump, passablement énervé, estime que la Chine freine volontairement les discussions dans l'attente des élections présidentielles de 2020.

Cette nouvelle escalade réveille le spectre d'une récession mondiale. Le marché a donc réagi en conséquence. Le prix d'un baril de brut s'est replié d'environ 6%. Les taux américains ont perdu approximativement 20 points de base. Le taux à 10 est tombé sous le niveau de support de 2% et tourne actuellement autour de 1,85%, son niveau le plus bas depuis fin 2016! Le dollar a cédé une partie des gains qu'il avait engrangés grâce à la Fed. Le cours EUR/USD est passé de 1,10 à près de 1,11 et le cours USD/JPY, un important indicateur de risque, est repassé sous la barre de 107.

La Fed se trouve donc dans une situation pour le moins inconfortable. Le marché s'attendait depuis plusieurs semaines à ce que la banque centrale procède à un important assouplissement monétaire. Mercredi, son président, Jerome Powell, a néanmoins tenté de convaincre le marché du contraire. La banque a bien abaissé son taux directeur, mais elle a également précisé que cela ne marquerait pas le début d'une longue série. Ce message n'est toutefois pas passé et le marché n'a pas été convaincu.

La réalité a très rapidement rattrapé la Fed et, à peine deux jours plus tard, a donné raison au marché. Le rebondissement inattendu auquel nous avons assisté hier dans le conflit commercial incite en effet les investisseurs à tabler sur de nouvelles baisses de taux de la Fed. Le marché évalue ainsi désormais la probabilité d'une deuxième baisse en septembre à pratiquement 100%. Naturellement, il est toujours difficile, même pour une banque centrale, d'anticiper les changements d'humeur d'un président pour le moins imprévisible. La Fed est cependant aussi en partie responsable de cette réaction agressive du marché. Elle a en effet expliqué mercredi qu'elle accorderait davantage d'importance à l'évolution du contexte international et commercial pour sa future politique monétaire. On ne peut donc pas reprocher au marché d'anticiper un net assouplissement dans les circonstances actuelles.

À cet égard, le timing choisi par Trump a de quoi faire réfléchir. Cela fait longtemps que le président américain appelle Powell à abaisser (fortement) les taux. L'accent placé par la Fed sur le commerce ne lui aurait-il pas non plus échappé? Se sent-il couvert par Powell et les siens? Il s'agit d'un pari risqué, mais nous n'oserions pas l'exclure totalement.

Rupture pour le taux à 10 ans américain. Prochain niveau de support de 1,77% en vue.

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

Deze publicatie vormt een algemene duiding van de financieel-economische actualiteit op korte termijn en kan niet beschouwd worden als onderzoek op beleggingsgebied. Deze publicatie kan evenmin worden beschouwd als beleggingsadvies of als beleggingsaanbeveling met betrekking tot de beschreven financiële instrumenten en houdt op geen enkele wijze een beleggingsstrategie in. Deze publicatie maakt een kleine niet-geldelijke tegemoetkoming uit die ook gratis ter beschikking wordt gesteld van het publiek.
BC group.De informatie opgenomen in deze publicatie mag op geen enkele manier gepubliceerd, herschreven of heruitgegeven worden in eender welke vorm. KBC Bank NV heeft beroep gedaan op de door haar betrouwbaar geachte bronnen voor de informatie opgenomen in deze publicatie. De accuraatheid, volledigheid en tijdigheid van de informatie wordt evenwel niet gegarandeerd. Er wordt niet gewaarborgd dat de voorgestelde scenario’s, risico’s en prognoses de marktverwachtingen weerspiegelen noch dat ze in realiteit tot uiting zullen komen.
KBC Bank NV noch enige andere vennootschap van de KBC-groep (of enige van hun aangestelden) kunnen aansprakelijk gesteld worden voor enige schade, rechtstreeks of onrechtstreeks, die het gevolg is van de toegang tot, de consultatie of het gebruik van de informatie en de gegevens vermeld in deze publicatie.
KBC Bank is een kredietinstelling naar Belgisch recht en staat onder het prudentieel toezicht van de Europese Centrale Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Duitsland). Concreet oefent de Europese Centrale Bank het toezicht uit via een “Joint Supervisory Team” waarvan ook personeelsleden van de Nationale Bank van België (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be) deel uitmaken.
KBC Bank NV staat ook onder toezicht van de FSMA voor wat het toezicht op de gedragsregels en de financiële markten betreft (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV maakt deel uit van de KBC-groep. De website www.kbc.com bevat uitgebreide informatie over de KBC-groep.

Gerelateerde publicaties

Vroege Kerst in 2019

MR20191213

Van proactief naar reactief

MR20191212_Fed

Brexit-façade voor complexe Britse uitdagingen

MR20191122VKbrexit

Centrale banken: toen, nu en straks

MR20191210_Centrale banken
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.