Fin de la tendance baissière pour les taux?

Les marchés

Le jour de la fête nationale aux États-Unis (4 juillet) marque traditionnellement le début de la "trêve estivale" sur les marchés financiers. Les volumes diminuent et les investisseurs sont moins enclins à prendre d'importantes nouvelles positions. Cette année, la période d'accalmie a démarré avec un jour de retard, car les marchés attendaient encore la publication du rapport officiel sur le marché du travail ("payrolls") du Bureau des statistiques de l'emploi américain pour le mois de juin.

224 000 nouveaux postes ont été créés aux États-Unis en juin. La déception du mois de mai (+72 000) a donc été rapidement oubliée. Le marché s'attendait à seulement 160 000 emplois supplémentaires. Le taux de chômage a très légèrement augmenté (3,7%), mais le taux de participation s'est amélioré (62,9%). Les salaires ont progressé plus ou moins comme prévu, de 0,2% sur une base mensuelle et 3,1% sur une base annuelle. Le marché du travail se porte donc comme un charme! Ces bons chiffres ont fini par provoquer des prises de bénéfices sur le marché des obligations souveraines, qui était en hausse depuis déjà plus de six mois. Les taux, qui sont inversement corrélés, ont donc quitté leurs planchers. Le dollar en a profité vu que les taux ont davantage grimpé aux États-Unis qu'en Europe. Le cours EUR/USD dépasse ainsi de nouveau légèrement la barre de 1,12.

Nous pensons que les "payrolls" pourraient marquer le début d'une période de consolidation sur les marchés des taux. Ces derniers pourraient même encore légèrement augmenté en attendant la réunion de la Fed de fin juillet. Un raisonnement qui, à première vue, pourrait paraître contradictoire. En effet, la banque centrale américaine devrait en principe abaisser son taux directeur lors de cette réunion, afin de soutenir l'économie et la protéger contre tous les éventuels chocs commerciaux. Le marché des taux anticipe déjà depuis quelque temps un scénario de croissance extrêmement pessimiste et un net assouplissement de la politique monétaire. Les "payrolls", mais aussi les indicateurs de confiance des entreprises ISM, ont néanmoins montré la semaine passée que les pires scénarios catastrophes n'étaient pour le moment pas encore à l'ordre du jour. Les investisseurs qui tablaient sur une baisse de taux de la Fed de 50 points de base en juillet ont donc fait marche arrière et se sont alignés sur le consensus (-25 points de base).

Maintenant que les marchés tournent au ralenti, que les principaux chiffres du mois ont été publiés aux États-Unis, que les négociations commerciales sino-américaines sont sorties de l'impasse et que tous les observateurs sont sur la même longueur d'onde en ce qui concerne la Fed, les marchés des taux pourraient reprendre leur souffle après s'être fortement repliés. Le taux à 10 ans américain se maintient autour du niveau de support crucial de 2%, alors que le taux de swap à 10 ans européen (0,07%), le taux à 10 ans belge (-0,07%) et le taux à 10 ans allemand (-0,40%) viennent de toucher des plus bas absolus. Sur le marché des changes, une correction haussière des taux jouera encore en faveur du dollar à court terme. Les principaux seuils pour la paire EUR/USD se situent à 1,1181 et 1,1107. Une rupture en dessous de ces niveaux nous semble peu probable. Nous continuons de penser que les États-Unis possèdent, à terme, davantage d'atouts - politiques, fiscaux et monétaires - pour affaiblir leur monnaie que l'UEM.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Taux swap européen à 10 ans : fin de la tendance baissière et début d'une période de consolidation?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Exercice de réflexion

MR20190719Denkoefening

À suivre: l'obligation rhinocéros

MR20190718 Neushoorn

Quel sera le prix réel de la libra?

MR20190717 Libra

Un sentiment de résignation

MR20190716 Un sentiment de résignation
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.