Une hausse de taux de la BoE est-elle envisageable?

Les marchés

Le marché en est récemment arrivé à la conclusion que les tensions commerciales internationales avaient profondément perturbé l'économie mondiale. Dans ces cas-là, tous les yeux se tournent automatiquement vers les banques centrales, en espérant que celles-ci viennent à nouveau à la rescousse. Le marché s'attend ainsi à ce que la Fed décide à un moment d'abaisser ses taux, sans savoir encore quand et dans quelle proportion. En ce qui concerne la BCE, le marché semble en revanche convaincu que la "fenêtre d'opportunité" pour une normalisation (limitée) de la politique a été ratée. Certaines autres banques centrales tentent, quant à elles, de naviguer à contre-courant. Aussi curieux que cela puisse paraître, c'est notamment le cas de la Banque d'Angleterre (BoE).

Cela fait déjà quelque temps que le BoE explique qu'elle pourrait (légèrement) relever ses taux afin de maintenir l'inflation sous son objectif de 2,0%, tout en précisant que ce scénario suppose une sortie ordonnée de l'UE. On peut difficilement estimer que des progrès ont été réalisés en ce sens ces derniers temps. Certains ténors de la BoE (l'économiste en chef Haldane et le gouverneur Saunders) ont pourtant encore récemment évoqué la possibilité/nécessité d'un relèvement des taux. Saunders a même très clairement expliqué que la banque n'avait pas forcément besoin d'attendre que les incertitudes entourant le Brexit soient levées. Plus surprenant encore, Saunders a tenu ces propos hier juste après la publication de chiffres faisant état d'un mois d'avril décevant pour l'économie britannique. Et ce, même si les chiffres de l'emploi ne sont toujours pas si mauvais. Les salaires ont notamment grimpé de 3,4% en glissement annuel, soit un peu mieux que prévu.

Les banquiers centraux ne doivent naturellement pas se laisser influencer par l'humeur du moment. Ainsi, la BoE constate que l'économie britannique tourne quasiment à plein régime. Si la demande venait à progresser un peu plus rapidement que l'offre, l'inflation pourrait alors vite grimper. Saunders pointe, entre autres, la hausse des salaires. Un point de vue tout à fait valable sur le plan théorique.

Un affaiblissement de la livre en raison des incertitudes autour du Brexit pourrait aussi pousser l'inflation à la hausse. Dans ce cas-là, il est déjà plus difficile de savoir si la BoE devra vraiment relever ses taux et si oui, à quel rythme. Où la BoE devra-t-elle placer sa priorité si les incertitudes autour du Brexit pèsent sur la croissance mais poussent en même temps l'inflation à la hausse via une dépréciation de la monnaie?
Recent geraakte de markt er van overtuigd dat de spanning inzake internationale handel het radarwerk van de globale economie grondig heeft verstoord. Automatisch wordt dan in de richting van de centrale bankiers gekeken. Zij zullen opnieuw ter hulp moeten komen. Zo verwacht de markt dat de Fed de rente hoe dan ook zal verlagen. De vraag is wanneer en hoeveel. Wat de ECB betreft is de conclusie dat die de ‘window of opportunity’ om het beleid (beperkt) te normaliseren gemist heeft. Toch proberen enkele centrale banken nog tegen de stroom in te roeien. Eén daarvan is, merkwaardig genoeg, de Bank of England (BoE).Dans les faits, le marché table toujours davantage sur une baisse de taux de la BoE que sur une hausse. Mais peut-être ne devrions-nous pas totalement ignorer le signal envoyé par la banque centrale. La demande intérieure britannique a notamment bien résisté malgré le climat d'incertitude lié au Brexit. Cela pourrait peut-être encore continuer, y compris dans l'ère post-May. La faiblesse de la livre (qui pourrait éventuellement encore se replier) pourrait aussi alimenter l'inflation davantage que la BoE ne le souhaite. Même si nous considérons la probabilité plutôt faible, un relèvement de taux préventif unique n'est pas totalement exclu dans ce contexte.

En ce qui concerne la livre, nous avions récemment décidé de nous montrer très prudents en raison des incertitudes autour du Brexit. Nous n'avons pas changé d'avis. À ses niveaux actuels de 0,89+, le cours EUR/GBP intègre néanmoins déjà beaucoup de mauvaises nouvelles. Comme l'illustre d'ailleurs le (modeste) rebond de la monnaie britannique juste après la publication du rapport sur le marché de l'emploi. Il n'est pas certain que la BoE augmentera rapidement ses taux, mais elle ne devrait pas non plus être pressée de les abaisser lorsque que la Fed ou d'autres banques centrales auront assoupli leur politique. Peut-être le pire est-il déjà passé pour la monnaie britannique. D'un point de vue technique, la zone de 0,90/0,91 constitue un niveau de résistance très solide que la livre ne devrait pas tester de si tôt, à condition que le dossier du Brexit ne dégénère pas complètement.

Peter Wuyts, salle des marchés KBC

 

EUR/GBP: dans quelle mesure les mauvaises nouvelles liées au Brexit sont-elles incorporées?

Bron: Bloomberg

Disclaimer:

This publication contains short term financial and economic market commentary and can therefore not be regarded as investment research. This publication cannot be regarded as an investment recommendation nor does it propose any investment strategy whatsoever. The information constitutes a minor non-economic benefit which is made available to the public free of charge.
No part of this publication may be republished or rewritten in any form or by any means. KBC Bank NV has used its best efforts to rely on trustworthy sources in preparing this publication. No representations or warranties are made with respect to the accuracy or completeness of the contents of this publication. KBC Bank NV does not guarantee that the neither the proposed scenarios, risks and prognosis accurately reflect market expectations nor that they will materialize.
Neither KBC Bank NV nor any other member company of the KBC group (or one of its authorized persons) shall be liable for damages resulting from accessing, consulting or using the information in this publication.
KBC Bank NV is a credit institution incorporated under Belgian law and operating under the prudential oversight of the European Central Bank (ECB, Sonnemannstrasse 22, 60314 Frankfurt am Main, Germany). In day-to-day practice, European Central Bank exercises its oversight by means of a 'joint supervisory team', whose members include staff of the National Bank of Belgium (NBB, de Berlaimontlaan 14, 1000 Brussel, www.nbb.be).
KBC Bank NV is also under supervision by the Financial Services and Markets Authority as regards oversight of codes of conduct and the financial markets (Congresstraat 12-14, 1000 Brussel, www.fsma.be).
KBC Bank NV is a member of the KBC group. The website at www.kbc.com contains detailed information on the KBC group.

Publications liées

La livre s'accroche à un dernier espoir

MR20190823_Brexit

Les marchés des taux sonnent l'alarme

MR20190822 Rentemarkten slaan alarm

L'innovation industrielle allemande, clé de la relance

MR20190821_Duitse industriële innovatie

Politique budgétaire: flexible, mais aussi rapide?

MR20190820_Begrotingsbeleid: flexibel maar ook snel?
KBC utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Cela nous permet en outre de mieux répondre à vos besoins et à vos préférences. En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous souhaitez en savoir plus? Ou refuser les cookies?Cliquez ici.