L’UE et le Mercosur tournent le dos au protectionnisme commercial

Les marchés

Malgré un contexte mondial marqué par la hausse du protectionnisme, l’UE et plusieurs pays latino-américains optent pour une autre stratégie : le libre-échange ! Après quelque 20 années de négociations, un accord commercial a été conclu la semaine dernière entre l’UE et le Mercosur – le bloc commercial qui comprend le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay.

L’accord prévoit la libéralisation de plus de 90 % du commerce de marchandises entre les blocs commerciaux sur une période de transition de 10 ans. Les principaux avantages pour les entreprises européennes se situent dans les secteurs automobile, de la construction mécanique, chimique et pharmaceutique, qui étaient jusqu’alors confrontés à des tarifs à l’importation élevés dans les pays du Mercosur. Pour les vêtements et les chaussures, l’interdiction d’importation a même été levée. La Commission européenne a calculé que l’économie sur les tarifs douaniers des entreprises européennes s’élèverait à quelque 4 milliards d’euros, soit quatre fois plus que l’économie estimée dans le cadre du récent accord commercial avec le Japon.
Réciproquement, les pays du Mercosur recevront un accès préférentiel au marché européen pour le bœuf, l’éthanol et le sucre. Les deux parties se sont également engagées à simplifier leurs procédures douanières et à collaborer plus étroitement dans le domaine des prescriptions et des normes techniques.

L’importance des échanges commerciaux avec les pays du Mercosur pour l’UE est relativement limitée. En 2018, la part d’importation et d’exportation avec la région s’élevait respectivement à 2,2 % et 2,3 % du total des importations et des exportations européennes. L’UE exporte principalement des machines et des accessoires, des produits chimiques et des moyens de transport au Mercosur. Dans le sens inverse, les flux commerciaux se composent surtout de produits agricoles. L’accord commercial pourra donc entraîner une augmentation des échanges commerciaux, mais n’aura probablement pas pour conséquence un regain spectaculaire de la croissance du PIB européen.

Cependant, il y a d’autres avantages. L’UE sera le premier grand partenaire commercial à conclure un accord commercial avec le bloc du Mercosur. Vu les importantes restrictions à l’importation que la région applique vis-à-vis d’autres pays, le Mercosur donnera par conséquent un relativement meilleur accès à son marché aux entreprises de l’UE. Dès lors, les entreprises européennes auront l’avantage du précurseur. En outre, les entreprises avec une filiale dans la région du Mercosur pourront plus facilement importer des pièces et d’autres intrants, ce qui améliorera leur compétitivité.

Les bénéfices de l’accord commercial ne sont donc pas négligeables. Toutefois, son approbation ou sa ratification ne sera pas une sinécure. Peu après la nouvelle, un torrent de critiques s’est ensuivi de la part de différents acteurs européens (des associations agricoles, des producteurs d’éthanol…). Et bien que la Commission européenne ait déjà annoncé des soutiens pour les agriculteurs touchés, des associations d’intérêts du secteur compliqueront sans aucun doute la ratification de l’accord au niveau des parlements nationaux. De plus, l’accord suscite la controverse du point de vue environnemental. L’on craint en effet que l’intensification de l’élevage de bétail dans les pays latino-américains n’augmente le déboisement de la forêt amazonienne. Il sera donc essentiel de trouver un bon équilibre entre les gagnants et les perdants.

Jill Van Goubergen, Économiste du groupe KBC

Commerce de l’UE avec le Mercosur (commerce de marchandises, en milliards d’euros)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR

Le consommateur américain tient bon

MR20190916_Amerikaanse consument

Fin d'une ère (monétaire)

MR20190913Eindmonetair tijdperk
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.