Le doigt sur la gâchette

Les marchés

La Banque centrale européenne (BCE) s'est réunie hier, sous les yeux d'observateurs plus concentrés qu'à l'accoutumée. Lors de la réunion du juin, Mario Draghi avait déjà laissé entendre que la banque était prête à agir si la situation économique le nécessitait. À Sintra, il a confirmé que cela serait le cas si l'économie ne montrait pas rapidement des signes d'amélioration. Les données économiques parues depuis n'ont pas vraiment été dans ce sens. Comme en attestent encore l'indice PMI de confiance des entreprises et l'indicateur IFO allemand extrêmement décevants publiés cette semaine. Une grande partie du marché s'attendait donc déjà à du mouvement sur le plan monétaire en juillet. C'était visiblement un peu prématuré. Draghi a chargé son arme hier, a maintenu le doigt sur la gâchette, mais n'a pas (encore) appuyé sur la détente.

"Wake me up when September ends". Le titre de la chanson triste du groupe rock américain Green Day résume parfaitement la réunion de la BCE d'hier. La banque centrale a démarré fort avec son communiqué de politique. Le principal taux directeur est maintenu à -0,4%. La banque a en revanche modifié sa "forward guidance" et affirme désormais que les taux seront maintenus à leur niveau actuel, voire plus bas, au moins jusqu'au premier semestre de 2020. En clair, cela signifie que les taux devraient bientôt (septembre) être poussés davantage en négatif. Raison pour laquelle la banque examine actuellement aussi la possibilité de mettre en place un système permettant d’atténuer les effets secondaires des taux négatifs. La BCE pourrait également réactiver son programme d'achat, auquel elle avait mis un terme à la fin de l'année passée. Reste à peaufiner les détails d'une telle relance. Draghi et ses collègues (re)sortent donc toutes les munitions dont ils disposent. Pourquoi? Cela fait longtemps que la BCE ne parvient plus à atteindre son objectif d'inflation (proche de mais inférieur à 2%) et cela ne lui plaît pas du tout, dixit Draghi. Elle espère donc qu'une nouvelle injection monétaire pourrait aider. Pour la banque, l'inflation pourrait même sans problème dépasser les 2% pendant un certain temps, après les années de faiblesse qu'elle vient de connaître. Dans son communiqué, elle parle même de son engagement en faveur d'un objectif "symétrique". Dit autrement: la politique monétaire accommodante risque d'être maintenue pendant encore longtemps.

Après la publication du communiqué, la conférence de presse s'est déroulée dans une ambiance un peu plus morose. Draghi est revenu en détail sur le contexte économique et s'est dit surtout préoccupé par l'industrie manufacturière, sévèrement touchée par des facteurs internationaux. Le président estime néanmoins qu'il est peu probable que la zone euro tombe en récession. Notamment parce que l'économie intérieure (le secteur des services) se porte toujours relativement bien. Les journalistes, écrasés par la chaleur, n'ont évidemment pas manqué de poser des questions sur la relance du programme d'achat d'actifs. Sans toutefois parvenir à déstabiliser Draghi, qui ne souhaite pas encore dévoiler tout son jeu. Pour plus de détails, il faudra donc attendre septembre.

Le marché avait anticipé une BCE assez accommodante et est donc resté sur sa faim. Certains investisseurs s'attendaient déjà à des actes hier, et pas uniquement à des mots. Beaucoup d'entre eux ont également été déçus par l'absence de détails. Les mouvements de cours sur les marchés ont donc été à l'avenant. Les bourses sont passées des gains aux pertes. Les taux européens ont cessé de baisser (certains avaient touché de nouveaux planchers historiques) et ont même terminé en hausse. Le cours EUR/USD s'est approché du niveau de support crucial de 1,11, mais est ensuite reparti à la hausse. La réunion de la Fed prévue la semaine prochaine a également joué un rôle sur l'évolution de la paire de devises. La Fed va probablement abaisser ses taux, mais dans quelles proportions? Face à ces incertitudes, les investisseurs ne sont pas prêts à franchir d'importants niveaux techniques. Le chiffre du PIB américain (pour le deuxième trimestre) publié cet après-midi permettra peut-être d'y voir plus clair...

Le cours EUR/USD teste sans succès le niveau de 1,11 après la réunion de la BCE. Le marché attend la conclusion de la Fed

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.