Nouvelle baisse des taux 'préventive' de la RBA!

Les marchés

La banque centrale australienne (RBA) a abaissé son taux directeur pour la deuxième fois consécutive, de 25 points de base à 1,0%, ce matin. Cette baisse n'a pas vraiment surpris et avait déjà en grande partie été intégrée par les marchés. Elle n'est reste pas moins singulière. Un signe des temps...

En lisant le communiqué de la RBA de ce matin, on se demande malgré tout si ce deuxième abaissement en l'espace d'un mois était réellement nécessaire. Pointons quelques constatations de la RBA. L'économie australienne se porte toujours assez bien. Comme partout dans le monde, les problèmes liés au commerce international impliquent des risques baissiers. La croissance rapportée pour le premier trimestre s'était révélée décevante (1,8% en glissement annuel), mais la RBA table sur un retour à la croissance tendancielle. Dans son dernier rapport de politique (mai), la RBA s'attendait à ce que la croissance s'établisse clairement au-dessus des 2,0% à la fin de cette année et l'année prochaine. L'inflation a été faible au premier trimestre (1,3% en glissement annuel), mais une reprise est déjà attendue pour le deuxième trimestre. En ce qui concerne le marché du travail, la RBA prend acte d'une forte croissance continue de l'emploi. Un 'rebond' (provisoire?) du taux de chômage à 5,2% et des hausses salariales continues, mais modérées, font cependant conclure à la RBA qu'il vaut mieux qu'elle mette les bouchées doubles afin d'activer les capacités surabondantes sur le marché du travail et l'économie dans son ensemble. Par ailleurs, le gouverneur Philip Lowe a récemment appelé le gouvernement à stimuler l'économie sur le plan fiscal, parce que la politique monétaire ne dispose pas de suffisamment de moyens que pour assumer seule cette tâche.

La RBA s'érige en 'locomotive' du groupe de plus en plus important des banquiers centraux qui estiment que la politique (monétaire) se doit d'être préventive afin d'éviter un nouveau ralentissement de la croissance et de ramener coûte que coûte l'inflation vers les 2%. La question reste néanmoins de savoir si cette politique est réellement efficace, surtout dans des conditions monétaires particulièrement souples et avec une économie qui tourne déjà plutôt bien. Cette politique a en outre aussi ses effets secondaires. Les ménages australiens sont fortement endettés, ce qui s'explique probablement en partie par une politique historiquement souple. Difficile donc pour la RBA que de relever ses taux. Puisque cela pèserait sur les dépenses des ménages. Après avoir fortement augmenté jusqu'en 2017, les prix de l'immobilier ont reculé l'année dernière. Si cette correction était vraisemblablement saine, elle a aussi porté atteinte à la situation de prospérité (valeur maison/dette) et, partant, à la confiance, des ménages. Bref, ici aussi, la banque centrale se heurte au moins en partie aux conséquences de la souplesse dont elle a fait preuve par le passé.

La réaction du marché a été étonnamment limitée ce matin. Les taux australiens, qui se situent à des niveaux historiquement bas (<1% pour les taux à 2 ans, 1,33% pour les taux à 10 ans), ont à peine reculé. Le dollar australien s'est même quelque peu renforcé depuis l'annonce de la décision. Le marché estime pour le moment qu'il y a 40% de chances qu'une nouvelle baisse des taux ait encore lieu d'ici la fin de l'année. Après avoir atteint un plancher le mois dernier, le dollar australien est récemment entré dans une période plus paisible. Le marché part apparemment du principe que la RBA a déjà épuisé une bonne partie de ses munitions monétaires, surtout par rapport à d'autres banques centrales (comme la Fed). Le gouvernement du Premier ministre Scott Morrison planche aussi sur un plan de mesures fiscales ambitieux (réduction d'impôts).

Nous sommes un peu plus neutres (moins négatifs) vis-à-vis du dollar australien. Lorsque le programme fiscal sera mis en place surtout, la RBA ne devra plus, à court et moyen termes, ouvrir la marche dans la course à l'assouplissement monétaire. Il se peut que le cours AUD/USD soit en train de se redresser et puisse même regagner du terrain par rapport à son équivalent américain, si la Fed décide d'assouplir substantiellement sa politique. La situation vis-à-vis de l'euro est plutôt neutre (scénario d'un dollar généralement moins fort à terme).
 

Figuur - AUD/USD: Is RBA ver genoeg vooruitgelopen in de race naar preventieve monetaire versoepeling?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR

Le consommateur américain tient bon

MR20190916_Amerikaanse consument

Fin d'une ère (monétaire)

MR20190913Eindmonetair tijdperk
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.