Solo norvégien

Les marchés

La banque centrale norvégienne est pour le moment la fameuse exception qui confirme la règle. Après l'intervention du président de la BCE Mario Draghi à Sintra, la nouvelle fonction de réaction de la Fed, les allusions à de nouvelles baisses de taux en Australie, le constat par la Banque d'Angleterre de l'accroissement des risques... le gouverneur de la banque centrale Øystein Olsen et ses collègues ont en effet décidé de relever le taux directeur de 25 points de base à 1,25%. Il s'agit de la troisième hausse de taux depuis septembre de l'année dernière et, si cela ne tenait qu'à la Norges Bank, certainement pas la dernière.

La décision de la banque centrale norvégienne s'explique par de solides prévisions de croissance. L'économie norvégienne devrait ainsi réitérer sa performance de l'année passée (croissance de 2,6%) cette année. Pour 2020, la croissance est attendue à 1,9%. Dans le contexte actuel de ralentissement causé par les tensions commerciales, cela mérite d'être souligné. L'économie norvégienne dispose en fait d'un atout non négligeable: l'or noir. Les investissements dans l'industrie pétrolière norvégienne vont grimper d'environ 14% cette année. Ce coup de pouce donné au principal secteur du pays va irradier dans tous les autres compartiments de l'économie norvégienne. En outre, l'inflation norvégienne est actuellement supérieure à l'objectif de 2% de la banque centrale. Et la Norges Bank estime qu'elle devrait le rester l'année prochaine et la suivante, avant de se stabiliser autour de ces 2% en 2021 et 2022. Enfin, Olsen soutient clairement que la politique monétaire norvégienne demeure "accommodante" et que la couronne est plus faible que prévu. Cette sous-évaluation de la monnaie offre une marge supplémentaire pour de nouveaux assouplissements.

Bien que conscients de la dégradation de l'économie mondiale, les responsables de la banque centrale norvégienne comptent poursuivre la normalisation de leur politique. Ils tablent ainsi sur une hausse de taux à 1,5% cette année. Les investisseurs ont, à cet égard, déjà entouré la date de la réunion du 19 septembre dans leur agenda. Un nouveau relèvement à 1,75% pourrait ensuite avoir lieu d'ici à l'été 2020, un niveau que la Norges Bank considère comme un taux d'équilibre neutre.
Le message de la banque centrale a eu un impact sur la couronne norvégienne, avec un cours EUR/NOK passant de 9,76 à 9,66. Si l'écart qui sépare les positions de la BCE et de la Norges Bank continue de se creuser, la couronne pourrait alors s'extraire de son canal baissier à long terme vis-à-vis de l'euro (voir le graphique). Un cours EUR/NOK à 9,40, la limite inférieure de la fourchette dans laquelle évolue la paire de devises depuis 2018, constitue un premier objectif.

La politique de la Norvège contraste aussi avec celle de sa voisine scandinave, la Suède. En décembre dernier, la banque centrale suédoise s'est également engagée dans la normalisation de sa politique (hausse du taux de dépôt de -0,5% à -0,25%). Mais depuis le début de l'année, elle semble moins déterminée à procéder à un second resserrement. Selon nous, il est très probable que la banque enterre définitivement cette éventualité pour cette année lors de sa réunion de début juillet. La couronne suédoise dispose de cartes moins favorables que la couronne norvégienne.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

EUR/NOK: la couronne norvégienne est-elle sur le point de s'extraire de son canal baissier grâce à l'écart qui sépare les positions de la BCE et de la Norges Bank?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Exercice de réflexion

MR20190719Denkoefening

À suivre: l'obligation rhinocéros

MR20190718 Neushoorn

Quel sera le prix réel de la libra?

MR20190717 Libra

Un sentiment de résignation

MR20190716 Un sentiment de résignation
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.