Quel sera le prix réel de la libra?

Les marchés

Facebook a récemment annoncé son intention de lancer une nouvelle cryptomonnaie en 2020. La libra devrait permettre aux consommateurs d'effectuer des achats en ligne et transférer de l'argent facilement, rapidement et à moindres frais. Les avis sur le potentiel de cette nouvelle monnaie sont très partagés, d'autant qu'il reste de nombreux points d'interrogation, notamment au niveau du respect de la vie privée et de la réglementation.

Libra =/= bitcoin

La libra ne sera pas un nouveau bitcoin. Chaque libra sera adossée à un panier d'actifs,tels que des dépôts bancaires et des titres d'État à court terme fiables libellés en devises de réserve internationales stables. Le bitcoin n'est quant à lui adossé à rien du tout, si ce n'est un logiciel qui limite les volumes en circulation et freine sans cesse la création de monnaie (ce que l'on appelle le minage). Résultat, le bitcoin n'est quasiment pas utilisé comme une monnaie de transaction, mais bien comme une monnaie de spéculation. Les gens achètent des bitcoins dans l'espoir de pouvoir les revendre plus tard à un prix plus élevé.

But noble mais intéressé

La mission de Facebook peut paraître noble au premier abord. Selon ses propres dires, la société entend s'adresser au 1,7 milliard de personnes qui n'ont pas accès aux services financiers, parce qu'elles vivent dans des régions reculées ou parce que ces services sont simplement trop chers dans leur pays. La libra sera censée leur permettre d'accéder à moindres frais à des services bancaires tels que l'ouverture d'un compte, l'épargne ou les transferts internationaux d'argent. Les intérêts générés par les actifs seraient utilisés pour couvrir les frais du système. Et ce qui reste des intérêts et des éventuelles plus-values reviendra aux investisseurs, parmi lesquels Facebook évidemment. Et ce n'est probablement que la partie visible des bénéfices que Facebook pourra tirer de la libra.

Combien coûtera réellement une libra?

Avec sa libra, Facebook entend proposer des services financiers accessibles à tous et combler ainsi le vide laissé béant par les institutions financières internationales. Reste à savoir si nous voulons vraiment que ce soit Facebook qui comble ce vide. La société a déjà montré dans le passé que derrière une façade d'idéalisme se cachaient souvent des objectifs beaucoup moins désintéressés. Et chez Facebook, les bénéfices proviennent principalement de l'utilisation et de la vente des données personnelles. La société a néanmoins promis que les données de paiement ne seraient pas conservées ou vendues. Elle a même créé une filiale, nommée Calibra, pour nous convaincre de la séparation entre le réseau social et les données financières.

Facebook n'est cependant pas vraiment réputée pour sa transparence et la protection de ses données. En outre, la société laisse beaucoup de place à l'interprétation en disant qu'elle ne communiquera pas les données aux annonceurs et aux tiers, sauf dans des cas vaguement définis tels que la détection de la fraude et la sécurité et sauf si les utilisateurs lui ont donné leur accord. En plus des frais de transaction, les utilisateurs vont devoir probablement aussi payer avec leurs données personnelles. Plusieurs autorités de surveillance et gouvernements ont par conséquent déjà manifesté leurs inquiétudes à propos du projet de Facebook. L'entreprise devra donc s'attendre à de sévères mesures de réglementation, de surveillance et de contrôle.

Cora Vandamme, Économiste du groupe KBC

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

De l'influence de Saint-Nicolas sur l'économie

MR20191206 De l'influence de Saint-Nicolas sur l'économie

La Banque du Canada maintient le cap

MR20191205_BoC

La RBA entre en hibernation

MR20191204 La RBA entre en hibernation

Trump rendosse le costume de "Tariffman"

MR20190312Trump
Nous utilisons des cookies et technologies similaires pour garantir le bon fonctionnement de notre site internet et rendre votre navigation plus agréable. Ils nous permettent aussi d’adapter notre site à vos besoins et préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou vous n’êtes pas d’accord?Cliquez ici.