Flambée d'une obligation à 100 ans

Les marchés

En septembre 2017, l'agence de la dette autrichienne avait émis une obligation d'État d'une durée de 100 ans. Une pièce de collection pour certains, une hérésie totale pour d'autres. À 2,1%, le coupon était à peine supérieur à l'objectif d'inflation de la Banque centrale européenne. En outre, la croissance était alors particulièrement soutenue dans la zone euro et la BCE était prête à normaliser (prudemment) sa politique.

L'évolution récente du cours de cette obligation à 100 ans autrichienne donne tort aux réfractaires. Depuis octobre, il a en effet grimpé de pas moins de 47%, en passant de 110 à 155! Quel autre placement a fait mieux?! L'évolution du cours reflète parfaitement la réalité économique et monétaire dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. L'escalade des tensions commerciales fait planer un risque sur la croissance mondiale, les prévisions d'inflation ne cessent de diminuer et les banques centrales se tiennent prêtes à rouvrir les vannes monétaires.

Le président de la BCE, Mario Draghi, a fait une intervention remarquée hier à Sintra. Cette petite ville portugaise sert depuis quelques années de décor pittoresque à une conférence de la BCE. Estimant que le message qu'il avait envoyé en mai n'avait pas encore été suffisamment compris par les marchés, Draghi en a donc remis une couche. C'est la crédibilité de la BCE, son bien le plus précieux, qui est en jeu. Face à un important indicateur d'inflation qui tourne autour de 1,1% (le niveau le plus bas jamais enregistré et loin en dessous de l'objectif de 2% que la banque poursuit à moyen terme) et aux risques économiques qui rendent la situation encore plus compliquée, le président de la banque a donc une nouvelle fois insisté sur l'éventualité d'une nouvelle baisse de taux et une possible reprise du programme d'achat d'obligations (souveraines).

La courbe des taux des forwards sur l'Euribor à 3 mois, qui représente les taux Euribor à 3 mois attendus, tient actuellement déjà compte d'une baisse du taux (de dépôt) de 20 points de base (!) d'ici mi-2020. Le rallye des emprunts d'État (périphériques) et l'aplatissement des courbes de taux montrent que les investisseurs croient en une nouvelle vague d'achats d'obligations. Des pays comme l'Italie, le Portugal et l'Espagne (mais aussi la Belgique) ont donc sauté sur l'occasion et ont émis de nouvelles obligations avec de longues échéances. La quantité d'obligations proposant un taux négatif a entre-temps dépassé la barre des 11 000 milliards d'euros, soit plus qu'en 2016. L'option put gratuite des banques centrales est du pain bénit pour les bourses. Les grands indices européens ont gagné jusqu'à 2% et les marchés d'actions américains ont de nouveaux records absolus en ligne de mire. Le marché des changes est en revanche de nouveau resté particulièrement calme. Les pertes pour l'euro auraient pu être beaucoup plus importantes vu le contexte. Le cours EUR/USD oscille autour de 1,12.

Les investisseurs sont restés prudents parce qu'ils s'attendent à un numéro identique de la part du président de la Fed, Jerome Powell, à l'issue de la réunion de politique de la banque centrale américaine. Nous tablons sur une nouvelle fonction de réaction de la Fed, avec un accent sur des baisses de taux destinées à soutenir l'économie. Sans oublier le manque de pression inflationniste, qui pèse aussi dans la balance. Les taux américains sont orientés à la baisse et ce n'est probablement qu'une question de temps avant que la banque centrale n'évoque entre les lignes la vigueur du dollar.

Mathias Van der Jeugt, salle des marchés KBC

Évolution du cours de l'obligation à 100 ans autrichienne (RAGB 2,1% Sep2117)

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

Visions différentes de l'avenir au sein de la Fed

MR20190919_Verdeeldheid binnen de Fed

Le secteur de la construction : le dernier rempart

MR20190918_Bouwsector

Choc pétrolier: aucune raison de s'inquiéter?

MR20190917OlieMR

Le consommateur américain tient bon

MR20190916_Amerikaanse consument
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.