Boris D.U.D.E. Johnson

Les marchés

L'élection d'un nouveau dirigeant pour le parti conservateur britannique s'est achevée hier. Boris Johnson l'a emporté de manière convaincante sur le deuxième candidat en lice, Jeremy Hunt. Dans le discours passionné qu'il a tenu à l'occasion de sa victoire, le nouveau premier ministre s'est tenu à carreau au sujet du Brexit. Boris Johnson a surtout mis en avant ses ambitieux projets d'avenir. Pour simplifier les choses, il les a regroupés sous un acronyme: "Deliver Brexit, Unite the UK, Defeat Corbyn, Energise Britain", autrement dit : D.U.D.E. Le premier projet ne nécessite pas trop d'explications. Boris Johnson s'est contenté de répéter que l'objectif est de faire sortir le pays de l'UE le 31 octobre. Mais dans cet acronyme, c'est surtout le "E" qui nous intrigue.

"Energise Britain". Une promesse assez vague qui laisse matière à interprétation. Selon nous, il faut y voir une allusion à des incitants fiscaux. Boris Johnson s'est en effet forgé durant sa carrière en tant que maire de Londres une réputation de généreux donateur (et dépensier). Dans sa campagne électorale, il a d'ailleurs misé habilement sur le thème fiscal en faisant miroiter des réductions d'impôts et une augmentation des dépenses publiques. Bien sûr, il devra pour ce faire obtenir le soutien du gouvernement qui doit encore être formé. Nous trouvons néanmoins que la fiscalité britannique est un thème sous-exposé dans le contexte du Brexit. Car somme toute, l'un ne va pas tout à fait sans l'autre, tant s'en faut.

Jusqu'ici, le Brexit reste un écheveau impossible à démêler. Le Royaume-Uni demande une adaptation du filet de sécurité irlandais, une pierre d'achoppement au sein du parlement britannique. L'arrivée au pouvoir de Boris Johnson n'y changera assurément rien, mais l'UE se refuse jusqu'ici à une telle concession. En brandissant la menace d'un Brexit sans accord, le nouveau premier ministre essaie de mettre l'Europe au pied du mur. Sans trop de succès jusqu'ici. Avec 99 jours restants jusqu'à la date butoir (le 31 octobre), il semble donc que l'on se dirige plutôt vers un énième report. Le parlement britannique et l'opinion publique en ont cependant plus qu'assez de cette impasse. Les sondages électoraux récents, peu favorables au parti conservateur, sont à cet égard éloquents. Pourtant, Boris Johnson avait déjà évoqué la possibilité d'élections anticipées dans l'hypothèse où il accéderait au poste de premier ministre. Dans cette optique, un plan fiscal généreux serait à sa place. Cette perspective permet en tout cas de détourner ne serait-ce que temporairement l'attention du Brexit et de la menace constituée par le parti travailliste, et a fortiori par le parti du Brexit de Nigel Farage.

En ce sens, Boris Johnson rappelle Donald Trump aussi sur le plan fiscal, au-delà de la ressemblance physique. Les incitants fiscaux de Donald Trump lui ont à l'époque valu les faveurs d'une large frange du public. Sans compter que l'économie en a assurément profité, tant à court qu'à moyen terme. Une initiative similaire de Boris Johnson pourrait également donner un coup de pouce à l'économie britannique. Le timing du gouverneur Saunders, un faucon de la Bank of England lorsqu'il est question d'inflation, est à cet égard assez surprenant. Il a en effet déclaré hier que l'incertitude persistante au sujet du Brexit excluait sans doute le scénario d'un relèvement des taux d'intérêt. Cependant, si Boris Johnson lance des incitants fiscaux comme il en a l'intention, le scénario d'une normalisation très progressive de la politique sur lequel table actuellement la BoE gagnerait à nouveau en probabilité. Pour l'heure, la livre sterling se montre relativement insensible aux commentaires. Le différentiel EUR/GBP est même retombé dans le bas de la zone de 0,89. La devise vient de tourner une page politique et attend à présent que le nouveau premier ministre prenne l'initiative. Le Brexit projette bien sûr toujours son ombre menaçante sur la livre sterling, mais la pression à la vente qui pèse sur la devise devrait se faire moins insistante, en particulier si le marché capte les premiers signes annonciateurs d'incitants fiscaux.

Johnson devient premier, EUR/GBP à nouveau près de 0.89

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Fin de la fiesta espagnole?

MR2019120 Fin de la fiesta espagnole?

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon

La guerre, un cessez-le-feu ou la paix tant attendue?

MR201911811Handel

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.