Sentiment de vacances au placard

Les marchés

On pouvait s’attendre à devoir dire adieu au sentiment de vacances sur le marché à la fin du mois de juillet/au début du mois d’août. Toutes les grandes banques centrales (BCE la semaine dernière, BoJ aujourd’hui, Fed demain, BoE jeudi) décident de leurs politiques et vont rendre publics une longue série de chiffres importants. Par conséquent, les rapports de croissance relatifs au deuxième trimestre ne cessent de déferler. L’évolution récente suggère que les banques centrales devraient fournir davantage d’efforts et ne pas uniquement copier le communiqué de politique de la précédente réunion avant de poursuivre leurs vacances.

La Banque du Japon se trouve dans une situation aussi difficile que celle de la BCE. Dans son rapport de politique, la BoJ admet une nouvelle fois qu’elle n’atteindra pas l’objectif avec une inflation de 1,6% en 2022. Au vu de la stimulation monétaire massive déjà fournie par la banque, les options supplémentaires sont, si c’est encore possible, plus limitées qu’à la BCE. La BoJ n’a pas encore formellement modifié sa stratégie, mais prévient qu’elle prendra des mesures si la dynamique inflationniste continue de s’affaiblir. La BoJ surveille probablement la réponse du yen face aux actions de la Fed et d’autres grandes banques centrales. Si une hausse éventuelle du yen freine davantage l’inflation, la banque devra peut-être quand même tirer (l’une de) ses dernières cartouches.

Une fois de plus, la balle se trouve donc dans une large mesure dans le camp de la Fed. Nous en saurons plus demain soir. Les chiffres des États-Unis ne sont pas inquiétants ces derniers temps. Néanmoins, le marché prévoit une baisse des taux d’intérêt d’au moins 0,25%. L’inflation se replie également aux États-Unis et la tendance actuelle est aux « actions préventives ». À terme, les conséquences du conflit commercial et d’autres sujets (géo)politiques menacent également de ralentir la croissance aux États-Unis. De plus, le dollar est fort et Powell subit des pressions de la part de Trump (ou de son gouvernement) pour ne pas imposer inutilement à l’économie le désavantage concurrentiel d’une politique monétaire restrictive et d’un dollar trop fort. Cette analyse politique ne doit pas être prise en compte dans le cas d’une banque centrale indépendante. La question qui se pose est la suivante: que peut gagner la Fed à maintenir une politique trop restrictive dans un contexte où les marchés et les autres banques centrales se préparent à un assouplissement des conditions monétaires? La mesure dans laquelle Powell laissera la porte ouverte au moment de la conférence de presse à un nouvel assouplissement pour 2019 et 2020 déterminera encore plus que la baisse elle-même si l’EUR/USD franchira ou non le seuil de 1,11. La prudence avec laquelle le marché traite ce niveau indique qu’il s’attend à un léger vent d’optimisme.

Revenons aux incertitudes politiques. Le Brexit n’est pas le principal risque qui menace l’économie américaine, mais Powell mentionnera certainement aussi sa prochaine disparition de la liste.
Après la nomination de Boris Johnson la semaine dernière, la livre sterling s’est appréciée dans un premier temps. Le nouveau Premier ministre britannique a nommé sans surprise un gouvernement pro-Brexit. Certains acteurs du marché espéraient peut-être une période de rhétorique à la baisse et de travail en coulisse. Rien de tout cela n’a toutefois été observé pour l’instant. L’UE et le Royaume-Uni font l’autruche. Pour l’UE, l’accord qu’elle a conclu avec l’ancienne Première ministre Theresa May est le seul possible. Boris Johnson estime que l’accord est mort et que le « backstop », qui permettrait d’éviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, devrait être jeté aux orties. Le Brexit reste un risque politique binaire. Il est absolument impossible de prévoir si les parties n’appuieront quand même pas sur la touche Pause à la dernière minute pour éviter un scénario catastrophe. Le marché (des changes) se prépare cependant au risque croissant que l’entêtement politique menace d’être assorti d’un caractère raisonnable d’inspiration économique. La livre sterling montre une réaction de panique qui commence à ressembler au mouvement des prix qui a eu lieu immédiatement après le référendum de 2016. Le cours EUR/GBP supérieur à 0,91 est un avertissement qui ne peut être ignoré d’un point de vue technique. Ici aussi, il reste dangereux de miser sur une valeur qui chute, surtout si la cause de la chute est un processus politique qui ne peut être contrôlé. Certains suggèrent que la chute libre de la livre sterling finira peut-être par forcer Boris Johnson à adopter une position plus modérée. Toutefois, nous n’en sommes pas encore là.
 

Figuur - EUR/GBP: la livre sterling émet un avertissement (Brexit)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Fin de la fiesta espagnole?

MR2019120 Fin de la fiesta espagnole?

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.