Les investisseurs aiment de moins en moins l'Italie

Les marchés

Hier, la Commission européenne a posé la première pierre en vue d'une procédure de déficit excessif à l'encontre de l'Italie. Cela n'a rien de surprenant. Le gouvernement italien a en effet refusé de modifier sa proposition de budget pour 2019, malgré les mises en garde de l'Union européenne. Le mécanisme disciplinaire devrait faire grimper la pression d'un cran, dans l'espoir que les Italiens finissent par mettre un peu de "acqua" dans leur "vino". Reste à voir si le gouvernement italien y sera disposé, alors que les deux parties campent actuellement sur leurs positions.

Maintenant que le feu vert a été donné au lancement d'une procédure de déficit excessif, le Comité économique et financier (CEF), organe composé de hauts fonctionnaires des États membres de l'Union, dispose d'un délai de deux semaines pour rendre un avis officiel. En cas d'avis "positif", la balle reviendra dans le camp des ministres européens des Finances. L'ECOFIN devra ensuite voter. Si une majorité qualifiée (55% des États membres représentant au moins 65% de la population de l'UE) est atteinte, la procédure pourra être lancée. L'Italie pourrait alors être placée sous ce régime en janvier 2019 au plus tôt. Le pays aura alors trois à six mois pour se conformer aux nouvelles recommandations et aux nouveaux objectifs qui lui sont imposés. Des sanctions sont également prévues, et notamment une amende pouvant aller jusqu'à 0,2 % du PIB. Les sanctions seront mises en œuvre si aucun effort n'est constaté après six mois, soit au plus tôt en juin. Après les élections européennes de mai donc.

La Commission européenne est partagée entre deux sentiments. Si elle réagit trop mollement à la proposition de budget de l'Italie, elle remettra en cause l'intégrité des règles budgétaires européennes. Mais si elle réagit trop durement, elle risque d'apporter de l'eau au moulin des eurosceptiques comme le vice-Premier ministre italien Salvini ou la française Marine Le Pen alors que des législatives européennes sont prévues l'année prochaine. Tant la Ligue de Salvini que le Mouvement 5 étoiles de Di Maio espèrent voir leur présence, et celle d'autres partis europhobes, renforcée au Parlement européen. Cela pourrait pousser l'Europe à mettre de l'eau dans son vin. Salvini a d'ores et déjà annoncé sa volonté de se présenter aux élections parlementaires européennes. Une victoire politique au niveau européen ne résoudra naturellement pas les problèmes économiques sous-jacents. Si le gouvernement table toujours sur une croissance de 1,5% en 2019, d'autres instances se montrent moins optimistes. L'institut italien des statistiques estime pour sa part que le croissance devrait être légèrement inférieure à 1,3%. Et le FMI est encore plus pessimiste, avec une prévision de 1,0%. Le taux de croissance qui vient d'être publié pour le troisième trimestre (0,0% en glissement trimestriel) n'augure d'ores et déjà rien de bon.

Toutefois, ce sont, comme souvent, les marchés financiers qui auront le dernier mot. Salvini et Di Maio pourront poursuivre leur stratégie tant que les taux italiens n'auront pas atteint des niveaux intenables. Mais la situation commence tout de même à se dégrader. Les investisseurs, tant italiens qu'étrangers, évitent de plus en plus les obligations transalpines. Depuis l'arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, les investisseurs étrangers se sont déjà délestés de quelque 69 milliards d'euros d'emprunts italiens. Et les Italiens souhaitant participer au financement de leur propre dette publique se font également plus rares. Ainsi, la nouvelle émission lancée en début de semaine n'a attiré que 723 millions d'euros en deux jours, alors que 3,7 milliards d'euros avaient pu être levés lors d'une émission précédente. Une tendance qui a de quoi inquiéter alors que la BCE abandonne petit à petit son rôle de principal acheteur d'obligations publiques italiennes.
 

Figure - Taux à 10 ans italien de nouveau sous pression ?

Source: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Les économies d'Europe centrale tiennent bon

MR20191115_Centraal Europa

La politique monétaire devient-elle plus "sélective"?

MR20191411RBNZ

Une Espagne encore plus fragmentée

MR20191112 Une Espagne encore plus fragmentée

Une Banque d'Angleterre prudente

MR20191108 Une Banque d'Angleterre prudente
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.