Assouplissement de la Fed, une question de temps

Les marchés

La Réserve fédérale américaine a laissé son taux directeur inchangé hier (2,25%-2,50%). Or, le marché estime depuis quelque temps que la banque devrait procéder à un assouplissement. Il existait donc un énorme fossé entre les attentes du marché et l'évolution probable des taux telle qu'elle était présentée par la banque centrale. La divergence de point de vue reste importante, mais la Fed a tout de même suffisamment rapproché sa position de celle du marché pour que celui-ci ne dévie pas de sa course. Les taux américains continuent de baisser, alors qu'une dépréciation semble être aussi la voie de la moindre résistance pour le dollar.

La Fed reste dans l'ensemble positive en ce qui concerne l'économie. La consommation s'est ainsi redressée après une période difficile autour du nouvel an. L'inflation est quant à elle inférieure à l'objectif de 2,0%. La Fed prend également acte de l'accroissement des risques liés au contexte international incertain et aux tensions commerciales. La banque, qui était dans une position attentiste depuis le mois de mars, se dit désormais prête à prendre des mesures pour éviter qu'un ralentissement de la croissance ne vienne mettre en péril le double objectif de plein emploi et d'inflation à 2%.

La meilleure illustration de ce changement d'attitude de la Fed se trouve au niveau des "dots", lesquels représentent les prévisions individuelles des différents gouverneurs de la banque centrale à propos du taux directeur. Officiellement, la médiane de ces prévisions ne fait encore état d'aucune modification de taux cette année et table seulement sur une baisse l'année prochaine. Il s'en est cependant fallu à une voix. Une large minorité des gouverneurs estime que les taux devraient déjà être abaissés de 0,50% cette année. Lors de la conférence de presse, Powell a par ailleurs laissé entendre que les membres estimant que la probabilité d'une baisse de taux était en train d'augmenter étaient encore plus nombreux. Les marchés en ont tiré leur conclusion. À moins de données exceptionnellement bonnes et d'une éclaircie sur la scène internationale le mois prochain, il est très probable que la Fed procède déjà à un premier assouplissement en juillet. Le débat sur le marché porte désormais sur l'ampleur de cette baisse de taux (25 ou 50 points de base). Le marché part également du principe que lorsque la Fed s'engage dans ce type d'assouplissement quantitatif, il est rare qu'elle se contente d'une seule baisse. Le taux à 2 ans a perdu environ 15 pb. Et le taux à 10 ans est passé sous la barre des 2,0% ce matin.

Le dollar a relativement bien résisté ces derniers temps, malgré un soutien moins important des taux. Le cours EUR/USD est même repassé sous la barre de 1,12 cette semaine, lorsque Draghi a ouvert la porte à un nouvel assouplissement. Mais la Fed a rééquilibré les choses hier. La position relative du billet vert s'est affaiblie, même si celui-ci dispose encore d'un avantage confortable au niveau des taux. Powell n'a par ailleurs rien dit à propos du dollar lors de la conférence de presse. La politique de change est une compétence du ministère des Finances. Contrairement à Donald Trump, qui a récemment fortement critiqué le président de la Fed pour sa politique qu'il juge trop restrictive, Powell n'entend pas sortir de son rôle. Il laisse au gouvernement la responsabilité de la communication autour du taux de change.
L'administration Trump va probablement aborder ce point la semaine prochaine en préparation du sommet du G20. Dans le passé, les États-Unis ont toujours officiellement promu un dollar fort ("strong dollar policy"), même si, dans la pratique, cette politique n'a pas souvent dépassé le stade de la rhétorique. Cela fait d'ailleurs longtemps que Trump a laissé tomber les apparences. Il trouve en effet que le dollar est trop fort et reproche à de nombreux partenaires commerciaux des États-Unis d'affaiblir artificiellement leur monnaie. Draghi a ainsi encore subi le courroux du président américain cette semaine. Face à ce recul probablement important du soutien des taux et à la volonté clairement affichée des États-Unis d'affaiblir le dollar, on peut s'attendre à ce que la monnaie américaine perde encore du terrain. Une nouvelle baisse du cours EUR/USD vers 1,1350 voire 1,1450 (voir le graphique) semble, dans ce contexte, tout à fait possible. Le biais accommodant de la BCE ne pourra alors pas contrer ce mouvement.
 

Figuur - EUR/USD: équilibre retrouvé, en défaveur du dollar!?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

PMI peu convaincants pour l'UEM

MR20192211PMIs

Hong Kong: plus qu'une question locale?

MR20191121 Hong Kong: plus qu'une question locale?

Fin de la fiesta espagnole?

MR2019120 Fin de la fiesta espagnole?

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.