Rien n'est gratuit

Les marchés

La future présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a, dans son discours devant le parlement européen, annoncé entre autres son ambition de créer une banque du climat européenne. Le président français, Emmanuel Macron, avait déjà avant elle également plaidé pour la mise en place d'une "Banque européenne du climat" pour financer la transition écologique. Un organe de ce type pourrait, par exemple, être créé en passant par la Banque européenne d'investissement existante. D'autres propositions allant dans ce sens ont également été avancées ailleurs dans le monde. Citons notamment le "Green New Deal" défendu par la députée américaine Alexandria Ocasio-Cortez, qui contient toute une série de mesures sociales et environnementales très ambitieuses.

Certaines de ces propositions risquent d'avoir un impact budgétaire particulièrement lourd. Il faut évidemment aussi se demander comment financer ces plans. Sur ce point, certains estiment que la solution se trouve du côté des banques centrales. Leur raisonnement est notamment basé sur ce que l'on appelle la théorie monétaire moderne (TMM). Ce cadre de réflexion n'est en soi pas neuf, mais le fait que certains veulent concrètement mettre en œuvre ses recommandations est en revanche un phénomène plus récent.

La TMM est souvent utilisée pour créer l'illusion qu'il n'y a en fait aucune limite budgétaire réelle. Les banques centrales sont en effet capables de financer toutes sortes de projets via la planche à billets. Et, cerise sur le gâteau, les partisans de cette théorie affirment même que cela peut se faire sans faire déraper l'inflation. Confier une partie considérable du financement budgétaire à la banque centrale crée néanmoins un énorme problème de risque moral pour les autorités budgétaires. Dans la pratique, cela entraînera inévitablement un dérapage de l'inflation. En effet, il n'existe pas non plus de "free lunch" dans le monde de la MMT et des choix politiques doivent être posés par rapport à l'affectation des rares ressources économiques dont nous disposons.

L'utopie de la planche à billets

Personne ne conteste le fait que les dépenses publiques financées par la politique monétaire permettent de stimuler la croissance économique, surtout lorsque des capacités de production demeurent inutilisées. En 2003, le gouverneur et futur président de la Fed, Ben Bernanke, avait par exemple suggéré que le Japon aborde, en dernier recours et de manière provisoire, ses problèmes de croissance et de déflation de cette manière. Comparant néanmoins cette solution à une sorte d'assurance vie ultime.

Il est cependant dangereux de généraliser ce type de scénario d'urgence. Cela peut en effet donner de mauvaises idées aux gouvernements. À court terme, les autorités budgétaires peuvent en effet être tentées de ne pas prendre les choix de politique qui s'imposent, vu que le financement sera de toute manière assuré par la banque centrale. Cette tentation serait particulièrement élevée aujourd'hui, compte tenu de la faiblesse extrême de l'inflation (et des perspectives d'inflation). Cet environnement ne réduit en effet pas les risques, mais ne fait que les reporter à plus tard. Un gouvernement sans vision à long terme pourrait donc les ignorer sans être sanctionné.

Le débat académique autour de la TMM va sans aucun doute encore durer un certain temps. Mais, dans la pratique, la théorie se heurterait rapidement à des obstacles opérationnels et ferait presque certainement déraper l'inflation. L'histoire nous montre en effet que la tentation de la planche à billets est trop grande.

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La couronne ne profite pas du relèvement de taux de la Norges Bank

MR20190920NorgesBank

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.