Ligne de défense contre Trump

Les marchés

La menace de Donald Trump d'augmenter les droits de douane sur les produits européens, notamment les voitures, plane telle une épée de Damoclès sur l'économie du vieux continent. Une propagation du conflit commercial à l'Europe provoquerait d'énormes dégâts sur une économie européenne déjà vulnérable, effaçant une partie de la reprise enregistrée ces dernières années.

Le président américain n'a clairement pas renoncé à son discours belliqueux (sur le plan commercial). Pour éviter le courroux de Trump, l'Europe devra être prête à faire un certain nombre de concessions. L'Europe aurait tout intérêt à prendre des mesures proactives et élaborer une ligne de défense pour se protéger contre les tweets dévastateurs envoyés de la Maison Blanche.

Plusieurs pistes sont envisageables, mais chacune risque d'avoir un impact considérable sur le marché. L'UE pourrait ainsi diminuer les droits de douane sur les importations américaines. La balance commerciale de l'Union vis-à-vis des États-Unis est en effet positive et orientée à la hausse (cf. graphique). Étant donné la faiblesse des taux appliqués sur la plupart des produits industriels, la seule concession sensée et quantitative semble être la suppression pure et simple de tous les droits de douane, sauf sur certains dossiers symboliques comme, par exemple, les produits culturels. L'effet d'une telle mesure serait un accroissement de la concurrence des importations américaines sur le marché européen. Pour la plupart des secteurs et produits déjà exposés à cette concurrence américaine, l'impact restera certainement limité. Mais on ne peut exclure que de nouveaux produits américains parviennent à faire leur entrée sur le marché européen libéralisé. En ce qui concerne les répercussions des accords commerciaux, des preuves empiriques montrent que l'absence de droits de douane est de nature à attirer de nouveaux exportateurs. La concurrence des importations américaines pourrait donc venir d'où on ne l'attend pas. Cela perturberait pendant un moment le marché, mais cela pourrait évidemment aussi enclencher une dynamique positive de ce côté-ci de l'Atlantique. Une telle concession européenne ne serait donc pas nécessairement négative. Surtout si elle permet de convaincre les États-Unis de revoir leurs droits de douane sur les produits européens à la baisse. Signalons d'ailleurs que cette piste de réflexion n'est pas simplement théorique: ce point est en effet sur la table des discussions entre diplomates européens et américains.

Une autre alternative serait de rendre la fiscalité plus sévère pour les multinationales américaines. De nombreuses grandes sociétés US réussissent en effet à éluder l'impôt aux États-Unis via des constructions fiscales en Europe. Dans le cadre de la lutte internationale en faveur d'une fiscalité plus juste et contre la course aux taux d'imposition les plus bas, un tel geste de la part de l'Europe pourrait être présenté comme une mesure de correction fiscale. L'impact économique sur l'Europe resterait limité, mais les avantages pour l'économie et le Trésor américains pourraient être considérables.

On pourrait aussi envisager la mise en place et l'intensification d'une collaboration économique et technologique. Un partenariat transatlantique renforcerait la position tant des États-Unis que de l'UE sur un marché mondial où le rôle des économies émergentes deviendra de plus en plus important. Plutôt que de cibler expressément la Chine, ce partenariat devra être conçu dans un esprit de collaboration positive en vue d'améliorer le potentiel d'innovation des deux partenaires. L'Europe profiterait certainement d'une collaboration accrue avec le monde des entreprises américaines, traditionnellement plus dynamique et moins rigide.

Toutes ces propositions montrent qu'il reste certainement des marges de négociation pour tenter de préserver le commerce transatlantique de mesures protectionnistes. L'Europe aurait tout intérêt à prendre rapidement des initiatives afin d'éviter une forte perturbation de l'économie et des marchés

Échanges commerciaux entre l'UE et les États-Unis (en millions d'euros).

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

PMI peu convaincants pour l'UEM

MR20192211PMIs

Hong Kong: plus qu'une question locale?

MR20191121 Hong Kong: plus qu'une question locale?

Fin de la fiesta espagnole?

MR2019120 Fin de la fiesta espagnole?

Interférence entre les politiques budgétaire et monétaire

MR20191911Mon
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.