À suivre: l'obligation rhinocéros

Les marchés

Hier, la une du Financial Times contenait un article pour le moins surprenant sur le rhinocéros noir, et plus précisément sur la probable émission (en début 2020) d'une obligation visant à contribuer à la préservation de l'espèce. Les investisseurs recevront un coupon en cas d'accroissement de la population de rhinocéros pendant la durée de l'obligation. Le pourcentage dépendra de l'ampleur de cette croissance. Réaction instinctive: il faut bien remplir les pages en cette période de trêve estivale. L'article mérite toutefois notre attention. Il nous apprend non seulement que des mesures urgentes doivent être prises pour assurer les chances de survie du rhinocéros noir, mais surtout aussi que l'obligation est une énième manifestation (de fin de cycle) du phénomène de quête de rendement qui touche les marchés mondiaux. Les niveaux de taux absolus et les primes de risque de crédit sur les obligations d'État et d'entreprise sont tombés si bas que les investisseurs sont prêts à élargir encore leur horizon. Nous vous avions déjà parlé dans ces lignes du succès rencontré par l'obligation à 100 ans émise par le gouvernement autrichien. L'obligation rhinocéros - qui est de surcroît divisée en tranches et prévoit donc un ordre de priorité dans le remboursement des investisseurs - ou la facilité avec laquelle la Grèce est parvenue à écouler 2,5 milliards d'euros d'obligations à sept ans cette semaine s'inscrivent dans le même ordre d'idée. Lointain écho d'une période où les CDO et les obligations catastrophes (paiement de coupons tant qu'aucune catastrophe naturelle ne survient; bienvenue au casino de mère nature) se vendaient comme des petits pains?

Le marché ne croit pas la BoC

La banque centrale canadienne a laissé son taux directeur inchangé à 1,75% la semaine passée. Le gouverneur Stephen Poloz a essayé de convaincre le marché que le conflit commercial ne justifierait pas de baisses de taux, mais il n'y est pas parvenu. Si l'on en croit le marché des taux à court terme, il y a environ une chance sur trois que les taux seront abaissés cette année. Après la réunion de la BoC, le taux à deux ans canadien s'est encore replié (1,5%), sous le niveau du taux directeur (1,75%). Le dollar canadien a quant à lui perdu du terrain immédiatement après la conférence de presse, mais a ensuite rattrapé son retard en raison de l'affaiblissement encore plus prononcé du dollar américain.

Contrairement à son vis-à-vis américain Jerome Powell, Poloz prône une approche orthodoxe, plutôt qu'une stratégie de défense. Concrètement, il s'attend à ce que le conflit commercial provoque une hausse de l'inflation au Canada en raison d'un choc négatif de l'offre et d'une dépréciation de la monnaie (ralentissement de la croissance, diminution des prix pétroliers). Dans ce contexte d'inflation élevée, la banque centrale se doit surtout de veiller à son objectif d'inflation, avant de penser à soutenir l'économie. Powell plaide en revanche pour une baisse de taux en guise d'assurance économique. L'objectif principal de la Fed reste de faire tourner l'économie. Malgré le plaidoyer de Poloz, et notamment ses allusions aux marchés des taux/obligations qui ne rendent pas ou pas correctement compte de la complexité du conflit commercial, la déclaration de politique de la BoC contient tout de même quelques références à la nécessité d'une prudence accrue. La croissance globale du PIB a ainsi été revue à la baisse pour cette année (de 3,2% à 3%) et l'année prochaine (de 3,2% à 3,1%). La BoC table par ailleurs sur une croissance canadienne de 1,3% (contre 1,2%) pour cette année et de 1,9% (contre 2,1%) pour 2020. Les risques autour de ces prévisions sont équilibrés, mais une escalade des tensions commerciales constitue le risque, baissier, le plus important. Cette mise en garde a été répétée à plusieurs reprises dans la déclaration et lors de la conférence de presse.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Nouveau recul du taux à deux ans canadien. Le marché ne croit pas la BoC

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

L’optimisme cède la place au réalisme

MR20191014 L’optimisme cède la place au réalisme

Une petite lueur d'espoir a de nouveau suffi...

MR20191011_Een sprankeltje hoop

Les temps changent...

MR20191010MRbalans1010

Secteur automobile: d'abord la source de tous les maux et bientôt le sauveur?

MR20191009_Secteur automobile: d'abord la source de tous les maux et bientôt le sauveur?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.